Brève: Un musée de l'espéranto ouvre en Chine pour promouvoir la "Langue Universelle"...
Bon sang, ils ne se rendent pas compte les Chinois, de nous faire un coup pareil. Alors que les espérantistes occidentaux prennent souvent garde de ne pas avoir l'air "illuminés" ou sectaires avec cet adjectif "universelle" (car aucune langue ne peut l'être, en fait!), voilà-t-y pas que les soutiens asiatiques de l'Empire du Milieu tardent à s'approprier l'idée de "langue auxiliaire équitable"...

Pas universel, donc, l'espéranto!...
C'est seulement (ce qui est déjà énorme!!) la langue qui, à l'heure actuelle, a le plus grand degré d'internationalité, grâce à une grammaire régulière, une structure agglutinante qui la rend, pour les Chinois comme pour bien d'autres peuples, la plus facile à apprendre  (parmi toutes celles qu'on leur propose).

Bon.
Un musée c'est bien, mais à l'échelle de la Chine ce n'est pas grand chose...
Souhaitons qu'il fasse de nombreux "petits"...
Ce qui n'a rien d'impossible, tant les Chinois sont pragmatiques. Ils ont d'ailleurs déjà commencé à enseigner officiellement la "langue internationale" dans une partie de leurs établissements...
D'après l'article, il y aurait  400 000 Chinois qui auraient appris l'espéranto...

Pas mal, non? Comme une bonne partie d'entre eux ont également reçu un enseignement d'anglais ou d'une autre langue, il y a fort à parier qu'ils seront d'excellents ambassadeurs de cette langue...  qui a le meilleur rapport entre le temps d'apprentissage et la puissance et précision de la communication obtenue!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Hélas Zoulouhotel ne nous a pas explicitement détaillé l'objet de son inquiétude.

Serait-ce parce qu'on ne met souvent au musé que les choses "mortes"?
En ce cas, ce serait une forme de soutien.

Ou au contraire parce que l'espéranto lui semble très peu digne d'intérêt?
En ce cas, il s'agit jusrte de conformisme.

Hélas nous ne pouvons le lui demander, puisqu'il (ou elle) s'est désabonné(e)