Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

224 Billets

9 Éditions

Billet de blog 12 oct. 2015

Qui est derrière "Debating Europe"?

"Debating Europe" : Vraie... ONG ou courroie de transmission de type lobby?Dans l'UE, la pression monte... Ou du moins va monter de plus en plus pour imposer l'anglais comme "LA" langue principale de  l'Europe.Ce qui est un déni  de démocratie (un de plus) !  Jusqu'à présent les institutions ont résisté, mais pour combien de temps encore?  On sait bien que plusieurs arguments sont discrètement avancés, comme celui, fallacieux, du "coût" des traductions .

Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Debating Europe" : Vraie... ONG ou courroie de transmission de type lobby?
Dans l'UE, la pression monte... Ou du moins va monter de plus en plus pour imposer l'anglais comme "LA" langue principale de  l'Europe.
Ce qui est un déni  de démocratie (un de plus) !  Jusqu'à présent les institutions ont résisté, mais pour combien de temps encore?  On sait bien que plusieurs arguments sont discrètement avancés, comme celui, fallacieux, du "coût" des traductions .
Vous saurez donc qu'il existe une "ONG" intitulée "Debating Europe".
Le nom déjà annonce la couleur : pour communiquer à l'intérieur de l'U.E l'anglais est "le plus" efficace.
C'est vrai, hélas! Forcément, puisque cette langue est enseignée à tous depuis 40 à 50 ans suivant les endroits. Depuis moins longtemps il est vrai dans les pays qui naguère étaient derrière le "rideau de fer" : les membres du Pacte de Varsovie, inféodés à l'URSS, apprenaient le russe.
Donc, les questions posées sur "Debating Europe" le sont systématiquement en anglais. Exit tous ceux qui ne peuvent ou veulent pas pratiquer cette langue.
Comment résister? Quitte à passer pour une naïve passéiste, une irréaliste, je le dirai, le répèterai jusqu'à ma mort: ce n'est pas parce qu'une chose est un "fait accompli" qu'il faut s'y résigner.
La seule solution démocratique, efficace, émancipatrice pour communiquer en Europe serait l'espéranto.
Le remède ne demande qu'un peu de volonté politique:
Compte tenu du lexique de cette langue construite par synthèse, compte tenu de sa grammaire agglutinante et régulière,  de sa prononciation simple et claire, on pourrait aisément former des profs en quelques semaines. Il suffirait de s'adresser aux professeurs de langues (allemand, italien, russe etc...), dont une bonne partie seraient volontaires, très heureux de remettre un peu "à sa place" l'anglais qui leur enlève trop d'élèves.  Je détaillerai dans un autre billet comment cela pourrait se faire.
Le fric, l'économique passent avant les citoyens et la démocratie
Mais bien entendu, la volonté politique n'est pas celle-ci, comme d'ailleurs elle n'est pas

  • de juguler la main-mise de la finance sur la vie des gens,
  • de renoncer au nucléaire
  • de faire de vrais efforts pour le climat
  • de protéger la santé des gens (en favorisant le bio, l'agricuture paysanne...)
  • etc...etc...

Habituer les gens à l'idée de l'anglais toujours plus "privilégié" en UE:
Bref, "Debate Europe" avait lancé il y a quelques mois (un ou deux ans) une question portant sur le fait de ne conserver QUE l'anglais comme SEULE langue officielle de l'UE. Bien des inconscients (ou "dominants") se déclaraient "pour".
Ces temps-ci, la question est légèrement différente, mais son effet est le même: plebisciter un "fait accompli" qui se renforce au fil des années.
"Peut-il exister une identité européenne sans langue commune?"

Danger!
Car, même s'ils ne s'expriment pas parfaitement dans leur langue nationale, quand les gens du peuple ont quelque chose à dire,  ils tentent tout de même de le dire. En anglais c'est une toute autre paire de manches, car il est parlé (en étant optimiste) par moins de la moitié des Européens!

On nn pourra pas dire que les alertes n'auront pas été faites...
Mais hélas, cette question de langue,  quoiqu'essentielle, n'est guère analysée dans toutes ses dimensions, donc souvent reléguée au second plan...

A suivre...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO