Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 janv. 2022

Le poète comme boxeur de texte KatebYacine, mise en scène de Kheireddine Lardjam

Crée en 2011 au Creusot, le spectacle suit le parcours et l‘engagement de militant, d’intellectuel et d’écrivain de Kateb Yacine (1929-1989) à partir de cet ouvrage composé d’entretiens réalisés de 1958 à 1989...Dans ma famille( ...)... On aime la poésie...

Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le poète comme boxeur, texte KatebYacine éditions du Seuil, mise en scène Kheireddine Lardjam, dramaturgie / montage Samuel Gallet avec Azeddine Benamara et Larbi Bestam au Lavoir Moderne Parisien, lieu des émergences créatives, 35 rue Léon 75018 Paris

Tél : 01 46 06 08 05 du 19 au 23 janvier 2022 à 20h30 et 17 h le dimanche Durée 1h 10.

Crée en 2011 au Creusot, le spectacle suit le parcours et l‘engagement de militant, d’intellectuel et d’écrivain de Kateb Yacine (1929-1989) à partir de cet ouvrage composé d’entretiens réalisés de 1958 à 1989. A commencer par son enfance « Dans ma famille ma mère, mon père, mes oncles, mes tantes, nous avons tous ça dans la famille. On aime la poésie. J’avais donc cet amour de la poésie depuis l’enfance », jusqu‘à la création de son théâtre itinérant en arabe dialectal en Algérie.

« Dans la gueule du Loup » ou la France coloniale.

Lorsqu‘il arrive à Paris il connaîtra les vraies conditions de vie des émigrés, habitera une cave, se jette dans « la gueule du loup » en utilisant la langue française au sujet de laquelle il a dit qu‘elle est son« butin de guerre ».Plus tard il prendra la mesure de l‘utilisation de l‘arabe dialectal et du Tamazigh « la connaissance d’une langue est une arme ». Toutefois au cours des dix années passées en France, il supportera toutes les violences y compris celle de la DST qui fouillera sa chambre, il fera également des rencontres qui changeront le cours de sa vie : en premier lieu, le comédien et metteur en scène Jean-Marie Serreau formé par Charles Dullin qui l’initiera aux techniques du théâtre et créera à Paris en 1958 « Le Cadavre encerclé ». Autre rencontre décisive, Bertold Brecht qui lui apprendra le théâtre épique et son concept de distanciation. C’était en 1955, « J’airencontré Brecht (que j’admire), mais nous avons polémisé. D’après lui, la tragédie ne se justifiait plus, les situations tragiques étant sans issue ».

Suivrons des étapes majeures de la vie de Kateb Yacine avec la fusillade du 8 mai 1945, il a 16 ans, «  on fusille des gens », il voit du sang partout, l‘armée occupe le village, il est emprisonné à Sétif, découvre un camp de concentration, son père l‘envoie à Annaba où il rencontre sa cousine Zouleikha dont il tombera follement amoureux,il en fera un livre, la mythique « Nedjma », sa désillusion après l‘Indépendance «  je n‘ai jamais cru qu‘elle marquerait la fin des difficultés », sa définition du poète et du politique «  le vrai poète doit toujours manifester ses désaccords dans une société progressiste, le poète c’est la révolution à l‘état nu ». Et bien d’autres d’autres choses encore…

Une représentation inachevée

A trop vouloir réduire, le résultat est que le texte de Kateb Yacine est brouillé, perdant en profondeur et en force par le choix de cette multitude de chansons (entre 8 et 9 il me semble sur un spectacle d’un peu plus d’une heure), certes bien interprétées, choix qui peut être perçu comme une facilité du metteur en scène afin de susciter un enthousiasme évident du public algérien en Algérie. A Paris, à contexte différent,  il n‘en va pas de même. Le concept théâtre- concert ne fonctionne pas ici.

De même qu‘on ne comprend pas pourquoi ce si bel espace « vide », salle du Lavoir Moderne Parisien ressemblant à celle de Peter Brook aux Bouffes du Nord, n’a pas été utilisé de manière optimale lors des déplacements du comédien et du musicien.

L’on sort de cette représentation aux allures de travail inachevé, avec un manque, une frustration vis-à-vis de Kateb Yacine. Heureusement il y a son oeuvre et son livre qui existent et que l‘on prend plaisir à redécouvrir.

C’est un livre-testament, réunissant des entretiens de première importance qui aurait mérité un bien meilleur traitement.

L’homme, Kateb, que l‘on entend à la toute fin, déclare que le combat du théâtre est le combat du politique, le combat pour la révolution et contre l‘obscurantisme, sa voix résonne comme un cri qui n‘a été bien entendu.

Quoi qu‘il en soit, Kateb Yacine laisse l’héritage énorme d’un précurseur sans pareil pour toute personne soucieuse de comprendre ce que liberté, écriture, poésie, politique, Algérie, théâtre et engagement veulent dire.

Soulignons que l‘œuvre de Kateb Yacine est entrée au répertoire de la Comédie Française en 2003 par la volonté de l‘administrateur de l‘époque, Marcel Bozonnet.

Lavoirmoderneparisien.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik