Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

77 Billets

2 Éditions

Billet de blog 19 mai 2022

Immigration : Fabrique d’un discours de crise, Louis Imbert, Editions 10-18

Nous sommes reconnaissants à Louis Imbert d‘avoir traité et édité cette question récurrente de la société française qui compte trois grandes périodes depuis la première guerre mondiale, puis lors des années 30 (on ciblait les juifs par la haine p 39).

Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Immigration : Fabrique d’un discours de crise, Louis Imbert, Editions 10-18 collection Amorce, 110p 2022.

Nous sommes reconnaissants à Louis Imbert d‘avoir traité et édité cette question récurrente de la société française qui compte trois grandes périodes depuis la première guerre mondiale, puis lors des années 30 (on ciblait les juifs par la haine p 39) et la dernière à la fin des années 60. Ne fallait-il pas repeupler et reconstruire la France ! Cette haine s’est déplacée sur les arabes sauf que les juifs ont eu gain de cause à leurs revendications, les arabes la haine ne les quitte pas.

©Ce livre tombe très bien, juste après les élections présidentielles qui ont donné des résultats désastreux pour les étrangers, en faveur de l‘extrême droite et avant les élections législatives. Louis Imbert apporte des éléments d’analyse avec des chiffres avérés, ce qui rend son propos digne d’un cours de faculté, dans un style clair et compréhensible par tous.

Les qualités de cet ouvrage sont aussi dans le fait que c’est livre synthétique et à vocation didactique. Je crois que avons besoin de cela afin de réponse non seulement aux détracteurs  mais également aux personnes qui adhèrent à des thèses liées à un complot, destinées à des fins électoralistes qui impactent les urnes au moment des votes démocratiques.

En effet cela n’a que trop duré, il est temps de constituer un contre-réponse face à des partis monstrueusement manipulatoires. Personnellement, j‘ai grandi avec cette peur, cette angoisse qui remet en cause le statut des étrangers ainsi que celui de leurs enfants et de leurs petits enfants, et ce même s’ils sont de nationalité française. Mes parents nous ont transmis ces angoisses à leur insu, dans les silences de mon père et le regard triste de ma mère.

Qui laisse entrer les étrangers sur le sol français ? pourquoi donc alors laisser ces étrangers à la vindicte populaire, aux crimes racistes, aux agressions verbales et physiques de toutes sortes y compris dans les commissariats, à leur ghettoïsation,   à l‘ostracisme de ces personnes venues travailler et le plus souvent faire le travail que les français dits de souche ( comme s’il y en avait aujourd’hui !) que ces derniers refusent de faire parce que pénibles et mal rémunérés ?Et quant à les considérer comme la «  concurrence déloyale pour la main-d’œuvre nationale p24 » :encore une fois c’est un faux débat qui n‘a aucune existence propre, qui sert à dénigrer une fois de plus les étrangers pour en faire des boucs-émissaires. Et cela à fonctionner. Un temps. Le temps de faire des dégâts.

Je propose que chacun(e) qui se sent concerné(e) de près ou de loin  par cette problématique qui dure à travers les présidences de la V ème République, brandisse les éléments clés déjà indiqués par l‘auteur en gras, en majuscules sur la page de gauche, afin de faire taire ceux et celles qui n‘ont pas compris ce qui se passe vraiment dans le système de manipulation des esprits.

Plus encore je renvoie à la très intéressante vidéo de « A l‘air libre » Media Crash par Valentine Oberti et Luc Hermann sur Mediapart qui analyse parfaitement l‘hégémonie du contexte d’aujourd’hui. En effet, il est dit dans cette vidéo preuves à l‘appui, que 9 milliardaires détiennent l‘ensemble du capital des médias radios, journaux, télés, se partagent l‘édifice médiatique français relié à des partis d’extrême droite. Ils vont jusqu‘à jumeler une radio Europe 1 à une chaîne télé Cnews.

D’un seul coup on comprend mieux comment l‘érection d’un candidat (qui était en vérité une caricature) s’est faite de manière aussi fulgurante et avec des moyens financiers colossaux. Pour au final se ratatiner dans les résultats comme un soufflé de vent.

Il est là le grand remplacement de la liberté de la presse : il n‘y a plus de liberté, plus d’avis contradictoire, c’est fini, remplacée par le fric et le CAC 40 !

Nous sommes phagocytés à fond par une pensée unique, la pire qu‘elle soit. Pendant le confinement, les requins ont œuvré et ont fait le lit de l‘horreur comme dans ces villes paupérisées des Bouches du Rhône ou madame Le Pen dépasse les 65 pour cents de votes favorables : en fait, plus on est pauvre, avec un background culturel des plus faibles voire inexistant, la télé pour seule voix, et plus on vote dans ce sens. Ils l‘ont bien compris ceux qui agitent l’étendard de l‘étranger.

A qui profite le crime, à qui est-il avantageux  ?

Déjà il faut souligner le fait que la France a toujours eu une attitude ambiguë vis-à-vis de SES étrangers. Cette politique n‘est pas assumée à sa juste place. les politiques qui se sont succédées ont essayé de mettre en place des mesures aussi ineptes que barbares :  la politique des quotas, les seuils de tolérance des étrangers ( quelle ignominie !), la politique du retour, l’arrêt du regroupement familial … que des mesures attentatoires, agressives, stigmatisantes, ignobles, traumatisantes.

Pourquoi ?

Notamment pour les algériens plus nombreux, c’est la guerre d’Algérie suivie de l‘Indépendance de ce pays qui n‘ont pas été digérées, acceptées, la page ne se tourne pas. D’où les crimes  racistes impunis, laissant la double peine tisser sa toile de l‘horreur, de la blessure non fermée, non cicatrisée. La sociologue Rachida Brahim dans sa thèse et son livre « La race tue deux fois » que j‘ai chroniqué, l‘a admirablement bien développé.

Je cite également des propos de la politologue Catherine Withol de Wenden dans un entretien du 13 janvier dernier dans les colonnes de Mediapart :

(…) « Ce sont surtout les politiques qui sont responsables de cette vision très court-termiste des migrations ! » 

Evoquant la rencontre du lundi 23 mai 2022 à 19h à la PBI Centre Beaubourg Pompidou :

« Je pense que nous évoquerons également la façon dont la crise du Covid a entraîné une baisse de 20% des transferts de fonds entre les pays riches et l’Afrique par exemple, ce qui entraîne de nouvelles migrations… Nous tenterons d’être très pédagogiques pour que chacun puisse percevoir la complexité d’un sujet qui, je le rappelle, n’est étudié à l’université que depuis une vingtaine d’années. Il est urgent d’expliquer ces questions au grand public pour lutter contre les réactions à court terme qui alimentent l’ignorance et la peur, et mènent à la montée de l’extrême-droite ! »

et enfin :

« François Héran, sociologue et démographe, pourra nous expliquer lors de la rencontre du 23 mai à la Bibliothèque publique d'information que le fameux « grand remplacement » n’existe pas ».

Le grand remplacement rappelle de manière nauséabonde la recherche de la race pure si chère à Hitler.

Je tiens à préciser que tous ces éléments apportés par la politologue, complètent à bon escient l’essai de Louis Imbert.

Encore une fois, Je lui en suis gré d’avoir écrit ce livre.

Je précise que «  lors de sa création il y a 60 ans 10/18  lançai les sciences humaines en poche et participait ainsi à la démocratisation des savoirs et à l‘appropriation par le grand public de textes engagés » . La maison a eu envie de renouer avec cette histoire et on la remercie vivement.

Que ce livre ainsi que les précédents déjà édités et à venir soient accessibles dans les établissements scolaires, les bibliothèques, les CDI, les cafés, les gares, les kiosques, les salles d’attente, les métros et les bus, les trains, les parcs…servent à ouvrir l‘esprit critique de chacun.

On parle de crise migratoire pour les arabes mais pas pour les migrants. Il y a donc deux poids deux mesures qui régissent ceux qui arrivent sur le sol français et c’est très discutable et très injuste.

Il n‘y a pas de crise : il y a un virus qui n‘est pas réglé, soigné, il y a des segments de la société française qui cherchent à tout prix à marteler que les étrangers arabes en particulier sont la source de tous les maux et cela depuis un siècle. Il n‘y a qu‘en France où cette situation s‘éternise et pose des problèmes non résolus.

Pour que cesse une bonne fois pour toutes cette situation de dénigrement, d’animosité pour ne pas dire davantage et de non-reconnaissance à l‘égard de l‘ensemble de ces citoyens laissés pour compte en France !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat