D'après un professeur de linguistique d'Oslo, l'anglais est une "langue scandinave"

Un des arguments des "fans" de l'anglais comme "lingva franca" moderne est que ce serait grâce à "l'excellence" de leur pédagogie, leur "ouverture d'esprit", leur "dynamisme"... (et que sais-je encore?) que les pays du Nord de l'Europe seraient "bons en langues", et surtout très bons locuteurs d'anglais (tandis que nous, nous serions "chauvins" et "arrogants"). Mais deux linguistes viennent, par leur travail, bousculer cette vision (simpliste?) des choses.

Un des arguments des "fans" de l'anglais comme "lingva franca" moderne est que ce serait grâce à "l'excellence" de leur pédagogie, leur "ouverture d'esprit", leur "dynamisme"... (et que sais-je encore?) que les pays du Nord de l'Europe seraient "bons en langues", et surtout très bons locuteurs d'anglais (tandis que nous, nous serions "chauvins" et "arrogants"). Mais deux linguistes viennent, par leur travail, bousculer cette vision (simpliste?) des choses.Car, si nous sommes quelques "non-spécialistes" (officiellement, du moins [*] ) à critiquer ce genre de bourrage de crâne (culpabilisant pour les citoyens du Sud de l'Europe), notre parole est peu audible. Voici qu'un professeur de linguistique d'Oslo apporte de l'eau à notre moulin.

Rappelons que le norvégien, le suédois et le danois sont des langues proches, dont les locuteurs peuvent échanger entre eux (presque?) sans aucun apprentissage. Pour avoir séjourné au Danemark, j'ai constaté qu'une touriste suédoise peut très bien s'adresser dans sa propre langue à une Danoise et être comprise..
De même, un Néerlandais, de par les caractéristiques de sa langue, peut comprendre et apprendre l'anglais ou l'allemand bien plus facilement que nous. Le Nord de l'Europe présente sinon une unité linguistique, du moins de nombreuses parentés.
Par contre, au Sud de l'Europe (Espagne, Portugal, Italie, France...) nous n'apprenons plus (ou beaucoup moins qu'avant) les langues les uns des autres...  puisqu'on nous plie à l'obligation d'anglais, et qu'on nous fait honte de ne pas bien y réussir!  (*)  

---------

capture d'écran capture d'écran











Linguist Makes Sensational Claim: English Is a Scandinavian Language

Nov. 27, 2012 — "Have you considered how easy it is for us Norwegians to learn English?" asks Jan Terje Faarlund, professor of linguistics at the University of Oslo. "Obviously there are many English words that resemble ours. But there is something more: its fundamental structure is strikingly similar to Norwegian. We avoid many of the usual mistakes because the grammar is more or less the same.

Lire la suite (en anglais)

Traduction: "Avez vous jamais remarqué comme il nous est facile à nous, Norvégiens d'apprendre l'anglais?" Demande Jan Terje Faarlund, professeur de linguistique à l'Université d'Oslo. "Evidemment, il y a de nombreux mots d'anglais qui ressemblent aux nôtres. Mais il y a encore autre chose: sa structure fondamentale est remarquablement semblable au norvégien. Nous évitons beaucoup des erreurs habituelles car la grammaire en est plus ou moins identique (à la nôtre)."

------------------------------------

Pour résumer l'article: pendant longtemps les linguistes professionnels ont pensé que l'anglais actuel était directement issu de l'anglais ancien ("Old English" ou "Anglo-Saxon"). Mais Faarlund  et son collègue Joseph Emmonds (de l'Université Tchèque de Palacký) pensent avoir trouvé la preuve qu'il n'en est rien, mais qu'au contraire il s'est élaboré très tôt, avant que les Normands francophones ne conquièrent les Iles Britanniques en 1066. Tout l'est du territoire était sous la loi danoise (Danelaw) Les envahisseurs scandinaves, réticents, comme tous les colonialistes, à parler la langue du cru, y importèrent donc non seulement leur vocabulaire, mais surtout leur syntaxe.

D'après les deux linguistes, des énoncés tels que :

"I have read the book." sont plus proche de la syntaxe scandinave  "Eg har lese boka." que de la syntaxe allemande  "Ich habe das Buch gelesen.", où le verbe est rejeté en fin de phrase.

Cependant, ce n'est pas du tout facile de déterminer les raisons pour lesquelles les habitants des îles britanniques ont adopté cette syntaxe plutôt que conserver celle du "Old English"... 

--------------------------

* (si on introduisait peu à peu l'espéranto comme langue auxiliaire, cela compenserait un peu ce désavantage du Sud au profit du Nord, dans la mesure où il y a environ 30% de racines germaniques et 60% de racines latines dans la langue de Zamenhof). A savoir également: d'après les commentaires de cet article  (cité plus bas),  en Suède il est possible de créer un cours d'espéranto dans le système scolaire"Laŭ mia scio en Svedio oni povas organizi instruadon de Eo kiel fremdlingvo en lernejo se kapablas kolekti 21 lernantojn por klaso kaj ekzistas instruisto por tiu klaso. Tiu praktiko estas efika. Ekzemple svedaj forumanoj en Lernu! estas tre aktivaj." Mais pour cela il faut qu'il y ait un groupe de 21 élèves désirant le choisir. C'est sans doute sur ce modèle que le sénateur Brésilien Cristovam Buarque a déposé en 2008 un projet de loi visant à instituer la même règle dans son pays.)

On peut d'ailleurs voir sur ce site qu'en Sicile, une école a obtenu des subsides de l'UE pour enseigner l'espéranto dans un établissement. Cela fera (peut-être) l'objet d'un autre billet.

--------------------------

[*] Je tiens également à rappeler que la démocratie c'est aussi de reconnaître que dans l'action, des gens peuvent aussi avoir acquis des compétences et élaboré des visions cohérentes et critiques sur les sujets qui les passionnent... Je pense que c'est mon cas.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.