Dominique G Boullier
Professeur des universités en sociologie Sciences Po Paris
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 sept. 2015

Entretien dans le monde sur les sciences sociales 3G et le Big Data

Dominique G Boullier
Professeur des universités en sociologie Sciences Po Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le monde publie un entretien de Laure Belot avec moi-même qui aborde les questions de sciences sociales de troisième génération telles que nous les travaillons avec Bruno Latour depuis quelques années au médialab

http://www.lemonde.fr/festival/article/2015/09/03/les-sciences-sociales-ne-jouent-plus-leur-role-de-contre-pouvoir_4745227_4415198.html

et qui ont fait l'objet d'un séminaire pendant 6 mois à la FMSH, disponible sur le site SHS3G et sur CanalU.

http://shs3g.hypotheses.org/

Les textes présents sur ce site donnent le programme de travail et permet de prolonger les remarques que je faisais sur le livre de Todd dans le billet précédent.

Le titre du Monde peut être source de malentendus. Les sciences sociales comportent toujours des chercheurs qui jouent effectivement leur rôle de contre-pouvoir dans les approches de la société et de l'opinion, vis à vis respectivement de l'Etat ou des médias. Mais le pouvoir principal actuellement, celui qui asservit ou affaiblit les deux précédents, est le capitalisme financier numérique, les firmes souveraines  et les plates-formes souveraines. le contre-pouvoir à exercer est précisément contre ces pouvoirs qui envahissent tout y compris nos esprits.

Note additionnelle (assez éloignée de la question des sciences sociales mais qui m'est venue en lisant Badiou et Gauchet cet été)

Ce pouvoir de la finance et des plates-formes numériques est tellement puissant ( et les marques font le lien entre les deux) qu'il a réussi quasiment à accomplir plusieurs promesses originelles du communisme de Marx en les détournant totalement évidemment,  dans la lignée de la récupération de la critique qu'avaient montrée Boltanski et Chiappello dans "le nouvel esprit du capitalisme":

-dépérissement de l'Etat: c'est en bonne voie avec les firmes souveraines et avec la destruction programmée de l'Europe seule entité supra étatique inventée récemment et qui avait des chances de gagner un certain poids. C'est aussi très avancé avec la dérégulation générale, le sabotage fiscal pour enlever toute ressource etc.

-internationalisation: par la globalisation et la liberté des échanges, avec dépérissement des nations, qui cependant se mettent à résister massivement au moment de leur agonie

-abolition du salariat: la précarité généralisée sous forme d'intermittence, d'autoentreprise et d'uberisation est largement avancée et cela libérera les travailleurs de l'aliénation sans nul doute puisque désormais il leur faudra s'autoexploiter

La seule chose qui ait été amplifiée, c'est la propiété privée, ce que Nordqvist, conseiller de Bush, avait annoncé en disant dans les années 2000 qu'ils allaient abolir le salariat en faisant de chacun un propriétaire (d'actions évidemment mais aussi de maisons... à crédit avec le succès que l'on sait). La propriété étendue, c'est la spéculation pour tous,......un jeu où certains sont plus égaux que d'autres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck