Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

224 Billets

9 Éditions

Billet de blog 30 mai 2014

Ne ĉiuj Francoj estas faŝistoj (La Parisienne Libérée)

La Parisienne Libérée nous a fourni cette semaine une petite chanson d'excuses envers les autres Européens pour avoir envoyé 24 députés FN au P.ECe texte, en anglais et français, valait la peine de traductions supplémentaires. Voici celle en espéranto, corrigée.. et expliquée.

Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Parisienne Libérée nous a fourni cette semaine une petite chanson d'excuses envers les autres Européens pour avoir envoyé 24 députés FN au P.E
Ce texte, en anglais et français, valait la peine de traductions supplémentaires. Voici celle en espéranto, corrigée.. et expliquée.
Cependant, comme MDP n'autorise pas la conservation de brouillons, elle n'est pas terminée, ce que je ferai dans les heures à venir.
Puis j'ajouterai un fichier son pour que tout le monde puisse se rendre compte de ce que ça donne à l'oreille.

Ne ĉiuj Francoj estas faŝistoj

Traduko al la "internacia lingvo", originalaj paroloj kaj muziko : la Parisienne Libérée
Eŭropo, ĉu vi aŭdas min?
Mi al vi pardonpetas
Mi bedaŭras multege
Sendi al vi tiajn ulojn

notes:
ĉu est la marque des interrogations, proche de l'interrogatif polonais "czy"
aŭdi est le verbe "entendre, facilement compréhensible pour les locuteurs de langues latines,  ici au présent marqué par la désinence -as
pardonpeti (à l'infinitif "demander pardon" ou s'excuser) est un mot composé, ici au présent marqué par la désinence -as
bedaŭri -> regretter provient de la racine allemande "bedauern"
multe (beaucoup) est renforcé par l'augmentatif "ege"
sendi (envoyer) a une racine proche de l'anglais "send" et de l'allemand "senden"
J'ai traduit "tiaj uloj" -> de tels individus, de tels types l'original "those guys", cela me semblait plus précis que "ces individus"

Je dudek-kvin procentoj,
dudek-kvar deputitoj,
Ne temas pri akcidento,
Estas ja grava malbono.

notes: la numération en Eo est précise régulière et facile: 25 c'est 2 dizaines +5 -> deuxdix cinq
temi pri -> s'agir de, proche de la notion de "thème" (sujet) dans plusieurs langues
ja -> certes, bien , grava: important, non négligeable;  bono-> un bien   mal/bono -> un mal (car l'immense majorité des contraires est régulier en eo)
Sed ne ĉiuj Francoj estas faŝistoj
Ne ĉiuj Francoj estas rasistoj
Mi bedaŭras sed insiste rediras
Ne ĉiuj francoj estas faŝistoj,
Almenaŭ ĝis nun.

sed (mais) est carrément emprunté au latin, ne ĉiuj -> pas tous  est au pluriel, toujours marqué par "j" qui se prononce comme un "i" mouillé
"almenaŭ" se comprend facilement, et "ĝis nun" ressemble fortement à l'allemand "bis nun"


La franca dekstrularo
Perdiĝis en koruptado
La urĝemo de ties estroj
Estas eskapi de enkarcerigo

notes:

"dekstrularo" se décompose ainsi : dekstr- (droite) + ul (les gens, les individus) + aro (un ensemble de...). Ici l'espéranto est plus précis que certaines langues
urĝemo Initialement j'ai commis une erreur pour "urgence". On comprenait "urĝecego" mais ce mot est mal construit, lourd. Mieux vaut "urĝemo" de "urĝi" (être urgent) composé avec  "-emo" (tendance, inclination).
"estroj" ce sont les dirigeants, les chefs. D'où "urbestro" le maire (dirige une ville) "lernejestro" (directeur d'école ou principal etc...)
enkarcerigo: construit avec "en"-> dans "karcer-" -> prison et "igo"-> changement d'état , donc: mise en prison ou incarcération.


Kiam ili estris Francujon,
Ili banaligis insultadon
Fuelis maltoleremon
Jen nun la rezulto

notes: pas mal à dire sur cette strophe. Dans les commentaires de la chanson, j'avais inversé des lettres à la frappe, et oublié un accusatif (pour un COD)

estri -> commander, gouverner (voir précédente strophe)
fueli -> alimenter, fournir du carburant,
toleri -> tolerer + emo (tendance à, cf strophe ci-dessus) le tout précédé de "mal" qui indique le contraire,
nous fournit "maltoleremo" (tendance à ne pas tolérer, ou intolérance)


Sed ne ĉiuj Francoj estas faŝistoj
Ne ĉiuj Francoj estas rasistoj
Mi bedaŭras sed insiste rediras
Ne ĉiuj francoj estas faŝistoj,
Almenaŭ ĝis nun.
Ero de luksamema maldekstrularo
Nia perfida prezidento
Iama humoristo
Nun plej dekadencas

Nouveau (6 juin)

notes:
"ero" est un élément, une parcelle...
ainsi "mono", c'est la monnaie, et "monero" une pièce de monnaie.
J'ai choisi de traduire "représentant" par  "élément" (partie de) car en fait je trouve que Hollande ne "mérite" même pas qu'on le considère comme un "représentant" de quoi que ce soit
Comme dans la traduction en allemand, "gauche caviar" est devenu "réunion de types de gauches aimant le luxe", qui se décompose comme suit:
dekstro: droite, mal/dekstro: gauche, -ul: des types, des gens, aro: un ensemble de, une bande de
lukso: luxe,  am/o-  amour (am/i: aimer)  emi: avoir tendance à, être poussé à...
Donc "luksamema"  signifie "qui aime le luxe)
iam: mot-outil  désignant le temps (on aurait ici "un temps humoriste", ou "humoriste en son temps"). J'aurais aussi pu accentuer la notion de passé avec "pasintece" (autrefois), mais "iama" (adjectivation du mot "iam" signifiant: à un certain moment")  m'a paru aussi clair et moins lourd.
nun: comme en allemand, signifie "maintenant",   "plej" est un superlatif


Obsedato de deficito
Subigita al la merkato
Plene misfamigita (kompromiĝinta)
Li fariĝis nur pupeto

notes: pas de commentaire, cela me paraît clair, car assez proche du français, non?
sauf peut-être "sub-ig-ita"  formé par "sub" (sous) -ig (rendu tel ou tel) et "ita" participe passif. On retrouve un sens identique qui colle bien à "soumis".

Sed ne ĉiuj Francoj estas faŝistoj
Ne ĉiuj Francoj estas rasistoj
Mi bedaŭras sed insiste rediras
Ne ĉiuj francoj estas faŝistoj,
Almenaŭ ĝis nun.
Enhavante tro da "nobeluloj"
Kaj ne sufiĉe da voĉdonantoj
La maldekstraj partitoj, dividitaj
Ne plu plaĉas al laboristaro

notes: les hellénistes remarqueront le "kaj" -> "et" (pr "kaille") emprunté au grec.
"voĉo" c'est la voix, et "doni" signifie donner, donc "voĉdonantoj" ce sont les électeurs.
"labori", venu du latin, c'est "travailler", et le substantif "laboro" désigne le travail.
"-ist" désigne la profession, l'activité, et "aro" un ensemble de gens dont la profession est de travailler (donc les travailleurs en tant que groupe). Ici, l'espéranto est plus précis que le français ou l'anglais (travailleurs, workers) puisque le mot désigne non une addition de gens qui travaillent, mais l'ensemble de ceux-ci.

(à suivre... les autres explications de traduction)


Dume, ĉe televido
Kelkaj fajrigistoj
Helpas promocii
La maldemokratulojn (kontraŭdemokratulojn)
Sed ne ĉiuj Francoj estas faŝistoj
Ne ĉiuj Francoj estas rasistoj
Mi bedaŭras sed insiste rediras
Ne ĉiuj francoj estas faŝistoj,
Almenaŭ ĝis nun.
Eŭropo, sciu, eble
Vi devus ŝanĝi vian direkton
Ĉar rigoreco
Ne povas esti solvo
Ne konsideru ĉion-ci tro senpripense
Atentu pri via agado
Mia lando suferas
Kaj ne nur ĝi tion eltenas
Ne eblas ke vi frostigu la salajrojn
Aŭ eĉ malaltigu ilin
Nur cele al nutrado de kelkaj avidulojn
kreante tiom multe da suferoj
Vi ne rajtas tiel daŭrigi la aferon
Ĉar tio iĝus vin respondeca (kulpa)
La reveno de iu Bonaparto
Estus tro abomeninda
Sed ne ĉiuj Francoj estas faŝistoj
Ne ĉiuj Francoj estas rasistoj
Mi bedaŭras sed insiste rediras
Ne ĉiuj francoj estas faŝistoj,
Almenaŭ ĝis nun (bis)

Eŭropo, ĉu vi aŭdas min?
Mi al vi pardonpetas
Mi bedaŭras multege
Sendi al vi tiajn ulojn

(mis à jour le 6 juin)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli