Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

224 Billets

9 Éditions

Billet de blog 21 mai 2015

Entrée de Jean Zay au Panthéon

On sait que Jean Zay fut ministre de l'Education sous le Front Populaire. On sait qu'il fut assassiné par les fascistes qui ne supportaient pas sa liberté de pensée, ses engagements, ni sa judéité.  Mais ce qu'on sait moins, c'est qu'il a soutenu la pédagogie Freinet et l'espéranto.Alors qu'en 1922  le ministre Léon Bérard avait formellement interdit que les locaux scolaires puissent servir à l'enseignement de l'espéranto (même en dehors des heures scolaires), Jean Zay rétablit en 1938 la possibilité d'inclure des cours facultatifs de cette langue dans les établissements.

Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On sait que Jean Zay fut ministre de l'Education sous le Front Populaire. On sait qu'il fut assassiné par les fascistes qui ne supportaient pas sa liberté de pensée, ses engagements, ni sa judéité.  Mais ce qu'on sait moins, c'est qu'il a soutenu la pédagogie Freinet et l'espéranto.
Alors qu'en 1922  le ministre Léon Bérard avait formellement interdit que les locaux scolaires puissent servir à l'enseignement de l'espéranto (même en dehors des heures scolaires), Jean Zay rétablit en 1938 la possibilité d'inclure des cours facultatifs de cette langue dans les établissements.

Le communiqué de l'association Espéranto-France rappelle cette période de notre histoire.

Bérard haïssait l'espéranto, il était persuadé que: "Le français sera toujours la langue de la civilisation et, en même temps, le meilleur moyen de divulguer une littérature incomparable et de servir à l’expansion de la pensée française."
Presque un siècle plus tard, on notera avec ironie le "toujours" et la nuance de chauvinisme quasi mégalo apportée par l'article défini ("LA" langue de la civilisation, écrivait Bérard) !!!
"Toujours"???... De nos jours la Francophonie existe (résiste) toujours, mais la langue de communication la plus enseignée, promue par Churchill pendant et après la 2 ème guerre mondiale, c'est le "Globish", ce "global english" qui sert, pour les masses, surtout à vendre, consommer, et obéir. Parfois à draguer pendant les vacances...
Pour assez peu de gens (disons "une minorité visible"), l'anglais sert à s'informer sérieusement, participer à des débats, argumenter face à des adversaires politiques, fédérer des luttes.  Mais le véritable anglais reste un outil très élitiste, celui d'une classe moyenne très à l'aise, ou d'une oligarchie "hors sol" qui envoie ses enfants étudier à Cambridge ou dans des pensionnats privés hors de prix.
Les adversaires de l'espéranto existent toujours. Dans la plupart des cas, c'est par une forme inconsciente d'élitisme ("J'ai pu apprendre l'anglais, donc les autres doivent faire comme moi"), par méconnaissance des qualités de cette langue construite mais puissante et bien vivante (notamment qualités propédeutiques), ou par ignorance de sa diffusion actuelle, qui inclut la Chine.
Si l'espéranto continue à progresser malgré l'ostracisme dont il est souvent l'objet, malgré le poids de l'anglais dans notre monde "moderne", c'est bien grâce à sa philosophie, et à ses qualités propres!

Jean Zay, ministre progressiste, qui a introduit un certain nombre de nouveautés dans l'éducation, avait su reconnaître la valeur émancipatrice de l'espéranto.  Cette valeur qui fut d'ailleurs soulignée par le Manifeste de Prague, et reconnue à deux reprises par l'UNESCO.
La circulaire de Jean Zay n'a jamais été annulée, et de nos jours, l'espéranto est parfois inclus dans les TAP (Temps d'Activités Périscolaires)

Pour se rappeler l'histoire de l'action de Jean Zay, de son arrestation inique, et de son assassinat par Vichy peu avant la libération, écouter ce reportage de "Là-bas si j'y suis" en accès libre, ici.

---- m-à-j du 27 mai ------------------

Lu hier quelque part qu'une des deux filles de Jean Zay a découvert très récemment le soutien de son père à l'espéranto... Que fera-t-elle de cette information, l'avenir le dira... ou pas  :-/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : Construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS