Un viol par chantage est un viol

Marianne est une très belle fille. Généreuse et avenante. Certes, elle a eu bien des déboires depuis sa naissance, et plus d'une fois s'est fait rouler dans la farine par ses prétendants, dont la plupart ne voulaient que profiter d'elle. Mais elle continue, vaille que vaille, son bonhomme de chemin. Espérant toujours fédérer une belle famille humaine, solidaire et heureuse.


Dernièrement, elle a eu un coup de coeur pour Janluc Laec, pas de toute première jeunesse, mais plein de fougue, d'intelligence et de générosité.
Enfin, elle allait pouvoir réaliser avec lui quelque chose de beau, de grand, de généreux.

Las!  C'était compter sans tous les aigris, les jaloux et autres prédateurs à l'affut.  Malgré la bande fraternelle des cousins, cousines et copains de Laec, les Zinsoumis, voilà que d'anciens soupirants se sont mis à calomnier Janluc, lui attribuant entre autres par le phénomène bien connu de projection, toutes leurs avidités et magouilles, tous leurs défauts et petites combines minables.

Les moins acharnés n'étaient pas la famille de Sol Férino, un ancien compagnon de J. Laec (mais avec qui ce dernier avait finalement rompu). Cependant, même les Zé Colos de la secte des Zeurolâtres s'y mettaient.
Ils étaient bien aidés en cela par le clan des Méd Ya-dominants disant toujours "oui" aux puissants. Les Méd Ya étaient très liés au clan des prédateurs.
Les Méd Ya avaient également quelques complaisances envers Effe Naine, une sorte de créature mi-femme, mi sorcière, moderne Circé capable d'ensorceler les âmes naïves.

D'ailleurs les Méd Ya-dominants avaient trouvé un "champion" pour porter leurs "couleurs". Un jeune bellâtre ayant naguère fricoté avec Sol Férino (tout en prenant garde de conserver une certaine distance). Mac Rond avait la gueule de l'emploi, celle du jeune cadre "de haut niveau" dynamique et au cerveau atrophié par 30 ans de catéchisme néolibéral.
Le Mac Rond s'empressa de proclamer que lui-même n'était ni d'ici ni d'ailleurs, que tous les autres étaient des ringards et que lui seul saurait rendre Marianne heureuse. Les Méd Ya répercutaient à l'envi toutes les proclamation de leur chouchou.  Et un trop grand nombre de gens peu regardants se laissèrent berner, mettant leurs pas dans ceux du bellâtre.

L'enthousiasme de la bande des Zinsoumis n'avait d'égale que leur créativité.
Ils se rapprochaient de plus en plus de la victoire: conquérir enfin le coeur de Marianne.

Alors, les Méd Ya se déchaînèrent, semèrent le doute, et redoublèrent de courbettes envers le Mac. Tout était fait pour persuader la famille de Marianne que c'était un "bon parti".
Et au bout du compte, après ce qui avait commencé comme une fête, le Mac réussit à enfermer Marianne dans une tour de son chateau électoral. Il avait réussi à construire une  bande plus nombreuse que les belles équipes de Janluc Laec. Marianne semblait à sa merci.

Il l'avait dépossédée de sa victoire par la ruse et la complicité de nombreux prédateurs, ainsi que les amis de Sol Férino, qui après avoir juré (croix de bois croix de fer si je mens je vais en enfer) de respecter leur parole...  avaient iniquement tourné casaque.  Mais le Mac Rond imbu de lui-même voulait en plus que la belle l'aime! Et se donne à lui sans condition !!!

Il fit envoyer un message à Janluc Laec, qui, réfléchissant aux meilleurs moyens de délivrer la belle, gardait un silence plein de prudence et de promesses.
"T'es pas un homme!  Si tu l'aimes vraiment, dis-lui de se donner à moi, sinon je lâche Effe Naine contre elle. ce sera bien fait et ce sera ta faute!"

2emetour


Dans le même temps, les Méd Ya, les amis de Sol Férino, ainsi que tous ceux qui en voulaient à Janluc d'avoir troublé le ronron de leur consensus mortifère, opinaient et enfonçaient le clou: "Gare à la socière Effe Naine, elle va nous manger tous crus" (Il n'avaient pas entièrement tort, si ce n'est que la sorcière avait grossi grâce à eux pendant des années). Mais les cousins, les amis, la bande de J Laec répondaient: "Marianne ne t'aime pas, on ne veut pas l'obliger à se donner à toi qui es un manipulateur, un menteur un sale type"

Et, chaque jour, visitant Marianne dans sa prison électorale, le Mac Rond voulait qu'elle lui ouvre "librement" ses cuisses...

Cette histoire n'est pas encore finie.

Mais voici ma "morale" provisoire:

Un viol par chantage EST un viol.  Je ne désire pas en être complice.



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.