Comment devenir polyglotte sans vraiment en avoir eu l'intention

Toute jeune déjà, j'étais vaguement attirée par le fait de savoir parler une ou deux langues étrangères. Mais guère plus : quel intérêt? A mes yeux n'existait pas grand chose d'autre que ce qu'on me proposait à l'école...

Cela avait commencé avec ce fameux anglais qui montait en puissance dans les années 60.
1963: j'ai terminé ma 6ème, et notre petite famille passe un mois en Corse, puisque le mari d'une cousine de ma mère est alors responsable d'un village de vacances à Calvi...
Et là, voici qu'un matin, deux vieilles Anglaises monoglottes cherchent la poste. Moi, pas trop complexée après mon unique année d'anglais, je la leur indique, en ajoutant que: "The pink house is the post-office". C'est rudimentaire, mais efficace. Les deux mémés britanniques s'éloignent en souriant.
Revient le temps de l'école....

Lire la suite sur l'édition participative

(ici les commentaires sont fermés)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.