Djordje Kuzmanovic

Analyste géopolitique, ancien officier de l'armée français, animateur du livret Défense et Géostratégie de la France Insoumise et soutien de Jean-Luc Mélenchon, Secrétaire national du Parti de Gauche en charge des questions Internationales et de défense

Paris - France

Sa biographie
Secrétaire national du Parti de Gauche - International et défense
Voir tous
  • Attentats de Charlie Hebdo : Quid des commanditaires ?

    Par
    Il y a deux ans, les frères Kouachi assassinaient 12 citoyens et en blessaient 11 en s'attaquant à la liberté d'expression. Y périrent, entre autres, les excellents et irremplaçables Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski et Bernard Maris. Leurs meurtriers ne sont plus, mais qu'en est-il est commanditaires ?
  • Alep, plaidoyer pour la liberté d’analyse et une géopolitique cohérente de la France

    Par
    Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire, c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques - Jean Jaurès, Discours à la jeunesse, Juillet 1903.
  • L’Ig Nobel de la paix de Laurent Fabius

    Par
    Laurent Fabius a été nominé pour recevoir le prix Nobel de la paix. Après avoir constaté que nous n’étions pas le 1er avril et s’être pincé, il a fallu en venir à la conclusion tragique que cela était une vraie information et une vraie nomination, tout aussi absurde que celle d’Obama en 2008 (qui, lui, avait eu le prix Nobel ; tout peut arriver donc), le ridicule en plus.
  • Nice, et après ? Pour une réponse - réellement - républicaine

    Par
    Quelles réponses réellement républicaine peut-on apporter à la menace terroriste ? L'analyse, co-écrite par Théophile Malo et moi-même, initialement publiée le 9 décembre 2015 dans un cahier spécial de la Revue Défense Nationale, a été mise en ligne sur le site "Mémoire des Luttes" - cette version est amendée des tragiques événements récents de Nice.
  • Erdogan, un pas de plus vers la dictature

    Par
    La lumière reste encore à faire sur la nature réelle et le déroulé du coup d’Etat du 15 juillet en Turquie, mais il apparaît clairement que le grand vainqueur en est Recep Tayyip Erdogan. Il en profite pour déclencher une répression ultra-violente et sans précédents contre tous ses opposants qu'ils soient Kurdes, kamélistes, pro Gulen, de gauche, qu'ils soient réels ou fantasmés. Topkapi renaît.