Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

224 Billets

9 Éditions

Billet de blog 15 avr. 2012

Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

DONNER LA PAROLE AU(X) PEUPLE(S) AU-DELÀ DES FRONTIÈRES

La pétition que nous portons, des gens de gauche (dont J-L Mélenchon, par exemple, mais pas que)  l'ont signée, et ce n'est pas un hasard!!! Car la lutte émancipatrice que nous menons est un des facteurs nécessaires à une libération concertée des peuples. Au meeting de Montpellier, le 8 février, JLM soulignait que les députés n'avaient reçu que la version en anglais du Mécanisme Européen de Stabilité, et (entre la 41e et la 46 e minute du discours) il la qualifiait de « langue de l'occupant ». Mais quel est donc cet « occupant »? Les USA? La GB? …il faut sans doute bien plus y voir le monde des nantis, celui de la finance, de l'oligarchie et des « élites »... plutôt que les peuples des pays où cette langue est maternelle.

Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La pétition que nous portons, des gens de gauche (dont J-L Mélenchon, par exemple, mais pas que)  l'ont signée, et ce n'est pas un hasard!!! Car la lutte émancipatrice que nous menons est un des facteurs nécessaires à une libération concertée des peuples.

Au meeting de Montpellier, le 8 février, JLM soulignait que les députés n'avaient reçu que la version en anglais du Mécanisme Européen de Stabilité, et (entre la 41e et la 46 e minute du discours) il la qualifiait de « langue de l'occupant ». Mais quel est donc cet « occupant »? Les USA? La GB? …il faut sans doute bien plus y voir le monde des nantis, celui de la finance, de l'oligarchie et des « élites »... plutôt que les peuples des pays où cette langue est maternelle.

Depuis plus de 60 ans, la langue des « libérateurs » de 1945 est montée en puissance partout dans le monde. De Bruxelles à Delhi, de Copenhague à Tokyo, en passant par les Emirats...etc, elle accompagne et renforce le pouvoir d'une minorité de nantis . Car « partout » ne signifie pas « pour tous », et, dans un ouvrage récent sur les mythes linguistiques, un linguiste suédois, Mikael Parkvall soulignait que bien moins d'un terrien sur 5 sait dire plus que 2 à 10 mots d'anglais. C'est une réalité escamotée, mais la principale langue de communication internationale (pourtant massivement enseignée), fonctionne bien plus au bénéfice des classes sociales aisées et dominantes, qu'à celui des classes laborieuses. Il existe un véritable « Ordre Linguistique » inégalitaire, dont hélas peu de gens sont conscients.

 Comme le conditionnement médiatique en faveur de l'ultra libéralisme économique, nous subissons depuis des décennies un « TINA » linguistique (« There Is No Alternative », le slogan de Thatcher) qui nous montre l'anglais comme bénéfique et désirable, même pour les pans entiers de population qui n'en auront jamais l'usage et doivent cependant passer des heures à essayer d'en acquérir plus que les rudiments. « On » affirme benoîtement que toutes les langues (notamment en Europe) sont égales et méritent d'être défendues et apprises. Nos ministres et autres décideurs plaident pour que les élèves bénéficient de plus en plus jeunes d'un apprentissage « des langues », étrangères, affirmant sans rire que tous parviendront un jour à en parler 3 ou 4. Mais est-ce réaliste? Car tout ceci a un coût, pour une très médiocre efficacité. Or, en période de crise, ils réduisent les effectifs d'enseignants et ferment des classes!!! Dans ce domaine-là aussi, l'idéologie est à l'œuvre, et le blabla démagogique est roi: car apprendre les langues demande du temps et des moyens, et (hélas!) les langues peu pratiquées s'oublient rapidement.

 Ce qu'on ne dit pas, ce qu'on a hélas souvent oublié, c'est qu'au début du XX ème siècle, un mouvement populaire puissant portait une solution bien plus adaptée à la communication des peuples: l'espéranto.

Depuis plus de 125 ans, l'espéranto continue à se répandre par ses seules forces, et sur la base du volontariat. Il est porté par des citoyens convaincus de ses qualités spécifiques: régularité, expressivité, puissance, économie, équité entre les locuteurs... Son nombre de locuteurs est estimé à au moins un million, sinon deux. Il progresse notamment en Asie (Inde, Népal, Chine...) et au Brésil.

 Par seulement 300 à 500 h d'étude de l'espéranto, on obtient une efficacité de communication identique - ou meilleure - qu'avec 3000 h d'anglais. Certains l'apprennent en 6 mois. C'est donc l'outil dont auraient besoin pour communiquer les altermondialistes de tous horizons, les partis de gauche, écologistes, syndicalistes, ou les mouvements tels que « 15M », « occupy WS», « démocratie réelle », « Indignados » etc... Prendre la parole sans intermédiaires, c'est politique!!! Ne laissons pas la parole « internationale » aux « bac + 5 » ou autres « élites »!!

 Il ne s'agit bien sûr pas de se passer d'apprendre d'autres langues, mais de donner au plus grand nombre, aux « gens de peu », aux citoyens lambdas, comme aux militants, un « tronc commun » linguistique sur lequel pourra ensuite venir se construire la connaissance de langues variées. Pour le moment, le rôle de ce « tronc commun » est tenu par l'anglais, mais très mal, car cet idiome, peu adapté au rôle qu'on lui fait jouer, décourage une partie des élèves et étudiants, leur fait perdre confiance en leur capacités... ou bien leur demande tant de temps et d'efforts que leur étude d'une 2ème ou 3 ème langue ne motive qu'une minorité d'élèves. L'espéranto est reconnu au contraire pour donner « le goût des langues ».

 Selon un rapport de 2005, le rapport Grin (cf Wikipedia) il faut d'abord que les citoyens soient correctement informés de ce qu'est l'espéranto, sa structure, son histoire, sa culture (car beaucoup d'idées fausses courent à son sujet)... et ensuite on pourra envisager de l'introduire progressivement dans les systèmes scolaires, ce qui serait peu coûteux et préserverait le plurilinguisme, alors que les orientations actuelles risquent au contraire d'affaiblir la diversité au profit du seul anglais.

 Tout le monde n'a pas forcément le désir de consacrer du temps à apprendre l'espéranto, mais les citoyens conscients des enjeux devraient absolument s'informer, puis tout faire pour qu'un jour cette chance, sous forme de choix, soit offerte à leurs enfants ou petits enfants... La première étape est d'obtenir que, comme 63 autres langues, elle puisse, pour les lycéens l'ayant apprise seuls, apporter quelques points supplémentaires au baccalauréat.

 Donc, signez, faites signer notre pétition par votre entourage! Et surtout, informez-vous et informez vos proches!!!

 Pour plus d'informations, voir:

http://lernu.net 
http://onagrino.ouvaton.org/

Le manifeste de Prague:

http://blogs.mediapart.fr/edition/rencontres-avec-l-esperanto/article/240910/le-manifeste-de-prague

___________________________

ICI, la version PDF de ce texte, qui a  été distribué au meeting du Capitole (à Toulouse) le 5 avril

(et une autre version plus courte au meeting de la Porte de Versailles...)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal — Afrique
Burkina Faso : récit d’un putsch sur fond de rejet de la France
Huit mois après avoir pris le pouvoir par la force, le lieutenant-colonel Damiba a été déchu à son tour. Les « néo-putschistes » et des activistes l’ont présenté comme le suppôt de la France afin de mobiliser la jeunesse. Sans cela, ils ne seraient peut-être jamais arrivés à leurs fins.
par Rémi Carayol
Journal
Comment l’exportation de lait et de viande « bas de gamme » démultiplie la catastrophe écologique
Dans un rapport publié mardi 4 octobre, Greenpeace, Oxfam et Réseau Action Climat analysent les conséquences de l’élevage français destiné au marché international. Un désastre environnemental et une concurrence déloyale pour les pays importateurs.
par Amélie Poinssot
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost