Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

224 Billets

9 Éditions

Billet de blog 30 sept. 2010

Lettre ouverte à Jean-Vincent Placé

Lors d'une table ronde à l'université d'été du PS, le secrétaire- adjoint des Verts s'est taillé un petit succès en ironisant sur les importances respectives de la sécurité et de l'espéranto... La commission "espéranto" des Verts lui a donc adressé cette lettre ouverte, volontairement ironique.

Dominique C
J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors d'une table ronde à l'université d'été du PS, le secrétaire- adjoint des Verts s'est taillé un petit succès en ironisant sur les importances respectives de la sécurité et de l'espéranto... La commission "espéranto" des Verts lui a donc adressé cette lettre ouverte, volontairement ironique. Voir l'article du Monde (abonnés seulement, sinon voir la citation en pied d'article) Voir l'article de Marianne2

__________________________________

Cher Jean-Vincent Placé,

Nous avons appris, par la presse, que tu avais récemment déclaré à une assemblée socialiste souhaiter que la commission Espéranto et Langues des Verts se transforme en Commission Sécurité.

Notre commission a étudié avec beaucoup de sérieux (et tout d'abord avec beaucoup d'enthousiasme) cette proposition novatrice de métamorphose radicale. Mais malgré tout l'honneur que tu nous as fait, et qui nous inspire une infinie gratitude, nous avons, après de longues journées de réflexion et de débats, décidé de décliner cette proposition. Car hélas, nous n'avons pas d'expérience consistante dans le domaine de la sécurité. Nous ne comptons parmi nos membres aucun policier, magistrat, agent pénitentiaire ni même élu local responsable de ce domaine; en somme, personne susceptible de coordonner correctement un tel travail (pas même une providentielle victime!).

Par contre, nous comptons, entre autres, un universitaire, un ancien responsable export, des enseignants du premier et second degré, un professeur d'anglais. Ils constatent qu'il y a un gouffre entre les ambitions affichées en matière de langues et de communication internationale et les piètres résultats constatés par le grand public. Contrairement à ce que colporte la rumeur, ceci n'existe pas qu'en France. Ce hiatus nous inquiète tous et toutes."

Si certains de nous préconisent l'Espéranto, c'est tout simplement parce qu'ils et elles ont pu, en utilisant cette langue, entrer en contact avec des écologistes et se faire des amis dans différents pays. C'est aussi parce qu'ils/elles ont pu observer les énormes difficultés que la plupart de nos députés européens éprouvent pour communiquer avec leurs collègues. C'est enfin et surtout parce qu'elles/ils sont écologistes et donc critiques sur le système social actuel. Ils savent donc que l'économie et les institutions ne sont ni naturelles ni spontanément efficientes. En tant que citoyens et enseignants, ils étudient comment fonctionne l'ordre linguistique: au profit des dominants et au détriment des autres. Dans un monde en mutation, ils ont l'intuition qu'à moyen ou long terme, l'émergence de nouvelles puissances bousculera l'ordre linguistique. Elles et ils perçoivent que l'émergence d'une sorte de citoyenneté planétaire est liée à la question des langues et de la communication.

Rappelons, par ailleurs, que l'industrie de l'enseignement des langues représente une source majeure de revenus pour la Grande-Bretagne (environ dix-huit milliards d'Euros par an), au détriment des autres pays européens. Au moment où l'on ne cesse d'appeler à diverses économies "incontournables", il serait peut-être bon de le faire savoir.

Et donc, à quand une commission du Parti Socialiste sur l'enseignement des langues et l'avenir linguistique de l'Europe?

Pour la Commission Espéranto-Langues Michael Leibman Jeanne-Marie Cash

_________________________________________

Teneur de l'anecdote, telle que Le Monde l'a rapportée:

Ironique - "Chez les écolos, il n'y a pas de commission sécurité" Invité d'une table-ronde sur la sécurité, vendredi, Jean-Vincent Placé, vice-président écologiste en Ile-de-France, a ironisé sur le rapport des Verts à la question de la sécurité. "Chez les écolos, il y a une commission Esperanto, mais pas de commission sécurité", a-t-il lancé devant des socialistes hilares. Il a ensuite critiqué la position de Noël Mamère contre la vidéosurveillance et la police municipale dans sa ville de Bègles. Avant d'affirmer que socialistes et écologistes doivent éviter deux écueils : "le mot d'ordre démagogique et libertaire", d'une part, et "ne pas tomber de l'autre côté, dans la logique sécuritaire". Il a aussi prévenu que cette question devrait être présente dans un pacte de gouvernement entre les socialistes et les écologistes en vue de 2012.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame