Le mystère d'Abd el - Kader, Thierry Zarcone

On peut se demander pourquoi Thierry Zarcone, historien, directeur de recherche au CNRS, spécialisé dans l’histoire du soufisme et du chamanisme dans l’Empire ottoman en Asie centrale et au Turkestan oriental, s’est lancé dans une démonstration de plus sur le lien entre l‘Emir Abdelkader (1808-1883) et la Franc-maçonnerie française.

Le mystère DAbd el-Kader, La franc-maçonnerie, la France et l‘islam, Thierry Zarcone,

postface de Franck Frégosi, Editions du Cerf, 2019,352 p.

On peut se demander pourquoi Thierry Zarcone, historien, directeur de recherche au CNRS,spécialisédansl’histoire du soufisme et du chamanisme dans l’Empire ottoman en Asie centrale et au Turkestan oriental, s’est lancé dans une démonstration de plus sur le lien entre l‘Emir Abdelkader (1808-1883)et la Franc-maçonnerie française.Pour cet ouvrage bien documenté, organisé sur le modèle de l’encyclopédie, il est composé de références, iconographie, annexes, biographies simplifiées, notes et index. L’ouvrage a reçu le prix littéraire de l’Institut Maçonnique de France, catégorie « Histoire » en 2019 ainsi quele prix de l‘Académie française de laFondation Diane Potier-Boès. en 2020 destiné «à l’auteur d’un ouvrage traitant des rapports entre l’Égypte et la France, ou à défaut d’un ouvrage consacré à l’histoire ou à la civilisation de l’Égypte, ou encore à défaut à l’histoire ou à la civilisation des pays de la Méditerranée ».

Faisant référence à son prédécesseur, le sociologue et politologuefranc-maçon Bruno Etienne (1937- 2008)«Abd-El-Kader et la franc-maçonnerie, suivi de Soufisme et franc-maçonnerie » édité en 2008, Thierry Zarcone met en évidence les tiraillements existants de plusieurs côtés, les franc-maçons entre eux d’une part qui ne sont pas d’accord et les Algériens de l‘autre. Il n‘en demeure pas moins que l‘Emir Abdelkader reste et demeure ce qu‘il a été :un homme plein de sagesseet de modération, un lettré avec une bibliothèque composéed’incunables, un guerrier résistant pendant dix-sept ans faceau colonisateur et créant le premier état algérien, unmusulmansoufi éclairé descendant du prophète, un chef guerrier fin stratège, l‘auteur de textes de références, le collecteur et éditeurde l’œuvre de son maître spirituelleCheikh Mohieddine Ibn Arabi vivificateur de la religion(1165- 1240) enterré à Damas.

L’auteur s’est essentiellement appuyé sur les sources et archives des loges du Caire, de Tunis, du Sénégal et de Paris.    

Pourquoi ce livre pourrait-on se demander, et pour qui ?

Le mystère Abd el-Kader

(C) photographie de Francis Bedford, après 1862,Collection Pierre de Gigord, Paris

Le livre est divisé en trois parties qui permet de revisiter les relations de l‘Emir Abdelkader et la franc-maçonnerie, d’évoquer les polémiques causées dans un monde musulman en plein colonialisme notamment et enfin le rôle joué par l‘Emir Abdelkader en sa qualité de soufi éclairé au sein de l’Ordre.

« Quand la fraternité maçonnique s’offre à un musulman »

Avec un titre de chapitre pareil Thierry Zarcone donne le ton pour officialiser l‘entrée de l‘Emir Abdelkader dans cet ordre.Un musulman est admis, mis à part quelques exceptions  apportant du lustre, du pouvoir et du charisme depuis son engagement important aux côtés du franc-maçon Ferdinand de Lesseps lors de la construction du canal de Suez.L’Emir Abdelkader s’est exprimé sur cet événement qu'‘il considère "comme un isthme entre «Les deux mers figurent la loi révélée et la réalité, l‘isthme entre les deux représente la connaissance de Dieu (…) »,citation de l’Emir Abdelkader.En d’autres termes pour l‘Emir la construction du canal de Suez est une théophanie.(C’est nous qui soulignons pour ce paragraphe).

«Pressé par les frères »,un tableau de peinture original a été réalisé, une médaille originale lui a été décernée et des loges à son nom, ces éléments attestent de son initiation et de son adhésion.

Y a-t-il milité ? Y-a- t-il réalisé des actions significatives ? Rien n’est prouvé à ce sujet.

En repartant en arrière en 1855, lorsque l‘Emir Abdelkader arriveenfinà Damas après des années de détention en France de fin 1847 à 1851 et quelques années à Bursa en Turquie,un événement de portée internationale se produisit qui fît de lui «L‘apôtre de la tolérance interconfessionnelle ». En effet, lors d’affrontements opposant druzes et maronites, l‘Emir Abdelkader avec son armée réussi à sauver plus de 10.000 chrétiens maronites ; en outre «il accueille dans sa maison des diplomates européens et américains menacés dmort »p 22.

C’est à ce moment là que les franc-maçons voient en lui le porte-étendard de leurs objectifs, le moyen de redorer leur blason et lui proposent de rejoindre leur fraternité afin de « l‘investir dla mission civilisatrice » au Proche-Orient.

D’ailleurs la photo de couverture choisie ou non choisie intentionnellement, porte la date de « après 1862 » c’est - à - dire peu de temps après le sauvetage des chrétiens à Damas, corroborant lmoment où l’Organisation s’est rapprochée de l’Emir Abdelkader.

Napoléon III ira jusqu’à lui proposer de prendre la tête d’un royaume arabe à venir.

L’Emir est dès lors le sauveteur connu, reconnuhonoré, salué, encensé par tous dans le mondeinvitations et cérémonies, courriers et médailles abondent de partout.

Ce queThierry Zarcone précise est que les Frères entre eux ne souscrivent pas tous, divergent sur la mythologie créée par certains sur la personne de l’Emir Abdelkader, donnant lieu à un « portrait idéalisé » certainement pour servir leurs intérêts et leur cause.Il y a là une volonté d’appropriation très forte qui a nuit à aux compatriotes contemporains de l‘Emir.

Plus tard en France, il est érigé par Bruno Etienne, au nom de ses idées progressistes et à son dialogue inte-rreligieux, comme une «puissante» référence face aux polémiques qui ont dressé l’islam contre la république depuis la fin des années 80 et jusqu‘à nos jours.

Et surtout :

"Le professeur aixois rêve de réintroduire une spiritualité aconfessionnelle dans l‘Ordre maçonnique et de reconstruire celui-ci sur le modèle d’une confrérie musulmane » p15.

Voilà qui est clairement dit.

Ensuite, unautre fait marquant est que, décédé et enterré à Damas auprès de son maître Ibn Arabi, le retour des cendres de l‘Emir Abdelkaderen 1966 à Alger, marque un tournant décisifdès lors quilest devenu unhéros national algérienpar la nation algérienne naissante..

Despolémiquessontnées suite àcettenomination de l‘Emir, « éclipsant ses liens avec cet Ordre »,suspecté d’être une organisation d’obédience sioniste dit lauteur.Les franc-Maçons altèrent et détournent l’appropriation de cette figure historique sans pareille.

Le travail de Thierry Zarcone aura permis de lever des silences apportant ainsi une lumière déjà connue sur le parcours exemplaire de l’Emir Abdelkader et tente de restaurer l‘image de la franc-maçonnerie.

En revanche, dans la postface, Franck Frégosi laisse entendre que l‘Emir Abdelkader fut un « bâtisseur de ponts entre Orient et Occident (via la maçonnerie ?) » p. 246, malgré le point d’interrogation, ce point de vue reste erroné : l‘Emir Abdelkader a toujours établi des ponts depuis l‘Algérie avec notamment Monseigneur Dupuch premier Evêque d'Alger de 1838 à1846, avec qui il a entretenu une correspondance sur le début du dialogue inter-religieux, qui est intervenu pour demander sa libération lorsqu‘il fut prisonnier, donnant lieu à une véritable amitié entre les deux hommes qui a duré jusqu‘à l‘exil de l‘Emir et de sa suite en France de fin 1847 à 1852.Les franc-maçons n‘étaient pas encore à l‘œuvre.(C’est nous qui soulignons pour ce paragraphe).

En d’autres termes, ce jeu entre un ordre initiatique chrétien en quête d’ancrage en islam et la stature de l‘Emir Abdelkader n’est pas parvenu à altérer sa vie, son parcours, son œuvre et son héritage à l‘échelle nationale et internationale.Et ce malgré les intentions d’auteurs récents.

L’émir Abdelkader l‘Algérien,« maçon sans loge » comme il est dit dans l‘ouvrage, récupéré, fantasmé, sollicité, médaillé, érigé en culte par les franc-maçons, reste le héros national algérien qui a su, au nom de ses idéaux, de sa formation et son charismeinsuffler l‘essence même d‘un islam fraternel de paix où un grand nombre de musulmans pratiquants dans le monde se reconnaissent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.