Attentats: desquels est-il décent de parler? Tant d'autres qu'on ne veut pas voir!

Grosse déprime, un peu de flemme. Je suis bien tranquille ici dans ma campagne charentaise. Un jour - peut-être- viendra où même ceci ne me protègera plus. Je ne pense pas être spécialement égoïste, mais pour le moment je n'arrive pas à avoir vraiment "peur" comme l'ont certains habitants des grandes villes. Et ce qui m'indigne c'est moins la barbarie des attentats que la bonne conscience de toutes ces "élites" qui ne voient pas, qui refusent de voir comment les choses surviennent.La flemme, c'est que comme contenu du billet, je vais juste recycler ma réaction de chez "La-bas si j'y suis" et sur les réseaux sociaux.A remarquer: je l'ai écrit avant les mesures prises par FH!

Grosse déprime, un peu de flemme. Je suis bien tranquille ici dans ma campagne charentaise. Un jour - peut-être- viendra où même ceci ne me protègera plus.
Je ne pense pas être spécialement égoïste, mais pour le moment je n'arrive pas à avoir vraiment "peur" comme l'ont certains habitants des grandes villes. Et ce qui m'indigne c'est moins la barbarie des attentats que la bonne conscience de toutes ces "élites" qui ne voient pas, qui refusent de voir comment les choses surviennent.
La flemme, c'est que comme contenu du billet, je vais juste recycler ma réaction de chez "La-bas si j'y suis" et sur les réseaux sociaux.
A remarquer: je l'ai écrit avant les mesures prises par FH!

-------------------------------
Déjà que ce n’était pas gagné, pour que la COP21 fasse progresser les choses au niveau climatique, mais alors là quel bon prétexte pour empêcher les contestataires de venir interpeler tous ces gens qui nous conduisent au suicide de l’espèce humaine (et de beaucoup d’autres espèces vivantes !)*.
A remarquer, que lors de l’émission de Tadéi, Paul Ariès fut traité d’imbécile par des gens qui, aux yeux des téléspectateurs lucides, ETAIENT, eux, les véritables crétins (ou plutôt malhonnêtes). Il n’a même pas pu conclure, vu que FH avait des banalités urgentes à dire au bon peuple.
Bon, par ailleurs, on sait quelles sont les racines PROFONDES de la fanatisation (Mermet en a parlé). Est-il encore temps de lutter contre cet ostracisme stupide qui détruit l’image d’eux-mêmes de pas mal de jeunes ? Allez, on va dire qu’il n’est jamais trop tard.
... Mais plus on attend, plus ce sera dur de remonter le courant.

(*nb un mort est un mort, il est toujours désespérant de voir survenir des attentats, mais bon, ces morts-là, spectaculaires, sont bien "commodes" pour faire oublier tant d’autres qui arrivent au nom du sacro-saint profit, et de la crôassance.)
---------------------
Au fait, plusieurs émissions à écouter absolument, sur France-Culture "Denis Podalydès lit"  de Frédéric Boyer "Quelle terreur en nous ne veut pas finir". La première était le 31 août.
Téléchargement  ici
Site de l'émission ici

Vous pouvez aussi lire le bouquin, évidemment!


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.