Complotisme populisme: attention danger!

Quelques réflexions suite à l'enquête menée par la Fondation Jean Jaurès et l'ONG Conspiracy Watch sur l'importance du complotisme dans l'opinion française.

Complotisme, populisme, attention danger !

L’enquête menée par la fondation Jean Jaurès et l’ONG Conspiracy Watch sur l’impact du complotisme sur l’opinion publique en France, et surtout les résumés qui en sont faits (par exemple Le Monde « Les théories du complot bien implantées au sein de la société française », Jean-Baptiste de Montvalon le 7 janvier 2018) me posent problème.

Rudy Reichstadt en fait la synthèse sur le site de la fondation JJ, et c’est de ce document que je partirai.

Tout d’abord, la notion de complotisme me semble faible ou tout au moins capable d’englober des croyances, opinions ou convictions de nature tout à fait différente. Quel point commun entre les convictions religieuses du courant créationniste, les positions politiques divergentes, le climato-scepticisme, les fantasmes sur l’immigration, le négationnisme…

Sont évacuées toutes les causes différentes de l’adhésion à telle ou telle thèse « complotiste » : est-ce que nous devons nous opposer de la même manière à des croyances religieuses (non au créationnisme mais oui au dogme de l’immaculée conception ou à la présence charnelle du christ dans l’hostie) ; à des positions politiques possibles ou discutables (si la CIA n’est peut-être pas impliquée dans le meurtre de Kennedy elle l’est bien dans le renversement d’Allende au Chili et autres gouvernements de gauche dans le monde) ; à la manifestation de convictions nées de l’ignorance (croire que la terre est plate !)… etc. ; à la méfiance vis-à-vis du discours des pouvoirs publics (si les Etats-Unis n’ont pas organisé ou laissé faire les attentats du 11 septembre pour pouvoir envahir l’Irak et l’Afghanistan, ils ont bien manipulé l’opinion pour faire croire à l’existence d’armes de destruction massive qui n’ont jamais été trouvées ! Colin Power à l’ONU c’est une image inoubliable : complot ?).

Le doute croissant quant aux versions officielles, la méfiance par rapport aux principaux médias est un fait massif, qui a peu à voir avec les théories du complot mais renvoie aux limites du fonctionnement démocratique de nos sociétés. C’est effectivement un « phénomène majeur ». La question de la vaccination par exemple n’a jamais été abordées de manière ouverte par nos gouvernants : rappelons nous les injonctions de Roselyne Bachelot à aller se faire vacciner contre le virus H1N1 dans les préfectures !! Quel débat national honnête à a été mené ?

La transparence, si elle ne peut être totale doit être favorisée.. ouverture des archives, levée des secrets défense… simple communication de tous les documents administratifs aux citoyens ; l’immunité judiciaire des « puissants », personnel politique, économique, industriel, financier… les affaires de Karachi, de Khadafi laissent entrevoir des zones d’ombre propices à toutes les constructions imaginaires ; la responsabilité des institutions policières ou du renseignement, qui ne sont pas exempts de ratages et de manipulations ; le fonctionnement habituel des services de contre-espionnage.

La théorie du complot n’est pas univoque ; vouloir tout mettre dans le même sac (complot, fake news, post-vérité) c’est préparer des mesures de censure, de contrôle. Les propositions de Macron sur les fake news visent à mieux peser sur les journalistes et les rédactions ; la remise en cause de la neutralité du Net sont autant de menaces à prendre au sérieux.

En amalgamant toutes ces fractions hétérogènes de l’opinion on peut tirer des conclusions politiques très utiles !! Les électorats de Mélenchon et de Le Pen sont les mêmes ! Haro sur le populisme… Et bien sûr, il s’agit de catégoriser l’opinion publique en blocs bien distincts en fonction de leur « crédulité », ce sont les électeurs de la République en Marche ou du Modem qui ont le plus « confiance » dans les versions officielles !! Mais attention, les chomeurs sont plus « dubitationnistes » (sic) que les autres, on se demande pourquoi ?

Ce qui est inquiétant, c’est la manière dont les médias vont utiliser cette enquête. Pas de remise en cause de leurs contenus, de leurs liens avec les élites politiques et financières, de leur fonctionnement puisque les opposants sont intoxiqués par le complotisme, voire le populisme...

Une des premières tâches serait de définir ce qu’est un complot. Une action intentionnelle d’un groupe, concertée, planifiée dans la durée, clandestine/secrète, visant un effet déterminé en général contre un adversaire, une nation, dans l’intérêt d’une ou plusieurs parties… Distinguer ce qui est complot de ce qui relève de la conviction religieuse, du débat politique, de la controverse scientifique, …

Et se méfier du renforcement des contrôles, de la censure…

Ce billet n’est qu’une réaction à chaud, merci pour tous vos commentaires, critiques et compléments ! Affaire à suivre…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.