Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

2 Éditions

Billet de blog 23 nov. 2021

France-Algérie, Résilience et réconciliation en Méditerranée.

La question qui se pose alors au niveau de l‘écrivain qui vit en Algérie paraît-il tout en restant téléguidé par des forces obscures européennes voire plus, est : pourquoi ? A qui profite le crime ? A qui est- il avantageux pour reprendre le mot du poète

Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

France-Algérie, Résilience et réconciliation en Méditerranée, Boris Cyrulnik, Boualem Sansal, Editions Odile Jacob, 2020, 265 p.

A l‘initiative de l‘écrivain et journaliste José Lenzini, Boris Cyrulnik « applique son concept de résilience à la relation France-Algérie dans l’ouvrage Résilience et réconciliation en Méditerranée», suite à une réflexion menée avec l’écrivain algérien Boualem Sansal.

Bien que les échanges se soient faits face à face et non pas de manière épistolaire comme ce fut le cas pour l’opus remarquable de Michelle Perrot et Wassyla Tamzali, celui-ci, fort intéressant au demeurant, dénote une atmosphère langage de sourds.

Quand le neuropsychiatre cherche à comprendre, expliquer et à panser selon sa grille de médecin et son empathie légendaire, l‘écrivain campe dans une posture de destruction massive sur l‘Algérie.

Le résultat de ce livre donne un déséquilibre évident sur l’absence de véritable dialogue, plus encore on ressent un malaise qui suit des jours durant.

La question qui se pose alors au niveau de l‘écrivain qui vit en Algérie paraît-il tout en restant téléguidé par des forces obscures européennes voire plus, est : pourquoi ? A qui profite le crime ? A qui est- il avantageux pour reprendre le mot du poète.

Comme il est constamment en France et en Allemagne, il a participé à un pèlerinage avec 14 écrivains « touchés par la grâce » au printemps 2021 et s’adonne à une retraite à l'Abbaye de Lagrasse, où vivent une quarantaine de chanoines…,lui qui se dit athée.

Celui qui ne cesse de répéter qu‘il fut directeur général dans l’Industrie en Algérie en 1993, laisse entrevoir entre ses lignes sa grande amertume de n‘avoir pu gravir plus hauts les marches du Palais. D’où une bile qui se déverse tout au long de l‘ouvrage et que les algériens n‘ont nullement besoin de supporter. Heureusement le libre-arbitre de chacun saura faire la bonne critique d’une part et que d’autre part la jeunesse de ce pays jeune en et hors d’Algérie, regarde ailleurs et certainement pas dans la direction passéiste de l’écrivain.

Ainsi il est difficile de donner du crédit à l‘écrivain algérien pour qui l‘adage «  faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais » semble lui aller comme un gant. Comme on dit aussi que c’est un rendez-vous manqué avec les siens. Normal, son centre d’intérêt est très ailleurs…

La conclusion quelque peu bâclée, la vraie étant sans doute gardée  pour d’autres forces qui nous gouvernent et d’autres strates de pouvoir, les deux hommes se rallient à l‘idée d’une réconciliation à l’allemande sans en dire davantage, concept déjà émis par d’autres.

On appréciera au passage la valeur de ce laconisme érigé en silence criant.   

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener