Dominique G Boullier

Professeur des universités en sociologie Sciences Po Paris

Sa biographie
https://www.boullier.bzh/
Son blog
87 abonnés Le blog de Dominique G Boullier
Voir tous
  • Trois leçons des débats de mercredi soir sur Médiapart

    Par
    Ce genre d’émissions fait plaisir à entendre car les acteurs clés sont mis en position de réfléchir à leurs stratégies. Trois points qui me paraissent être retenus : moment Thatcher ou pas, finance ou industrie, formes d'action gagnantes.
  • Mouvements sociaux 2020 : apologie du chaos connecté

    Par
    Les mouvements sociaux commencés en 2019 peinent à trouver des « débouchés politiques ». Rien d’étonnant car leur force réside dans leur capacité à générer un chaos connecté qui menace le 1% de chaque pays, de toutes ces oligarchies. Face au chaos climatique, financier et militaire que le 1% entretient, il faut revendiquer les vertus de création et d’exploration du chaos des mouvements sociaux.
  • La vidéo qui tue l'espace public

    Par
    L'espace public dégénère à grande vitesse avec les plates-formes de réseaux sociaux. La diffusion de la vidéo de Christchurch en est un nouvel épisode. Il faut instituer une responsabilité éditoriale des plates-formes, réduire le financement du net par la publicité qui encourage par principe la viralité, réduire la vitesse de réaction grâce au design des interfaces des plates-formes.
  • Lutter contre le réchauffement médiatique

    Par
    Pour lutter contre les fake news, on doit surtout réguler les « accélérateurs de contenus » en mettant en place un contrôle de vitesse dans un monde où « l’excès de vitesse mentale » génère un véritable réchauffement médiatique. Un nouveau design des plates-formes doit nous permettre de reprendre le contrôle sur notre propre activité de propagation qui affecte la qualité de tout l’espace public.
  • L'incroyable faillite du maintien de l'ordre macronien

    Par
    L’incapacité à contrôler les actions violentes reste très étonnante compte tenu des effectifs mobilisés. On paye, sur le plan technique, un aveuglement par l’état d’urgence et, sur le plan politique, une approche méprisante de tout public qui manifeste. Sans réponse politique, l'apprentissage de l'émeute qui se produit actuellement peut conduire à un «mai rampant» de funeste mémoire en Italie.