Les califes maudits Hela Ouardi

Après le remarquable succès de son précédent ouvrage « Les derniers jours de Muhammad », l‘auteure Hela Ouardi revient sur l‘histoire de l‘avènement de l‘islam, religion du Livre, abrahamique, monothéiste qui clôt la Prophétie, par une reconstitution minutieusement détaillée de ce qui s’est passé après la disparition du prophète.

Les califes maudits, la déchirure, Hela Ouardi, Editions Albin Michel, 234 p, 2019.

 

Après le remarquable succès de son précédent ouvrage « Les derniers jours de Muhammad », l‘auteure Hela Ouardi revient sur l‘histoire de l‘avènement de l‘islam, religion du Livre, abrahamique, monothéiste qui clôt la Prophétie, par une reconstitution minutieusement détaillée de ce qui s’est passé après la disparition du prophète.

Dès le début de ce volume, l‘auteure nous avertit qu’il ne s’agit pas d’une fiction, ni d’un récit romancé : c’est le fruit d’une longue recherche d’historienne, de philologue sur plusieurs années. Aucun autre ouvrage paru auparavant n’a rendu l‘histoire de l‘islam aussi passionnante, détaillée, aussi vivante, mais aussi cruelle et sanglante.

 

Toute proportion gardée, l‘histoire de France, celle christianisme ou encore l‘œuvre de Shakespeare ne renferment-elles pas des histoires semblables ?

 

Pour le moins que l‘on puisse dire, c’est une histoire très mouvementée, à rebondissements entre complots et inimitiés, alliances matrimoniales, enjeux politiques et assassinats.

le livre est structuré en trois actes ponctués de scènes, à la manière d’une pièce de théâtre dramatique.

 

Avec un long chapitre dédié à la nomination du successeur du prophète de l‘islam pendant que ses proches font sa toilette mortuaire, l‘Histoire poursuit sa marche et l‘auteure s’engage dans la «recherche du temps perdu » de la Tradition musulmane afin de dissiper les voiles qui en masquait les contours et les contenus.

 

 

Une violence structurelle, une dimension tragique

 

L’histoire officielle a nommé les quatre premiers califes,  « Les bien dirigés, les bien guidés » en arabe « El Rachiddoun ».

 

Après un règne de 29 ans à eux quatre, de 632 à 661, Abu Bakr, premier calife élu par le « coup d’état » de l‘histoire musulmane, Umar, Uthman, et Ali, ont tous été assassinés dans un contexte de luttes fratricides et tribales, entrainant dans cette escalade, leurs familles.

 

L’auteure ajoute que Le Prophète Muhammad, non seulement n‘a laissé aucune consigne au sujet de sa succession, mais il a été lui-même victime de son vivant de cette violence émanant de ses proches « Ahl al Bayt » .Femmes et hommes n‘ont pas hésité à comploter pour faire gagner son camp et donner une certaine version de l‘Histoire.

 

En France, à l’Université, Département de Langue et Civilisation arabes, c’est un sujet de dissertation obligé :  

Pourquoi ont – ils été nommés ainsi ? . En quoi sont – ils bien dirigés, bien guidés ?».

 

Aujourd’hui, grâce aux lumières scientifiques de Hela Ouardi, tout étudiant, tout lecteur éclairé, lectrice éclairée  a des éléments inédits et avérés par les Textes, réputés inaccessibles jusqu‘alors, afin de répondre de manière précise et objective aux questions et aux voiles du silence qui ont fait du tort aux musulmans en général.

 

Ajoutons que c’est aussi un récit haletant, à l‘écriture vivante, souple, scientifiquement référencée de textes de la Tradition, c’est-à-dire anciens de langue arabe, de sourates du Coran et de hadiths.

Que l‘on soit musulman ou non, ce livre est précieux comme la démarche de Hela Ouardi.

En effet, c’est bien la première fois qu‘un tel travail philologique est fait et proposé en langue française au service de tous.

Nous la remercions chaleureusement de rehausser le débat en ces temps de confusion, en nous apportant ce récit lumineux qui transforme le lecteur, la lectrice par son intelligence et sa loyauté afin « d’élever au rang de conscience historique » tout musulman et toute musulmane qui se respecte.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.