Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

224 Billets

9 Éditions

Billet de blog 18 déc. 2014

Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

Le mythe trompeur de l'anglais: ni démocratique, ni rentable

Courant Novembre, Tullio De Mauro,  linguiste et ancien ministre de l'enseignement en Italie, a livré une interview au journal "Il Corriere della Sera". Dans cet entretien, il soutenait en gros que le projet de faire de l'anglais la principale langue commune de l'Europe ne présentait pas -à ses yeux-  d'inconvénient majeur.L'économiste des langues  Michele Gazzola, qui oeuvre en Suisse, lui a répondu. Voici la traduction en français de son texte  (voir le PDF joint)

Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Courant Novembre, Tullio De Mauro,  linguiste et ancien ministre de l'enseignement en Italie, a livré une interview au journal "Il Corriere della Sera". Dans cet entretien, il soutenait en gros que le projet de faire de l'anglais la principale langue commune de l'Europe ne présentait pas -à ses yeux-  d'inconvénient majeur.
L'économiste des langues  Michele Gazzola, qui oeuvre en Suisse, lui a répondu.
Voici la traduction en français de son texte  (voir le PDF joint)
En résumé, le docteur en recherche de gestion de la communication multilingue qu'est M Gazzola répond ceci:

(...) Certains observateurs supposent que miser sur une langue unique, c'est-à dire l'anglais, serait le juste choix pour permettre l'émergence d'un espace public européen et d'un sentiment de solidarité continentale.
Il est justifié de se montrer sceptique à ce sujet

(...)   Dans l'Union Européenne l'anglais est la langue maternelle d'environ 13% des citoyens. L'anglais n'est donc pas, et ne peut être une langue « neutre » comme le fut le latin médiéval ou l'espéranto, n'en déplaise à ceux qui croient dans le « globish ».Dans une Europe anglophone, le locuteur natif de l'anglais jouirait d'avantages indiscutables, et, à bien des égards, inacceptables.

(...)    56% des Allemands et 51% des Grecs déclarent avoir une connaissance au moins scolaire de l'anglais, mais cela n'a pas empêché qu'à l'occasion du déclenchement de la crise de la dette dans la zone euro ait surgi une méfiance profonde et réciproque entre les opinions publiques des deux pays.

Diverses études montrent au contraire que l'usage prédominant de l'anglais comme langue unique en Europe pour les affaires politiques et économiques fait obstacle à la construction d'une véritable démocratie européenne plus qu'il ne la favorise. De fait l'anglais est une langue très bien sue pour seulement une infime minorité de citoyens européens. Malgré des décennies d'enseignement dans les écoles, seuls 7 à 8% de la population européenne de langue maternelle autre que l'anglais déclare avoir une connaissance très bonne de cette langue, c'est-à-dire une compétence linguistique adéquate pour participer aux activités politiques dans une démocratie anglophone. Il n'y a pas de grande différences entre les générations, alors que que la connaissance tend à se concentrer chez les citoyens européens appartenant aux franges les plus instruites de la population, et aux professions aux revenus les plus élevés. En somme une politique monolingue créerait des inégalités entre les Etats-Membres et entre les couches sociales, alimentant des sentiments d'éloignement envers les institutions européennes. 

(...)    A ceux qui objectent que garantir la communications dans les 24 langues officielles de l'Union revient trop cher, on fera remarquer que le multilinguisme ne coûte aux contribuables que 0,0085% du PIB de l'ensemble des 28 états-membres, moins de 1% du budget des institutions européennes, et à peine plus de deux euros par an pour chaque citoyen. Il est difficile d'affirmer qu'il s'agit de coûts insupportables, en particulier si on les compare aux coûts de l'inégalité d'une Europe monolingue.

=============================

 L'intégralité du texte peut se lire en italien ici, et dans ma traduction dans le PDF joint à ce billet.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon