Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

224 Billets

9 Éditions

Billet de blog 3 mai 2015

Message de la jeunesse de Syriza (1er mai)

Un texte du 1er mai que tout jeune (et moins jeune) Européen devrait avoir lu, et compris...C'est celui que la branche "jeunesse" de Syriza a rédigé à destination de tous les jeunes d'Europe (mais valable dans bien d'autres endroits...)

Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un texte du 1er mai que tout jeune (et moins jeune) Européen devrait avoir lu, et compris...
C'est celui que la branche "jeunesse" de Syriza a rédigé à destination de tous les jeunes d'Europe (mais valable dans bien d'autres endroits...)Texte disponible en anglais, allemand, espagnol et italien sur ce site:
http://international.neolaiasyriza.gr/message-of-the-youth-of-syriza-for-the-1st-of-may-4-languages/
Message de la jeunesse de Syriza à l’occasion du  1er Mai
"Jeunes d’Europe et du monde,
Travailleurs, chômeurs, citoyens d’Europe et du monde
Nous vous écrivons depuis l’avenir. Nous vous écrivons depuis un avenir dystopique, un avenir sombre,  un avenir indigne de tout jeune homme ou jeune femme vivant au XXI è siècle. Un avenir, auquel nous survivons depuis les cinq dernières années dans notre pays, la Grèce. Un avenir, dont  vous connaissez sans doute certains aspects   Un avenir dont vous voyez peut-être aussi apparaître certaines caractéristiques dans votre pays, dans votre propre vie.
Vous avez peut-être entendu dire qu’en Grèce fut élu récemment un gouvernement «extrêmiste», provoquant des turbulences sur les marchés,  détruisant  tout, y compris la confiance que le pays avait réussi à établir au moyen du «Mémorandum» et de la discipline budgétaire, un gouvernement qui renie ses engagements et se moque des contribuables européens : vous-mêmes.
Mais tentons de poser un regard plus précis sur ce pays nommé «Grèce», au-delà des idées reçues; Regardons son peuple, voyons comment il vit.
 
La Grèce est un pays dans lequel une large majorité de jeunes vit dans une «zone grise» , celle de la précarité (des travailleurs-pauvres comme on les nomme), chômage, émigration.
Le taux officiel de chômage parmi les jeunes est de 60%. Le salaire ordinaire n’y est pas suffisant pour permettre à un jeune de vivre de manière autonome. Les soins de santé n’ y sont accessibles que pour une minorité, la culture et le sport interdits.
200 000 jeunes ont quitté le pays pour survivre et sont maintenant chez vous. La Grèce n’accorde pas la citoyenneté à des jeunes nés et élevés sur son sol, simplement parce que leurs parents sont immigrés.
C’est un pays qui surexploite les femmes. Un pays de 10 millions d’habitants, dont 6 millions vivent  sous le seuil de pauvreté, un pays de chômage et de travailleurs pauvres.
Un pays où l’on pulvérise les rêves, et où les jeunes sont «en  trop».
Mais en même temps, la Grèce est un pays qui se bat contre le régime haïssable du Mémorandum. Ce régime créé par l’élite grecque, laquelle a appris à  gagner en toutes circonstances , à toujours accuser les pauvres pour ses propres fautes , et à éliminer le grand nombre pour le profit de quelques uns.
Ce régime a poussé les gens à sortir dans la rue et sur les places au cours des dernières années. Et finalement, le peuple a renversé ce régime au terme d’un dur et long effort.  Et c'étaient vos gouvernements qui maintenaient le régime vivant, ainsi que l'eurozone, et votre indifférence.
Mais assez parlé de nous, parlons maintenant de vous. Vous, qui êtes témoin de la montée du taux de chômage dans l’UE tandis que les riches deviennent toujours plus riches.  Vous qui avez constaté comment fonctionne le système, comment vos gouvernements et vos  medias décrivent la situation de façon mensongère. Il en faisaient de même, et vous mentaient, quand vous descendiez manifester et protester dans les rues.
Nous ne vous demandons pas de l'aide. Nous vous demandons de lutter pour vous-mêmes. Le chômage des jeunes est l’étincelle qui peut mettre le feu aux poudres. Sacrifier la jeunesse dans le but de vaincre la crise pourrait bien être le point faible de leur plan.  Il suffit que nous ayons la volonté de refuser d’être une génération perdue.
Il y a 129 ans, à Chicago, le slogan fut entendu pour la première fois. Mots d’une portée internationale,  une voix commune.
Huit heures de travail,  huit heures de repos, huit heures de loisir.
Si vous pensez que cela vous concerne, alors mettez-vous à l’oeuvre et changez votre avenir. C’est ce qu’on essaie de faire ici.   Permettez-nous d’espérer que cela puisse être également bon pour nous tous. C’est le rôle que nous devons jouer. C’est notre vie.
Saluts du fond du coeur.    
La jeunesse de Syriza  Commission des relations extérieures
-----------------------------

Mes remarques sur la traduction et ses difficultés, en commentaires.
Pour plus de commodité, je joins le texte en PDF
----- mercredi 6 mai ------

Corrections effectuées grâce à Gonetoufar. Merci à lui. Mais j'ai la flemme de corriger le PDF, tant pis.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens