Ces derniers jours, j’ai été la cible d’attaques répétées, dans plusieurs médias – FranceInter, Le Monde, le JDD, Libération et Le Nouvel Observateur –, tendant à me présenter comme un soutien de Bachar el-Assad et/ou de Poutine et à m’accuser d’incompréhension par rapport aux événements en cours en Syrie, voire d’insensibilité face à la tragédie vécue par les civils d’Alep. Il est bien entendu qu’à travers ma personne, il s’agit là de viser Jean-Luc Mélenchon en tant que candidat à la présidence de la République, porteur d’une vision de la guerre en Syrie et d’une ligne géostratégique indépendantiste pour la France à même de redonner à notre pays sa grandeur et son autonomie. Gardant l’espoir que le débat reste encore possible – sur cette question comme sur toute autre. Je me permets donc de répondre à ces critiques, tout en précisant que je ne minimise pas les souffrances du peuple syrien, mais que je dénonce la propagande mensongère et le deux poids deux mesures qui conduisent aux guerres futures. Je ne suis pas favorable au dictateur Bachar-Al Assad, mais je dénonce le terrorisme djihadiste sanguinaire et l’ineptie de la ligne géostratégique française. Je ne suis pas pro-Poutine comme le répètent les atlantistes, je suis pour l'indépendance de la France.

 

Excuses sur un des tweets et pratiques journalistiques

Précisons tout d’abord qu’on me reproche essentiellement deux « tweets », que l’on juge ignominieux. Dans le premier, j’affirme que la couverture médiatique des événements en Syrie est orwellienne. Dans le second, je remarque que l’information selon laquelle le principal hôpital d’Alep a été détruit par les bombardements a été répétée plusieurs fois sur les quelques derniers mois. C’est en extrapolant à partir de ces deux publications de 140 caractères chacune qu’on me reproche de manquer de compassion à l’égard des civils tués et de ne pas dénoncer, comme je devrais, la barbarie dont font preuve les régimes de Bachar el-Assad et celui de Vladimir Poutine.

 

Si je ne retire rien au premier tweet concernant la propagande orwellienne – je m’en explique plus amplement plus bas –, je regrette le second sur l’hôpital. En raison de la concision des messages Twitter, aucune argumentation sérieuse n’est possible, ce qui laisse la porte ouverte à toutes les interprétations, y compris les plus absurdes et haïssables. Ce tweet, qui cherchait à dénoncer la propagande à l’œuvre dans les guerres sur un exemple spécifique, a blessé un grand nombre de camarades du Parti de Gauche, comme de citoyens non partisans, légitimement horrifiés par les images de morts provenant d’Alep. Je m’en excuse publiquement, mais demande de me faire la grâce de lire ce texte jusqu’au bout, car si condamné je dois être, moralement, publiquement ou politiquement, autant que ce soit pour les bonnes raisons et en toute connaissance de cause. Ces explications sont aussi exhaustives que possible, et permettent à chacun d’accéder aisément aux sources par liens hypertextes.

Je voudrais d’emblée souligner que contrairement à ce que devrait être une pratique journalistique de base, je n’ai été contacté par aucun des journalistes qui m’incriminent en extrapolant des positions politiques générales à partir de deux tweets ou en reprenant ce que leurs collègues ont initialement dit ou écrit. On conviendra qu’il s’agit là d’une attitude étrange pour les thuriféraires des valeurs démocratiques dont ils seraient les uniques défenseurs.

Un émoi légitime face au drame humain vécu par les civils et l’expression d’un dissensus

Non, je ne suis pas indifférent à la mort et à la souffrance d’enfants dans les guerres. Je les connais même sans doute mieux qu’une grande partie des personnes qui me le reprochent, pour avoir été, dans le cadre d’une opération humanitaire, assistant responsable d’un camp pour enfants orphelins ou perdus au Rwanda en 1994, peu après le génocide, mais aussi pour avoir vu une ville – Belgrade, où je suis né – bombardée, en 1999, par la plus formidable armada aérienne de l’histoire, conduite par l’OTAN. Ces bombardements, dont la ville garde toujours les stigmates, n’avaient d’ailleurs suscité à l’époque aucun émoi en Occident. Enfin, j’ai eu l’honneur de servir en tant qu’officier dans l’armée française ; participer à une opération extérieure en Afghanistan, en 2006-2007, m’a donné l’occasion d’appréhender directement la guerre et la tragédie qu’elle représente.

Il ne s’agit donc pas de ma part de nier la tragédie vécue par les civils pris sous les bombes, et on cherchera en vain une citation en ce sens venant de ma part. Les morts, d’Alep ou d’ailleurs, surtout des enfants, font au contraire écho aux images épouvantables que je porte dans ma mémoire. La prise d’une ville – moment particulièrement sanglant dans tout conflit armé – est toujours une catastrophe pour les civils, otages et cibles – volontaires ou non – des belligérants, qui risquent de manquer de nourriture, d’être blessés, violentés ou tués. Même si le combat est moralement et politiquement légitime, la violence subie par les civils est intolérable et particulièrement cruelle dans les zones urbaines où chaque rue est une nasse, où la menace de tireurs embusqués est omniprésente. Devant toute souffrance de civils, on ne peut que compatir ; pour reprendre les termes souvent utilisés ces derniers jours par les médias, elle signe toujours, peu ou prou, la mort de l’humanité. Mais partout et à chaque fois ; pas uniquement à Alep. Au-delà de ce constat, commun à tous les êtres humains doués de sensibilité, les conflits armés, pas plus que n’importe quel autre événement, ne peuvent échapper aux interprétations divergentes. Le problème survient lorsqu’un conflit en particulier acquiert soudain un statut spécial dans la couverture médiatique pour devenir une sorte d’icône dont il est interdit de commenter le sens.

C’est précisément ce qui se passe avec la bataille d’Alep. Dans la longue série de conflits qui ont secoué le monde, et en particulier le Moyen-Orient, depuis quinze ans, peu d’événements ont suscité une adhésion aussi massive des commentateurs à une version particulière de l’histoire et ont produit une injonction aussi forte adressée à tout un chacun de s’y conformer. Dans ce contexte, toute voix discordante, qui s’interroge à la fois sur la production de ce consensus, sur les raisons de l’émotion collective ainsi construite et sur le bien-fondé de l’éclairage apporté apparaît proprement hérétique. Pourtant aucune tragédie ne nous exonère du devoir non seulement de compatir, mais aussi de chercher à comprendre ; et ce n’est pas en clouant au pilori quiconque s’écarte de la version « approuvée » du conflit syrien qui prévaut dans les médias qu’on résout les problèmes qui conduisent à ces tragédies. Je crois au contraire que c’est le rôle d’un responsable politique de sortir du cadre compassionnel commun – même s’il est légitime – pour s’interroger sur les causes, comprendre dans toute sa complexité la course des événements qui conduisent aux drames et chercher des réponses adéquates.

Revenons donc aux deux tweets incriminés pour en développer le propos. Le tweet qui affirme que le dernier hôpital d’Alep a manifestement été détruit une quinzaine de fois ne vise pas, encore une fois, à moquer la tragédie d’enfants qui meurent à Alep faute de soins ; il cherche à attirer l’attention sur l’incroyable guerre de l’information qui double les hostilités physiques sur le terrain, utilisant tous les moyens possibles pour provoquer l’émotion, l’indignation et la haine. Cette propagande est évidemment menée par toutes les parties ; est-ce une raison suffisante pour ne pas dénoncer les excès commis du « bon » côté, le nôtre ? J’aurais d’ailleurs tout autant pu aborder cette propagande par d’autres biais. Quoi qu’il en soit, l’erreur a été de le faire sur Twitter où il est impossible de développer une réflexion construite.

Dans les articles de Libération et du Monde, il est écrit que je ne base ma remarque que sur des tweets informant de la destruction du « dernier hôpital d’Alep » et non sur des articles de véritables journalistes écrivant dans la presse respectable. Il est vrai que les tweets sur le sujet sont légion – les recenser serait beaucoup trop long –, mais contrairement à ce qui a été suggéré dans ces articles, mon tweet malheureux m'a bien été inspiré par la lecture de la presse légitime. Mon tweet datait du 13 décembre ; voici quelques exemples de publications antérieures que Le Monde et Libération peuvent considérer comme sérieuses car produites par leurs confrères : Le Monde du 21 octobre « Alep sans médecins ni chirurgiens », le Washington Post du 16 novembre « Les avions de guerre bombardent l’hôpital des enfants alors qu’Assad relance l’offensive sur Alep », The Guardian du 19 novembre « Le dernier hôpital d’Alep-Est détruit par des frappes aériennes »le Huffington Post du 21 novembre « Les bombardements forcent les médecins à fermer le dernier hôpital pour enfants d’Alep », Al-Jazeera du 27 novembre « Dans le dernier hôpital d’Alep-Est même plus d’espace pour marcher », L’India Times du 4 décembre « En Syrie partie 3 : Avec le dernier hôpital détruit, Alep s’annonce comme le plus grand bain de sang de l’Histoire contemporaine ». Encore une fois, il ne s’agit pas de nier la souffrance bien réelle que peuvent endurer les civils pris sous le feu destructeur, mais de montrer à ces journalistes et à ceux qui ont pu être choqués par mon tweet que je ne suis pas de mauvaise foi et que je sais, en tant qu’ancien officier des opérations psychologiques, reconnaître une manipulation destinée à impressionner.

Ce reproche est par ailleurs relativement cocasse compte tenu du fait que les tweets sont souvent la seule base des informations dont disposent les journalistes qui me critiquent. En effet, il y a très peu de journalistes sur le terrain et aucune organisation internationale digne de ce nom, comme le rappelle fort justement le journaliste Patrick Coburn dans The Independent du 2 décembre « Voilà pourquoi tout ce que vous avez pu lire sur la guerre en Syrie pourrait s’avérer faux ». L’autre source d’information des médias, aveuglément reprise depuis des années, est l’organisation portant le nom irréprochable d’Observatoire syrien des droits de l’homme. Il s’agit en fait d’une source particulièrement illégitime puisqu’elle est une émanation des Frères Musulmans, financée par l’Arabie Saoudite et le Qatar et… basée à Londres ; pourtant, elle est la référence pour dénoncer les crimes et compter les morts. C’est, je l’affirme, une manipulation pure et simple du public, qui dure depuis trop longtemps.

 

Le caractère orwellien de la couverture médiatique du conflit

Oui, pour qualifier la couverture médiatique du conflit en Syrie, j’ai utilisé le terme « orwellienne », et je suis prêt à réitérer cette qualification. Par orwellien, j’entends faisant penser à la réalité décrite par Orwell dans 1984. Dans ce roman, les trois puissances qui se partagent le monde – Océania, Estasia et Eurasia – sont perpétuellement en guerre, et voilà comment l’auteur décrit la manière dont cette guerre est présentée à la population : « Mais retrouver l’histoire de toute la période, dire qui combattait contre qui à un moment donné était absolument impossible. Tous les rapports écrits ou oraux ne faisaient jamais allusion qu’à l’événement actuel. En ce moment, par exemple, en 1984 (si c’était bien 1984) l’Océania était alliée à l’Estasia et en guerre avec l’Eurasia. Dans aucune émission publique ou privée il n’était admis que les trois puissances avaient été, à une autre époque, groupées différemment. Winston savait fort bien qu’il y avait seulement quatre ans, l’Océania était en guerre avec l’Estasia et alliée à l’Eurasia. Mais ce n’était qu’un renseignement furtif et frauduleux qu’il avait retenu par hasard parce qu’il ne maîtrisait pas suffisamment sa mémoire. Officiellement, le changement de partenaires n’avait jamais eu lieu. L’Océania était en guerre avec l’Eurasia. L’Océania avait, par conséquent, toujours été en guerre avec l’Eurasia. L’ennemi du moment représentait toujours le mal absolu et il s’ensuivait qu’aucune entente passée ou future avec lui n’était possible. »

Oui, la couverture médiatique du conflit en Syrie m’a souvent fait penser à cette citation d’Orwell. En 2001, à la suite des attentats de New York, Al-Qaïda a été désignée comme le mal absolu et combattue par la coalition internationale sur tous les fronts possibles. Et d’une certaine manière légitimement : ne s’agit-il pas d’une organisation terroriste criminelle, agissant à l’échelle internationale, et dont Daech n’est qu’un des avatars ? Al-Qaïda est encore combattue aujourd’hui au Mali par les forces armées françaises, qui y ont mené et y mènent un remarquable et difficile combat contre les terroristes et autres criminels (opérations Serval, Epervier, puis Barkhane). Elle a frappé les villes européennes, le 11 mars 2004 à Madrid, le 7 juillet 2005 à Londres ou encore à Paris lors de l’attentat contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 par les frères Kouachi qui se sont revendiqués spécifiquement d’Al-Qaïda au Yémen. À chaque fois, là aussi légitimement, l’émotion populaire a été immense, l’inquiétude et la colère aussi. L’État islamique a ensuite pris le relais, avec les terribles attaques de novembre 2015, dites du Bataclan, les pires qui aient jamais ensanglanté la France. Et je ne parle même pas ici du volume proprement sidérant de victimes provoquées par ces organisations lors d’opération terroristes conduites dans des pays musulmans (ou dont la religion majoritaires est l’islam) : plus de 30 000 morts depuis les attentats de Charlie Hebdo – que l’on se représente bien ce chiffre, qui ne semble pas gêner ceux qui ont quelques tendresses pour les avatars d’Al-Qaïda, rapidement repeint en démocrates, du seul fait qu’ils combattent contre les troupes syriennes régulières et les Russes. Il faut aussi bien se souvenir de ce chiffre quand les mouvances d’extrême droite en France tentent de faire croire que les terroristes islamistes en veulent exclusivement à la France ou à l’Occident ou à leurs valeurs. Le terrorisme islamiste représente une plaie internationale frappant tousazimuts et sans distinction de nationalité, de religion ou de zone géographique ; c’est un des multiples fléaux de la mondialisation incontrôlée, dont les racines théoriques se trouvent dans les monarchies théocratiques wahhabites du Golfe, Arabie Saoudite et Qatar en tête.

Mais ces derniers mois, la couverture du conflit en Syrie – l’un des fiefs de ces deux organisations islamistes – semble frappée de schizophrénie. On parle de temps en temps de l’EI, plus jamais d’Al-Qaïda ou si peu, en catimini ; on parle beaucoup de la guerre menée par Bachar el-Assad ; mais on ne rapproche jamais ces deux informations. Certes, lorsqu’on le fait, le tableau qui en ressort est moins simple et moins confortable que celui d’une guerre où le bien (les rebelles démocratiques) combattrait le mal (le régime totalitaire). Mais cette amnésie et cette incapacité à faire tenir ensemble toutes les données nécessaires à la compréhension de la situation, fussent-elles inconfortables, suit très précisément le schéma orwellien décrit dans le passage de 1984 cité plus haut, qu’Orwell appelle la « double pensée ». Est-il criminel de remarquer cette particularité inquiétante de la couverture médiatique de ces tragiques événements ? D’essayer d’en comprendre les raisons ? De rappeler l’autre côté de la réalité, qu’on essaie sans cesse de refouler au point où certains communiqués qui passent dans les informations deviennent proprement incompréhensibles ? Ainsi, lors des combats simultanés à Palmyre et à Alep des dernières semaines, il était très malaisé pour une personne moyennement informée de comprendre qui attaque qui dans ces villes, les « gentils » et les « méchants » semblant changer de rôles sans aucune explication.

Par ailleurs, d’autres conflits tragiques aux conséquences humanitaires comparables, parfois pires, sont en cours au même moment sans que cela ne produise un émoi équivalent, ni dans les médias ni au sein du gouvernement. Il ne s’agit pas de nier les souffrances à Alep en en invoquant d’autres ailleurs, mais de s’interroger sérieusement sur le désintérêt quasi complet, ou au mieux léger et parcellaire, pour les autres conflits. Je tiens à préciser ici que je ne porte aucun jugement sur les citoyens français, mais sur les médias et les politiques qui s'adressent à eux. Je pense que l’émoi et l’horreur seraient pires encore si pendant plusieurs semaines on montrait dans les médias les souffrances des civils yéménites. Que se passe-t-il là-bas ? Un conflit qui dure depuis presque deux ans ou au moins 10 000 civils sont morts, dont au moins 4 000 en raison de bombardements, et où… 14 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire. Pire, au Yémen, selon l’UNICEF, 2,2 millions, oui, 2,2 millions d’enfants souffrent de malnutrition aigüe dont 460 000 de malnutrition aigüe sévère. Je ne posterai pas ici de photos d’enfants en « malnutrition aigüe sévère », mais c’est terrifiant. Face à cette tragédie, le nouveau Premier ministre de la France n'évoque pas un crime contre l’humanité ; et pourtant c’est le cas, mais c’est dû à une guerre menée par l’Arabie Saoudite et le Qatar avec l’appui des États-Unis, soit tous des « alliés » de la France, qui livre aux deux premiers pays des armes en volume considérable. Les causes de la malnutrition et de la famine sont simples : le Yémen, pays pauvre avec peu de terres arables, importe la plus grosse partie de son alimentation, or les ports de ce pays subissent un blocus militaire de la part de l’Arabie Saoudite et du Qatar. Où est l’indignation ? Où sont les reportages ? Où sont les tribunes envolées dans nos médias et les pétitions en ligne ? Où sont les sanctions économiques ? Quid des résolutions à l’ONU ? On se le demande.

On se souviendra également du bombardement, le 3 octobre 2015, de l’hôpital de Kunduz tenu par Médecins sans Frontières, dont on trouvera le rapport ici. Ce n’était pas le premier hôpital bombardé par les États-Unis. Peut-être était-ce par erreur ? En tout état de cause, la couverture médiatique en avait été assez sobre et nul appel exigeant une explication de la part des États-Unis n’a vu le jour, pas plus, bien sûr, que des demandes de sanctions.

Être la patrie des droits de l’homme ne nous autorise justement pas à utiliser ces droits et l’indignation dont en suscite la violation de façon variable. On ne peut pas les invoquer uniquement pour dénoncer les actions de nos adversaires ou concurrents géopolitiques et les oublier lorsqu’il s’agit d’opérations menées pour appuyer notre hégémonie, ou celle de notre suzerain, les États-Unis. Si les droits de l’homme ne sont pas invoqués systématiquement et avec la même force pour tous les crimes, alors ils sont dévoyés.

 

 

 

Qui défend Alep, « djihadistes islamistes » ou « rebelles modérés » ?

Une fois intégré l’aspect toujours terrifiant de toute guerre, en particulier dans les zones urbaines, la question à se poser est de savoir qui fait la guerre contre qui et dans quel but politique. Il est bien évident que si la ville d’Alep était défendue par des « rebelles modérés » ou des forces combattantes démocratiques visant à renverser le régime dictatorial d’Assad, la légitimité de leur combat aurait été totale, le crime des Russes complet et la non-assistance par les États occidentaux tragique. C’est en gros le tableau dessiné dans nos médias. Malheureusement, la réalité concrète est tout autre.

Il est important de noter qu’un des premiers axes de propagande est d’avoir créé la confusion dans les esprits en se référant à Alep alors que les combats et les bombardements avaient lieu à Alep-Est. Alep-Ouest est tenue depuis des années par le gouvernement syrien et compte plus d’un million d’habitants ; c’est là qu’allaient se réfugier, le plus souvent, les civils qui pouvaient se dégager d’Alep-Est. Alep-Est, elle, comptait moins de 150 000 habitants (dans la dernière phase des combats, depuis le 15 novembre, Robert Balanche, chercheur au Washington Institute for Near Est Policy, n’en comptait plus que 20 à 30 000), que la guerre a forcés à vivre dans des conditions abominables : sans accès à l’eau potable, aux soins ou à une nourriture descente. La dureté des conditions de vie, inhérente à la tragédie que vivent les populations civiles en état de siège, était aggravée par les privations organisées volontairement par les groupes djihadistes qui nous ont été présentés comme défendant les populations ; ainsi lors de la prise d’Alep-Est a-t-on pu assister à la découverte de colossales réserves de nourriture, détournées de l’aide humanitaire et refusées aux populations civiles. Par ailleurs, les djihadistes tiraient depuis des mois sur Alep-Ouest (souvent depuis l’hôpital d’Alep-Est), et surtout sur les zones chrétiennes – sans, là non plus, provoquer une grande émotion dans nos médias (un exemple ici tiré du Monde ou du Point).

Si la ville d’Alep-Est était tenue principalement par des djihadistes apparentés d’une manière ou d’une autre à Al-Qaïda ou à Daech, la ligne morale et politique à tenir face aux événements devient beaucoup moins évidente. Pouvait-on soutenir sans réserve leurs revendications et leur combat contre l’armée de Bachar el-Assad ? Souhaiterions-nous sérieusement que des organisations terroristes prennent le contrôle de villes entières, de régions, voire de l’États, et s’y implantent durablement ?

On me rétorquera peut-être qu’assimiler la rébellion démocratique aux islamistes d’Al-Qaïda relève d’un simplisme outrancier. Pourtant les informations indiquant que la rébellion démocratique a depuis longtemps été phagocytée par les djihadistes ne manquent pas ; on se réfèrera utilement à l’article du journaliste Bachir El-Khoury dans Le Monde diplomatique intitulé « Qui sont les rebelles syriens ? » (du mois de décembre et toujours disponible en kiosque), qui a le mérite d’être exhaustif tout en adoptant un ton neutre. On pourra aussi se référer à Robert Balanche dans La Croix : « A Alep-Est, les rebelles sont cantonnés dans un périmètre d’environ 10 km², où ils compteraient 6 000 à 7 000 combattants. Ceux-ci appartiennent en majorité à deux groupes de la coalition salafiste-djihadiste Jaish Al-Fatah, le Front Fatah Al-Cham (ex-Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaida), de tendance internationaliste, et Ahrar Al-Cham, de tendance locale. « Il n’y a pas de groupe laïque à Alep-Est depuis 2012-2013, précise le chercheur. Tous ont été éliminés par les islamistes ». Ou encore à Robert Fisk dont l’analyse, que je fais mienne, dans cet article de The Independent est la plus lucide tant sur la situation globale, les combats à Alep, la cruauté du régime syrien, la bouffonnerie de nos gouvernements et les conséquences à long terme : « Mais il est temps de dire l'autre vérité: que nombre des "rebelles" que nous, les Occidentaux, avons soutenus – et que notre absurde premier ministre Theresa May a indirectement bénis (…) – sont les plus cruels et les plus impitoyables des combattants au Moyen-Orient. Et tandis que nous avons été saisis d’effroi par Daech pendant le siège de Mossoul (un événement trop semblable à Alep, bien que vous ne le penseriez pas en lisant notre récit de l'histoire), nous avons volontairement ignoré le comportement des rebelles d'Alep ».

Fréderic Pinchon décrit les mêmes réalités pour France Info : « La plupart des habitants d'Alep-Est est allée à Alep-Ouest, c’est-à-dire les zones gouvernementales. (…) La poche de rébellion d'Alep-Est ne représente pas les civils. (...) Par ailleurs, sur la question de la réalité de la rébellion à l'est d'Alep, on a sans doute été beaucoup intoxiqué en Europe et en Occident en général. (...) À travers des négociations secrètes, ces rebelles ont obtenu un sauf-conduit. Et ce en négociant avec les Russes et non avec les Syriens. Depuis deux ans, les Russes sont à la manœuvre sur l’ensemble du territoire et négocient des trêves. Pour une grande partie, cette rébellion va soit rendre des armes, soit s’intégrer dans des unités de l’armée syrienne, soit partir pour Idleb, qui va rester la dernière zone que l’armée de Bachar Al-Assad n’a pas réussi à réduire. L’offensive à Idleb a d’ailleurs déjà commencé avec l’aide de l’aviation américaine. (...) Les civils dans leur grande majorité qui vivaient encore à Alep-Est ont servi de boucliers humains, comme en ce moment à Mossoul, l’État islamique se sert des habitants de Mossoul comme boucliers humains. On nous a présenté pendant quelques mois une situation qui ne correspondait pas à la réalité. »

La réalité, c’est que les « rebelles modérés » comme nous aimons à les qualifier dans les médias dominants sont pour la plupart des combattants d’Al-Nosra (soit Al-Qaïda) ou sous la coupe de cette organisation. Ces fanatiques au pouvoir seraient la pire chose que l’on puisse souhaiter à un pays – même la très étasunienne fondation Carnegie ne peut que constater la volonté d’Al-Nosra de transformer la Syrie en un État régi par la Charia. Pour la sécurité de la France et de l’Europe, pour l’avenir de la Syrie, la première chose à faire est de se débarrasser de ces groupes terroristes et d’organiser une transition démocratique sous mandat de l’ONU.

Il faut bien comprendre ce qui s’est passé à Alep-Est. Dans cette partie de la ville, les djihadistes en perte de puissance, acculés, font ce qu’ils ont fait hier à Manbij et ce qu’ils feront demain à Mossoul, après-demain à Raqqa, Al-Bab ou Idlib : prendre en otage les populations, exécuter ceux qui tentent de fuir et s’en servir comme boucliers humains, le plus souvent en s’abritant dans ou autour des éventuels hôpitaux. En août dernier, les forces armées kurdes de l’YPG (Unités de Protection du Peuple, l’armée du Rojava) ont repris aux djihadistes de Daech la ville de Manbij, au prix de terribles combats. Lors de la phase finale de l’assaut, les Kurdes ont dû négocier avec les djihadistes et avec les États-Unis un accord dont les termes étaient les suivants : les djihadistes survivants pourraient se retirer avec leurs familles, leurs blessés et leurs armes légères, les États-Unis promettant de ne pas les bombarder dans leur retraite vers Raqqa ; en échange les djihadistes promettaient de ne pas exécuter les milliers de civils pris en otage, ainsi que l’a décrit Patrice Franceschi. La bataille de Manbij n’était qu’une, bien qu’héroïque, parmi tant d’autres combats (par exemple à Kobané) livrés par les Kurdes. Éminemment utile pour la France, il ne provoquera pas d’émoi particulier, car ne sera que peu relaté, même si l’on doit souligner l’assistance des forces spéciales françaises dans ces combats. À Alep-Est, il se passe peu ou prou la même chose qu’à Manbij : les combattants djihadistes ont tenu la population civile en otage – si l’on veut une source parfaitement officielle pour s’en convaincre, on peut consulter le rapport de Robert Coville, porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme. Désormais, les combattants survivants étant autorisés à quitter Alep par les Russes, qui organisent ces corridors et l’armée syrienne, pour aller au Nord vers les territoires et villes encore sous leur contrôle. À Mossoul, la coalition menée par les États-Unis attaque et livre, elle aussi, combat dans des hôpitaux. Et pourquoi ? Non pas par barbarie étasunienne ou irakienne, mais par nécessité, parce que les djihadistes de Daech ont fait de l’hôpital de Mossoul un centre de commandement. Il s’agit d’une stratégie délibérée et systématiquement appliquée par des fanatiques, à Alep-Est comme ailleurs. Demain, il faudra organiser les mêmes corridors pour libérer les derniers civils et permettre aux djihadistes survivants de se replier sans quoi ils se feront sauter. Non, l’idée que les civils d’Alep-Est étaient tenus en otage par les combattants islamistes n’est pas juste une opinion, mais une réalité avérée par les faits. Le pire est à venir quand l’une ou l’autre des coalitions arriveront au dernier bastion tenu par les djihadistes, quand il n’y aura plus ultimement où fuir, alors un immense bain de sang sera à craindre.

La forte présence d’islamistes dans les rangs des combattants n’est en rien une surprise, ni une anomalie. Même un spectateur non averti qui s’est intéressé au minimum à la manière dont les choses se sont déroulées dans tous les pays touchés par le printemps arabe a pu se rendre compte que dans cette région l’islamisme prospérait sur le terreau de l’instabilité étatique et de la guerre civile, et qu’en l’absence de solution politique rapide, c’est lui qui occupait généralement le terrain. La lecture des rapports, dès 2011, de personnalités comme Alain Chouet, ex-patron du service de renseignement de sécurité de la DGSE, longtemps en poste en Syrie, aurait été utile à certains (voir des éléments ici). Certes, si les islamistes ont pu à ce point s’imposer au sein de l’opposition anti-Assad, c’est aussi parce que les puissances occidentales ont tardé à soutenir les manifestations contre le régime ; mais ils étaient là dès l’origine, et l’issue actuelle n’était alors en rien imprévisible. En partant de cette donnée du terrain, et quelles que soient les réserves qu’on peut émettre à l’égard du régime syrien, surtout au bout de cinq ans de guerre civile, la position consistant à soutenir la puissance étatique, dans cette région, ne peut pas juste être balayée d’un revers de main au prétexte qu’elle serait immorale. Elle l’est certainement en partie, car c’est le cas de toutes les positions réalistes ; mais l’est-elle plus que celle qui consiste à « oublier » qui sont les insurgés qui ont tenu les quartiers est d’Alep, y retenant des civils en otage ? Que celle qui consiste à refuser de combattre ces groupes, directement responsables de centaines de morts sur le sol français, sous prétexte que cela renforcerait le régime d’Assad – qui ne menace actuellement, soit dit en passant, ni la France, ni aucun autre pays occidental ? Avec ce genre d’interrogations, on est obligé de quitter le terrain moralisateur pour entrer dans la politique. Que souhaite vraiment l’Europe ? Si l’on quitte le fonctionnement orwellien qui conduit à oublier aujourd’hui qui a été l’ennemi hier, pour se concentrer sur un éternel présent, qui veut-on voir l’emporter dans ce conflit, et de quelle manière ? Certes, le plus acceptable serait que gagne l’opposition démocratique, contre les islamistes fanatiques et le gouvernement coupable de cruauté envers sa propre population ; mais on sait tous que cela relève d’un vœu pieux. Faut-il donc, pour apparaître moral aux yeux des médias, se limiter aux vœux pieux, refusant – parce qu’elles sont toutes imparfaites, donc partiellement immorales – de considérer les solutions qui s’offrent réellement sur le terrain ?

Oui, si l’on regarde la réalité des forces en présence, et si l’on accepte de se souvenir du déroulement des conflits précédents dans la région, vieux de quelques années seulement, la forte présence voire la suprématie, au sein des insurgés, de djihadistes islamistes devrait nous amener à nous interroger sur la politique à mener à leur égard. Énoncer cette idée revient simplement à prendre acte de ce qui nous est donné, aussi différent soit-il de ce que nous voudrions avoir.

On peut évidemment choisir une posture parfaitement morale, qui implique qu’aucune action ne saurait justifier une seule larme d’enfant. Mais il faut alors en tirer toutes les conséquences. Ne prétendons plus, dans ce cas, « combattre » qui que ce soit, islamistes ou régimes autoritaires. Ne prétendons pas faire la guerre au terrorisme. Acceptons que nous ne supportons aucune responsabilité directe dans la mort de civils ; dans ce cas, et puisque dans le monde réel, il n’existe pas de guerre sans pertes civiles – cela n’existe que dans l’imaginaire orwellien, là aussi, qui nous impose l’illusion de « frappes chirurgicales » –, acceptons aussi l’impuissance qui s’ensuit. À mon sens, une telle position est parfaitement intenable, mais si d’aucuns veulent vraiment en faire un programme, qu’ils commencent par la formuler clairement.

 

L’indignation sélective et les exemples passés

Poser ces questions ne fait de moi ni un monstre froid insensible à la souffrance d’enfants, ni un soutien de Bachar Al-Assad ; mais puisque c’est sur le terrain moral que se situent la plupart des attaques qui me sont adressées, et au-delà de ma personne à tous ceux qui essaient de réfléchir dans ces termes, revenons un instant sur cet épisode particulièrement aigu de moralisme sélectif qui vient de nous être imposé par la couverture de ce conflit et sur la question que j’ai déjà posée au début de cet article. Ceux qui s’indignent aujourd’hui haut et fort devant les victimes civiles d’Alep-Est et qui couvrent d’injures, en public et plus encore en privé, ceux dont l’indignation ne leur semble pas suffisante, où sont-ils pour dénoncer les milliers de morts au Yémen ? Pour s’étonner de la grande discrétion qui entoure les souffrances de la population civile de Mossoul ? Où étaient-ils pour déplorer les plus de 4 000 morts civils de Falluja, ville d’Irak assiégée par les États-Unis, où est né le concept même de Daech puisque c’est à partir de cette bataille qu’Al-Zarqaoui, patron d’Al-Qaïda en Irak, fondera cette organisation qui signe l’union entre Al-Qaïda et les anciens baasistes irakiens, tous chassés de l’appareil d’État irakien par les États-Unis pour y être remplacés par les non moins mafieux chiites du clan al-Maliki ?

L’objection consiste généralement à rétorquer que le Yémen, Faloudja, la Libye, le Nicaragua, le Vietnam, etc. n’excusent en rien Alep ; que les manquements à l’humanité de la part de nos alliés, voire de nos propres forces armées n’exonèrent en rien ceux du régime syrien ou des Russes. Certes, ils n’exonèrent pas ! Mais peut-on au moins s’interroger sur les raisons de ces indignations sélectives ? Sur la fabrication de ces crises soudaines d’émotion collective à propos d’un fait, certes terrible, mais finalement tristement banal, dans la série des atrocités qui marquent ce début du XXIe siècle ? Est-on sûr à ce point que les 1 000 (ou plus ? on ne le saura pas tout de suite) morts civils confirmées d’Alep-Est signent davantage le naufrage de l’humanité que les 4 000 de Falloudja ? Et qui s’intéresse aux morts de l’Afrique des Grands Lacs entre 1996 et 2006 ? On est là entre 6 millions et 12 millions de morts.

Comme le montrent Chomsky dans Manufacturing Consent, ou encore Serge Halimi et Dominique Vidal dans L’Opinion, ça se travaille, les indignations sélectives sont toujours les fruits d’une politique, et donc d’une propagande construite. Ne pas souhaiter privilégier une tragédie sur une autre n’est pas une marque d’inhumanité, mais un refus de mettre la réflexion au placard sous l’effet de l’injonction au consensus émotionnel imposé via des efforts massifs de cette propagande.

Car enfin, j’imagine que l’argument suprême consiste à affirmer que dans ce conflit-là, dans cette bataille-là, à la différence de toutes les autres, on sait exactement qui sont les bons et les méchants ; on sait que tous les tweets sur la destruction du dernier hôpital d’Alep sont vrais, tout simplement parce qu'en douter vous expose à l’accusation d’inhumanité. On sait que toutes les informations fournies par l’Observatoire syrien des droits de l’homme, sise à Londres, sont exactes. On sait que les Russes mentent toujours, et nos chancelleries et surtout Washington, jamais. L’histoire ancienne comme la plus récente – Kosovo, l’Irak, la Lybie – ne nous apprend donc décidément rien.

Énumérons, dans le désordre, et sans prétention à l’exhaustivité, l’histoire des bébés arrachés de leurs couveuses au Koweït en 1991 ; celle du faux charnier de Timisoara en 1989 ; le délire médiatique et politique sur le « génocide en cours au Kosovo » qui permettra à Bill Clinton de lancer la guerre dite du Kosovo et de légitimer l’OTAN comme vecteur militaire de l’impérialisme étasunien auquel s’inféodèrent alors les Européens ; la défense tout azimut de l’UCK et de son chef Hasim Thaci, actuel Premier ministre du Kosovo, malgré les rapports accablants sur la mafia institutionnalisée et le trafic d’organes humains ; la fiole contenant les armes chimiques agitée par un homme d’État respectable du pays le plus libre de la planète à l’ONU en 2003 pour justifier la deuxième guerre d’Irak dont nous ne finissons pas de payer le prix ; la mise en scène rocambolesque de la libération factice de la soldate Jessica Lynch, le 23 mars 2003, en réalité sauvée par les militaires irakien; la justification de la guerre au Nicaragua par l’entremise des contras armés par la vente illégale d’armes à l’Iran (alors sous embargo) ; ou encore, bien avant, en 1964, l’incident du Golfe du Tonkin qui permettra aux États-Unis de lancer la terrible guerre du Vietnam où Mosanto (jamais sanctionné) s’illustrera par le déversement de l’agent orange qui encore aujourd’hui tue dans ce qui aura été la pire guerre chimique de l’histoire de l’humanité. J’arrête là, car on pourrait dérouler cette liste sur des pages. Tout cela, donc, n’implique pas de s’interroger devant les images et les « informations » qu’on nous soumet lors des crises ? De se souvenir des leçons du passé pour tenter de démêler le vrai et le faux dans le flot des « faits » qu’on nous somme de croire sur-le-champ ? Pour ma part, ces références passées m’incitent a priori à me méfier fortement de toute information provenant ou validée par Washington. C’est peut-être un tort, mais je crois qu’il s’agit surtout d’un réflexe sain, tant le côté pathétique de ces images et informations tend à en interdire toute interprétation, car devant l’horreur, on n’est censé que s’émouvoir. Je suis radicalement contre cette posture. La manipulation des informations est une bien plus grande offense aux victimes réelles que les interrogations que toute personne censée peut avoir devant des vérités et des indignations devenues obligatoires. Ne pas pouvoir interroger l’information qu’on nous soumet, fût-elle dramatique, ne pas pouvoir exercer son esprit critique, n’est-ce pas une dérive dangereuse, même lorsqu’elle est imposée au prétexte de bons sentiments ? N’est-ce pas, cela aussi, orwellien au sens strict du terme ?

Ainsi, je me permets de mettre encore une fois en doute la moralité supposée des indignations sélectives organisées. L’émotion obligatoire, et obligatoirement manifestée dans les interventions publiques, n’aide en rien à prévenir les bombardements dans un pays étranger. Elle est rarement suivie de faits concrets, et nos gouvernants le savent bien – ils ne la pratiquent que pour se donner une bonne image tout en illustrant par là-même leur impuissance. Et lorsqu’elle s’accompagne, comme souvent, de la production d’un ennemi de circonstance, chargé de tous les maux, représentant le mal – forcément cruel, tuant les civils à dessein, menteur et manipulateur, par opposition au camp d’en face, compatissant, précautionneux, honnête et transparent –, ce n’est plus aux bons sentiments que cette indignation s’adresse, mais aux mauvais. L’histoire de la guerre froide ne nous a donc, elle non plus, rien appris ? Ces moments d’hystérie collective sans possibilité de réflexion produisent de la haine, qui reste ensuite enracinée dans les consciences et facilite, le moment venu, l’enthousiasme guerrier capable de pousser des gens à partir, la fleur au fusil, combattre des adversaires qu’ils ont appris à détester sans jamais s’être donné la peine de les comprendre.

Ceux qui critiquent ma position peuvent bien la trouver cynique ; la leur, toute rose qu’elle soit, me paraît effrayante, car c’est celle qui conduit aux guerres. J’en veux pour preuve l’ahurissante tribune dans Le Monde du 13 décembre 2016 des « pacifistes » Yannick Jadot et Raphael Glucksmann qualifiant exclusivement Poutine et Al-Assad de terroristes (« Poutine et Al-Assad sont des «terroristes» et ceux qui les soutiennent en France sont leurs complices ») tout en réussissant l’exploit de ne pas parler une seule fois des terroristes djihadistes d’Al-Nosra, ni de leurs financiers et inspirateurs wahhabites. Candidat à l’élection présidentielle, Yannick Jadot fait ici preuve d’une attitude bien peu sérieuse en adoptant une ligne mêlant suivisme absolu des États-Unis et attitude hostile à l’égard de la Russie, visiblement coupable de tous les maux. Comment peut-on ne pas se rendre compte que, quoi qu’on pense de la politique intérieure russe, ce « russian bashing » induit un risque d’escalade avec ce pays, que certains faucons à Washington et à l’OTAN souhaitent ouvertement, mais dont on peine à voir l’intérêt pour la France ? Ce genre d’analyse moralisatrice à l’emporte-pièce, qui n’a pour but que de se faire bien voir d’un public mal informé, évite de se pencher sur les motivations des puissances régionales. Turquie, Iran, Irak, Israël, Qatar et Arabie Saoudite ont des visées sur la Syrie, tant dans le but de dépecer le pays (but avéré d’un Erdogan souhaitant reconstruire un pan de l’empire Ottoman jusqu’à Mossoul ou au moins la bande turkmène à sa frontière ou encore d’Israël souhaitant annexer le plateau du Golan, où se trouvent les sources du Jourdain et des réserves avérées de pétrole et qu’elle occupe illégalement depuis 1973), que pour dominer un peu plus le marché des hydrocarbures, et leurs stratégies ont joué et jouent un rôle central dans le chaos syrien. De leur côté, les Russes défendent bien évidemment leurs intérêts géostratégiques, qui le nierait ? Il s’agit pour eux de ne pas perdre leur base militaire de Tarsus sur la mer Méditerranée, de combattre et contenir les 2500 djihadistes russophones servant dans les rangs de Daesh ou d’Al-Nosra tout en étant ne perdant pas la main sur les hydrocarbures de la région. Quant aux Etats-Unis, ils poursuivent leur œuvre chaotique de de désintégration du Proche et du Moyen-Orient, de contrôle des hydrocarbures et de suppression des gouvernement nationalistes, laïques et socialisant comme ils l’avaient initié dès 1953 en renversant le gouvernement élu de Mohammad Mossadegh par une opération de la CIA comme celle-ci l’a avoué récemment.

Comment en sommes-nous arrivés là ou les dérives d’une diplomatie française sans colonne vertébrale

Encore une fois, si l’indignation face à la mort des civils et nécessaire, il est tout autant nécessaire de s’interroger sur l’attitude de ceux qui nous gouvernent devant de telles crises. Et en la matière, l’audit est assez lamentable et les rodomontades du nouveau premier ministre Bernard Cazeneuve, quin’effraient personne, ne masqueront pas longtemps les responsabilités des gouvernements PS, et avant LR, dans le drame syrien, et la déconfiture de notre diplomatie dans la région. Ce positionnement « À l’Ouest de l’Ouest », en surenchère par rapport aux États-Unis, décrit par Jean-Pierre Chevènement, ne peut conduire qu’à l’isolement de la France et à son effacement diplomatique, largement amorcé. Comme le souligne Caroline Galactéros, « la France manifeste une totale incompréhension du réel (…) en démontrant à la face du monde et surtout à l’ennemi – qui observe notre incohérence diplomatique et politique – qu’elle pratique le grand écart stratégique au dépend de nos concitoyens. Comment justifier notre combat au Mali contre les djihadistes sunnites, notre soutien en Irak aux chiites contre les sunnites, et en Syrie notre appui aux groupuscules sunnites les plus extrémistes contre Bachar al-Assad… tout en prétendant profiter du marché iranien… et vendre des armes aux Saoudiens et aux Qataris sunnites qui sont les financiers du djihadisme mondial ? »

Les groupes djihadistes qui pullulent en Irak, en Syrie, au Yémen, au Sahel, ou en Libye, les attentats qui ont frappé le monde, ont tous une même origine : le salafisme wahhabite. Cette idéologie provient d’Arabie Saoudite qui grâce à ses immenses capacités financières, tirées des revenus du pétrole, la diffuse depuis des décennies partout dans le monde tout en s’armant de manière disproportionnée (elle du 3e budget de dépenses militaires mondial pour un PIB qui est le 20e mondial et sa population qui est la 41ème mondial). Depuis des décennies également, les États-Unis instrumentalisent l’islamisme wahhabite militant sans réellement le contrôler, et ce au service de leurs intérêts géopolitiques, comme on a pu le constater dès la première guerre d’Afghanistan quand les moudjahidines ont été armés, entraînés et financés par la CIA et en particulier un petit groupe de combattants « internationalistes islamistes » guidées par un certain Ben Laden. Cette ligne a été maintenue jusqu’à l’actuelle guerre en Syrie avec les conséquences que l’on sait. La guerre illégitime d’Irak en 2003 a accéléré le processus de désintégration du mouvement de la Nahda : en désagrégeant volontairement la totalité de l’État irakien baasiste (traitement qui n’avait même pas été réservé aux restes de l’État allemand en 1945 après la défaite des nazis), les États-Unis ont fait de l’Irak un foyer du djihadisme international. La conséquence la plus tragique aura été de favoriser la création de Daech, mix explosif des baasistes irakiens sunnites et des éléments d’Al-Qaïda sans lequel bien des apprentis terroristes n’en seraient restés qu’au fantasme. Là encore les États-Unis ont laissé faire, les combattants de la nouvelle organisation allant s’installer en Syrie en raison du vide créé dans certaines régions par la guerre civile. Il est utile ici de citer ce mail de Jake Sullivan (conseiller spécial d’Hillary Clinton pour la campagne présidentielle de 2016) à Hillary Clinton où il déclare « Al-Qaïda est de notre côté en Syrie » (sic !).

Les coupables directs sont bien dans le Golfe, et ce sont en particulier l’Arabie Saoudite et le Qatar. Certes, les djihadistes ne sont pas totalement contrôlables ; en 2003, ils mènent ainsi des attentats sur le sol de l’Arabie Saoudite. La répression est sévère, mais seulement à l’intérieur du pays, le financement des groupes djihadistes hors de ses frontières continuant de plus belle, en particulier en Syrie, par le biais de financement direct, non de l’État, mais des grandes familles du Royaume. Il en va de même pour le Qatar, autre allié de la France. Enfin la Turquie, notre allié direct au sein de l’OTAN, a servi de base arrière aux divers groupes djihadistes, de source de ravitaillement logistique, de havre de repos, offrant soins, possibilités d’entraînement et facilités de financement dans ses banques, et achetant à Daech pétrole et coton. Censée elle aussi participer à la coalition en lutte contre l’État islamique, elle soutient de fait les djihadistes en qui elle voit un contrepoids aux forces kurdes, qui comptent pourtant parmi les meilleurs alliés au sol de la coalition. Ainsi, depuis l’attentat de Suruç de juin 2015, perpétré par Daech, la Turquie d’Erdogan utilisera principalement sa force militaire pour attaquer les Kurdes du Rojava, empêcher aux combattants kurdes de se replier (à Kobané en 2015 comme à Manbij en août 2016 où elle a carrément et ostensiblement servi la logistique de Daech), reprendre la guerre avec le PKK, mener une répression impitoyable contre les forces démocratiques et de gauche en Turquie et contre les Kurdes. Elle a mené des opérations militaires d’envergure entraînant la mort de centaines de civils dans des villes comme Sour ou à Djizré, dont Corine Morel-Darleux et moi-même avons été témoins sur place, sans là encore provoquer l’émotion des médias occidentaux ni de nos gouvernants. Et pourtant, ce sont bien les Kurdes, en particulier du Rojava, qui depuis quatre ans assurent le gros des combats contre les djihadistes tout en étant une force politique démocratique et militaire sérieuse face à Bachar al-Assad.

À chaque fois, notre gouvernement a fait l’autruche, préférant dénoncer en chaque circonstance la Russie, dont l’intervention en Syrie a pourtant réussi à changer la donne stratégique. Il est nécessaire de rappeler ici, sans pour autant être accusé de « pro-poutinisme », ainsi que l'a fort bien dénoncé récemment Pascal Boniface dans Mediapart, que l’intervention russe a fait suite, d’une part, à la menace de voir Daech prendre Damas, et d’autre part, au refus occidental, et spécifiquement français, de suivre la proposition formulée par la Russie devant l’assemblée générale de l’ONU en septembre 2015 de mettre en place une coalition internationale sous mandat de l’ONU pour défaire les djihadistes en Syrie et en Irak. Le camp occidental a refusé cette proposition (que la France défend pourtant maintenant) en exigeant, comme préalable, le départ de Bachar el-Assad « avec qui on ne peut négocier » (mais on se demande avec qui on négocie à l’issue d’une guerre, si ce n’est pas avec un ennemi). Sans l’intervention russe, Daech serait maintenant un acteur étatique de premier plan et aurait fait le grand pas vers la mise en place de son grand projet géopolitique : le renouveau du califat. Si ce projet avait abouti, il est aisé d’imaginer le sort des populations civiles non sunnites, à commencer par les chrétiens de Syrie. La Russie avait également proposé en 2012 un plan de sortie de pouvoir de Bachar sur 5 ans, accepté par une partie de l'opposition syrienne. C'est bien l'obsession des occidentaux de détruire l'Etat syrien qui a amené le conflit dans la tragédie où il est aujourd'hui.

 

Plus profondément, la tragédie de la diplomatie française tient aux relations plus que douteuses qu’elle entretient avec les monarchies théocratiques du Golfe, à commencer par l’Arabie Saoudite et le Qatar. Il y a tout d’abord les contrats d’armement colossaux qui obèrent toute critique d’autres États en ce qui concerne le non-respect des droits de l’homme dans ces pays où la charia est de rigueur, où l’on décapite, tranche les mains des voleurs et où les femmes n’ont quasiment aucun droit. Mais aussi des accointances politiques : régulièrement, que l’on soit PS ou LR, on se rend au Qatar ou en Arabie Saoudite chercher financement et soutien au point où on arrive à des caricatures de tentatives de corruption par nos « élites » politiques – on pourra écouter (réécouter ?) avec bonheur l’émission radiophonique de Là-bas si j’y suis « Le Qatar déchaîné »du 30 novembre 2013 où l’on décrit par le menu la visite de nos élites politiques lors du départ du précédent ambassadeur du Qatar et qui vaudra en partie à l’émission d’être déprogrammée malgré son audience record. Pire encore, la diplomatie française, beaucoup trop influencée par les néoconservateurs (la « secte » atlantiste extrême du quai d’Orsay ou les personnalités issues de la French-American Foundation), a fait sienne la vision anti-iranienne du conflit syrien des Saoudiens – maintenant complètement ridiculisée par le fait que les États-Unis eux-mêmes renforcent le camp chiite en offrant Mossoul au gouvernement chiite de Bagdad qu’ils ont installé. Cette grille de lecture ethnico-religieuse a favorisé l’enlisement du conflit syrien et le renforcement des organisations djihadistes. Elle a amené le gouvernement à lancer la France dans une « guerre au terrorisme » perdue d’avance, car on ne fait pas la guerre à des concepts, au lieu de favoriser des solutions politiques sans lesquelles les embardées militaires ne font que produire encore plus de terroristes.

L’artisan principal du tête-à-queue diplomatique français au Proche-Orient, en dehors de François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls, est Laurent Fabius. Fabius a finalisé l’effondrement de la grande diplomatie française au Proche-Orient, disqualifiant la France dans cette région du monde où son influence a longtemps été importante, laissant le champ libre à de nouveaux acteurs comme la Russie et même la Chine. Mais Fabius s’est surtout surpassé en Syrie. Alors que la conférence de l’opposition démocratique syrienne se déroulait à Genève, le 30 janvier 2013, Fabius a organisé, le même jour, une contre-conférence de « l’opposition syrienne » à Paris, réunissant des intervenants adoubés par le Qatar et l’Arabie Saoudite. Il a ainsi fortement contribué à saborder les accords de Genève 2 quand Assad était encore faible, que Daech n’était pas pleinement constitué et que la Russie n’était pas intervenue en Syrie.

Comme le rapportait France Info le 14 mars 2013, Fabius a été l’un des acteurs principaux, en France, de la levée de l’embargosurla livraison d’armes aux djihadistes, sous couvert d’armement de « l’opposition démocratique », tout en sachant parfaitement où ces armes atterrissaient concrètement. Son rôle dans l’assistance par la France de groupes djihadistes serait à déterminer, mais mérite en soi une enquête parlementaire. Fabius a été, au gouvernement français et dans le camp atlantiste, un des principaux boutefeux exigeant une intervention militaire contre Damas après l’attaque chimique contre le quartier de la Ghouta, faisant preuve d’une inconséquence extrême. On se souviendra que la France s’est ridiculisée dans cette affaire après qu’Obama s’est rétracté – fort heureusement d’ailleurs, car cela aurait sans doute permis à Daech de prendre la capitale syrienne, plongeant alors le Proche-Orient dans une situation géopolitique inédite et particulièrement explosive. Il est apparu récemment que cette attaque avait été réalisée à partir d’un stock de gaz… libyen, selon l’organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OPCW). Fabius a également été en première ligne, en France, pour donner aux groupes terroristes djihadistes des appellations aux connotations positives telles que « résistants », « rebelles », « rebelles modérés », etc. Il n’a jamais rien eu à redire sur l’attitude de la Turquie dont j’ai rappelé plus haut le rôle de base arrière des djihadistes.

L’impossibilité de parvenir à un accord pacifique – certes, très difficile – en Syrie entre les différents belligérants est le fait d’une politique atlantiste folle où le départ de Bachar el-Assad était présenté comme le préalable à toute négociation. Fabius a été un des plus fanatiquesinstigateursde cette politique désastreuse pour la paix dans le monde, mettant de l’huile sur le feu d’une guerre qui n’en avait pas besoin. Par contre, Fabius avait les yeux de Chimène pour… Al-Qaïda. Ce seul point devrait le conduire devant la Cour de justice de la République pour trahison. Fabius déclarait en effet, en décembre 2012, à Marrakech : "Le front Al-Nosra fait du bon boulot en Syrie, il est difficile de les désavouer". Pour rappel, Al-Nosra est la branche syrienne d’Al-Qaïda. Récemment, sous la pression de la Turquie et du Qatar, cette organisation s’est rebaptisée « Jabhat Fatal al-Cham », afin d’apparaître plus acceptable aux yeux des médias occidentaux, en particulier dans ce que certains qualifient de « défense d’Alep », soit la prise en otage de plusieurs dizaines de milliers d’habitants dans un peu plus d’un tiers de la ville.

Il est plus que temps pour ceux qui sont aux commandes de la diplomatie française de rendre des comptes. L’histoire les jugera, mais il est légitime d’ores et déjà de se demander qui la France a armé dans le conflit syrien – puisque cet armement est maintenant avéré –, avec quelles armes et avec quel suivi. Les citoyens doivent se réapproprier ces questions et exiger des réponses claires quant au choix des alliances dans lesquelles la France a été engagée. L’Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie, les États-Unis ont des intérêts qui pour beaucoup ne sont pas les nôtres. Ils ont hautement contribué à la déstabilisation du Proche-Orient, avec pour résultat immédiat des actions terroristes à répétition, d’abord dans le monde arabe, puis en France et en Belgique, et l’escalade militaire qui a conduit aux tragédies telles que celle d’Alep-Est.

 

La France doit cesser de s’enfermer dans des postures dogmatiques et retrouver, notamment sur le dossier syrien, la diplomatie de médiation qui a, dans un passé pas si lointain, été sa marque de fabrique. Elle devrait ainsi, tout en soutenant les restes de l’opposition démocratique à Bachar al-Assad, chercher à construire une coalition internationale sous mandat de l’ONU pour éradiquer les groupes terroristes les plus dangereux. Il faudrait rouvrir l’ambassade de France à Damas, non en soutien au régime syrien (si les ambassades ne fonctionnaient que dans les pays respectant la démocratie et les droits de l’homme, il faudrait en fermer des dizaines), mais pour se donner les moyens d’une action sur place, permettre l’échange d’informations avec les services de renseignement, disposer d’une antenne officielle de la DGSE et offrir un appui, sinon un point de repli, aux éventuels opposants au régime. Il faudrait pour cela que la France retrouve son indépendance en sortant de l’OTAN et se démarque totalement du Qatar, de l’Arabie Saoudite et de la Turquie pour contribuer à les forcer à modifier leur ligne géostratégique. C’est en définitive tout le système d’alliances de la France et sa vision internationale qui doivent être repensés si nous souhaitons à horizon visible contribuer à mettre un terme à la menace de la guerre et du terrorisme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.