Dominique Momiron
Inspecteur de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 sept. 2011

Il faut aider les enseignants !

Roland Goigoux, universitaire, enseignant tout autant que chercheur au laboratoire PAEDI de l'IUFM d'Auvergne (pas encore mort ! ) vient de répondre aux questions des militants du SNUipp dans un récent dossier de leur revue consacré à la question de l'hétérogénéité dans les classes. J'ai la chance de connaître Roland depuis quelques décennies. Il nous arrive encore de partager quelques moments professionnels. J'apprécie en général sa valeur intellectuelle et son dynamisme remarquable. De quoi banaliser le regard que je lui porte. Mais là, je ne peux m'empêcher de dire : chapeau !

Dominique Momiron
Inspecteur de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Roland Goigoux, universitaire, enseignant tout autant que chercheur au laboratoire PAEDI de l'IUFM d'Auvergne (pas encore mort ! ) vient de répondre aux questions des militants du SNUipp dans un récent dossier de leur revue consacré à la question de l'hétérogénéité dans les classes. J'ai la chance de connaître Roland depuis quelques décennies. Il nous arrive encore de partager quelques moments professionnels. J'apprécie en général sa valeur intellectuelle et son dynamisme remarquable. De quoi banaliser le regard que je lui porte. Mais là, je ne peux m'empêcher de dire : chapeau !

Roland prend un risque en affirmant des choses comme « Il s’agit aussi d’un manque de compétences pédagogiques, mis notamment en évidence par le dispositif d’aide personnalisée, la "différenciation pédagogique" enfin à la portée de tous. » ou « L’aide personnalisée a mis à l’épreuve la valeur professionnelle des maîtres ». Mais son regard n'est pas un jugement hautain et méprisant. Au contraire ! Roland a consacré sa vie à chercher comment aider les maîtres de nos écoles à mieux enseigner. Devenu professeur d'université, il n'a jamais cessé de fréquenter le terrain au plus près pour observer, comprendre, expérimenter, inventer et proposer. Il y a chez lui une générosité inépuisable envers les enseignants (peut-être aussi motivée par la connaissance intime des besoins ressentis par le jeune instituteur qu'il fut dans les années 1980).

L'analyse qu'il nous livre dans cette interview met en évidence à quel point le paradigme de notre école a changé dans les deux dernières décennies. L'ambition de l'égalité des chances et la quête de la réussite de tous ont profondément bouleversé la mission générale de l'enseignant en France. Or, tout cela s'est fait sans que notre pays et son institution « Éducation nationale » ne le prennent clairement en considération dans la formation initiale et continue des enseignants. On vit encore leur professionnalisme sur des bases antérieures, périmées, dépassées. Dès lors, confrontés à ces attentes parfois comminatoires, souvent mêlées d'une angoisse plus ou moins crue, les enseignants ne peuvent que se retrouver dans une situation inconfortable : comment enseigner à des cohortes toujours plus nombreuses dans les classes tout en veillant avec la plus grande attention à la réussite de chaque élève, y compris et surtout ceux qui ont le plus de mal avec l'univers scolaire ?

Alors oui, il y a un manque général de culture didactique, de connaissances scientifiques, de savoir-faire psycho-social, bref de compétences pédagogiques. Ce manque n'est en rien de la faute des enseignants, qu'ils soient « chevronnés » ou néophytes. Ne pas en avoir conscience, c'est se priver de la possibilité d'améliorer grandement notre système scolaire, aussi bien dans son efficacité purement cognitive et culturelle que dans sa qualité de fabrique sociale et citoyenne. Oui, il faut aider les enseignants ! C'est une nécessité actuelle. Au quotidien, c'est sans doute la première mission des équipes d'inspection (inspecteurs et conseillers pédagogiques). Ils doivent en avoir conscience, au-delà de leurs missions de contrôle et d'évaluation qui tendent à devenir trop prépondérantes de nos jours. Mais c'est aussi le devoir des politiques qui gouvernent ou prétendent gouverner à court terme notre Éducation nationale. Il faut investir dans un plan massif de formation pédagogique, un plan cohérent, global et ambitieux pour permettre aux enseignants de remplir les missions que la société leur assigne maintenant. Ce n'est pas en se coupant du terrain des classes et en économisant de manière technocratique sur les moyens de la formation et de la recherche que l'on y arrivera.

J'ai la chance de connaître et de croiser fréquemment Roland Goigoux. Cela me permet de constater à quel point ses travaux et ceux de ses collègues chercheurs du laboratoire PAEDI (Processus d'Action des Enseignants, Déterminants et Impacts) sont importants pour l'avenir. Bref, en lisant l'interview de Roland, je ne peux pas m'empêcher de la souligner et de la promouvoir dans ce petit billet. Elle touche à quelque chose de majeur. J'y suis sensible en tant que professionnel.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon