Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

224 Billets

9 Éditions

Billet de blog 12 avr. 2016

"Elections, pièges à cons" ?

Il faut s'y résigner : il y a eu, il y a et il y aura longtemps encore de petits « malins », plus malins que tout le monde, des « purs et durs » qui se complaisent à critiquer les élections. Il faut admettre qu'ils n'ont pas entièrement tort. Sous leur forme actuelle, et à cause de notre constitution, les élections ont très peu d'efficacité pour changer l'ordre des choses.

Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(chers camarades, c'est sympa de "recommander", mais n'oubliez pas que chaque commentaire donne une chance de plus à un billet de "remonter dans le tracker", qui se trouve ICI. Alors, n'hésitez pas à ajouter 2 mots à votre clic d'approbation)

L'idée anarchiste, dans le sens essentiel de ne pas se soumettre à un pouvoir, de prendre soi-même les choses en main, est tout à fait estimable. Mais des phrases telles que « Si les élections permettaient de changer les choses elles seraient interdites » (que j'ai vue passer ce soir dans un twit) sont de l'ordre du paralogisme, et même du sophisme.
Ça peut faire sourire, s'il s'agit d'une blague, mais si trop de gens la prennent au pied de la lettre, alors c'est un renoncement dangereux qui peut nous conduire aux pires dangers.

Touits du 11-04-2016 © Bibi

 
Bien que voter ne soit pas suffisant, c'est tout de même un moindre mal que de laisser remettre tout pouvoir aux puissants en espèrant les contrer par des actions diverses telles que grève de la consommation, luttes syndicales, gratiférias, communes libertaires ou autres incroyables comestibles (vous pouvez compléter la liste des actions petites ou grandes qui contestent le système et introduisent des « grains de sable » bénéfiques). Car pour s'opposer au pouvoir gigantesque des forces entropiques à l'œuvre dans notre monde « moderne » (ou devrait-on dire « post-moderne »?) il faut marcher sur deux jambes.

 Il faut à la fois le pouvoir que donnent les urnes ET celui plus dynamique que procure un large mouvement citoyen, une mise en réseau des initiatives, une construction d'horizontalités créatrices...
En ce moment se tiennent dans toute la France des « Nuits debout » ce qui, vu l'état de désintégration du système dit « démocratique » français, européen et même mondial est une fort bonne chose.
Les partis politiques se sont déconsidérés depuis longtemps. Beaucoup de causes à cela, dans lesquelles je ne veux pas entrer ici.
Mais le temps presse.
Un certain homme politique, que j'aimerais qualifier de « cristallisateur », ou « d'éclaireur » nous parle de « bifurcation » nécessaire.

 J'ai lu un communiste qui, sur Mediapart, le qualifie de « révolutionnaire ». Sous la plume (enfin le clavier) d'un membre du PCF, ce n'est pas rien, tout de même !
Souvenons-nous : en 1936 le Front populaire arrive au pouvoir par les élections.
Mais sans les mouvements de grève de mai et juin 1936, les salariés n'auraient rien gagné ou pas grand chose.
Maintenant, hélas, il ne s'agit plus de simplement rétablir un peu de cette justice sociale dont on nous dépossède peu à peu depuis plus de 30 ans.
C'est bien plus grave.

Par le pillage des ressources, le dérèglement climatique, la disparition de nombreuses espèces animales et végétales, victimes de l'avidité insatiable des prédateurs humains, c'est l'Humanité qui est en danger.
Ceci est la responsabilité des riches, bien entendu, mais de nombreux non-riches en sont complices par manque d'information, par non prise de conscience.
C'est pourquoi nous avons impérativement besoin de nous rassembler autour d'une personnalité forte telle que celle de Jean-Luc Mélenchon, non pour le suivre en l'admirant, non pour pratiquer le culte de la personnalité, lui remettre les clés de notre destin, mais pour se mettre (avec lui et ses compagnes et compagnons), à ce boulot gigantesque : éviter l'aggravation des dangers qui menacent, sans être entièrement certains d'y parvenir.
C'est sans doute cela la principale honnêteté de Jean-Luc Mélenchon. Il ne nous promet pas, demain, de raser gratis. Regardez ses nombreuses conférences. Il nous appelle à un sursaut qui ne sera possible que si nous parvenons à convaincre largement autour de nous de la nécessité d'un programme dont les mots d'ordre sont « L'Humain d'abord » et « la règle verte » (on ne prélève pas à la planète plus qu'elle ne peut renouveler).
Si, en un an, nous réussissons à entraîner assez de monde pour que JLM soit au deuxième tour de la présidentielle (c'est possible! Voyez la progression inattendue de Bernie Sanders aux USA...), et qu'il gagne, les choses seront loin d'être terminées.

 Il faudra encore relever les manches pour une Constituante, et pour des tas d'autres tâches, en vue de sauvegarder (autant que faire se peut), une biosphère vivable pour nos descendants.
Donc, soyons Insoumis.
Insoumis aux dominants (les ultra-riches ou ces hommes et femmes politiques faisant entre eux de petits arrangements), à la finance etc...
Insoumis aux manipulateurs médiatiques qui cherchent à nous faire prendre les vessies pour des lanternes.
Insoumis surtout à la fatalité d'un destin global catastrophique, provoqué par l'hubris d'une espèce (nous) se croyant toute-puissante, invincible.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre