Dominique Boury
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2019

Pour qui roule ministère de l'écologie ?

Lors d'une réunion publique d'information sur l'octroi d'un PERM (permis exclusif de recherche minière) représentant de l'entreprise minière et représentant du ministère de l'écologie défendent de concert un projet d'extraction de tungstène dans une Parc Naturel Régional

Dominique Boury
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une société minière – Tungstène du Narbonnais a déposé une demande de permis pour effectuer des recherches sur la commune de Fontrieu dans le Tarn. Un collectif s’est créé pour s’opposer à ce projet qui menace en particulier les ressources en eau potable d’une commune qui possède deux sources d’eau minérale réputées.

Le collectif Stop Mines81 participait le 30 septembre à une réunion publique d’information organisée par les services de l’État. Près de 350 personnes se pressaient dans la salle municipale, majoritairement acquises aux positions du collectif. Ces positions sont détaillées sur leur site.

En présence du sous-préfet de Castres, du directeur de la DREAL, d’un représentant de l’entreprise minière, les débats ont été introduits (et animés) par Rémi Galin, chef de Bureau à la DGALN, Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature, dépendant donc du ministère de l’écologie et de la solidarité.

C’est très surprenant ! On imaginerait le ministère de l’écologie en soutien des défenseurs de l’environnement, de la biodiversité et de la qualité des eaux potables que ce projet menace. Non ! Il est du côté de l’industrie minière. Ne disait-il pas dans un interview à Usine Nouvelle : « la mine propre n'existe pas... une mine a toujours un impact sur les populations, l'environnement, elle transforme toujours un territoire. A notre charge de rendre cet impact positif ».

Plus surprenant encore, en invité surprise : Jean-Pierre Kucheida, ancien député maire de Liévin, venu faire un couplet sur les mineurs du Nord ; une intervention qui passe très mal, il la termine sous les huées de la salle.

Mais incidemment, il vend la mèche : proche de Rémi Galin, ils se mobilisent tous les deux pour soutenir la réforme du code minier ; ce qui fait écho à la proposition de loi dont Claude Taton dans ses billets de blog nous rappelle les enjeux : « Cette proposition n’est pas simplement un toilettage ou une modernisation d’un instrument juridique, tel qu'on veut nous le faire croire. Elle consacre la volonté de relancer, en France, l'activité extractive et de répondre aux industriels qui demandent de simplifier les procédures de sorte que leurs activités puissent être garanties durant des décennies à venir. »

Ainsi, sans vergogne, représentant de l’industrie minière et représentant du ministère de l’écologie viennent vanter les mérites d’un projet d’extraction de tungstène au milieu du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc. Comme le revendiquait déjà Rémi Galin :  « La réforme du Code minier, la définition et la promotion d’un nouveau modèle minier plus responsable sont de nature à permettre l’émergence de projets miniers très profitables aux territoires concernés [...] leur développement et leur succès reposent sur notre capacité à mobiliser les investissements des entreprises vers cette voie de sécurisation potentielle de leurs approvisionnements à long terme et sur la compatibilité environnementale des projets d’exploitation et des techniques susceptibles d’être mises en œuvre. »(1)

Rémi Galin, Le renouveau minier français et les matières premières stratégiques, Annales des Mines - Responsabilité et environnement, 2016/2 (N° 82), p. 77 à 80.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Les macronistes et LR préfèrent les amendes à la parité
Moins de femmes ont été élues députées en 2022 qu’en 2017. Plutôt que respecter les règles aux législatives, des partis ont préféré payer de lourdes amendes : plus de 400 000 euros pour Ensemble, et 1,3 million pour Les Républicains, selon nos calculs. Certains détournent aussi l’esprit de la loi.
par Pierre Januel
Journal — Santé
Entre croyances et tabous, une psychiatrie au chevet des patients « venus d’ailleurs »
Dans beaucoup de familles issues de l’immigration, les problèmes psychiques sont tus, ou traités par des solutions radicales liées à la culture du pays d’origine. La psychiatrie transculturelle, en prenant en compte les croyances des individus, veut offrir les soins les plus adaptés. Témoignages.
par Céline Beaury et Latifa Oulkhouir (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida