dominique thiriet
Salarié, militant syndical et politique
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 déc. 2021

Je ne voterai pas pour un-e candidat-e obéissant-e.

Quitte à me faire traiter de "guignol" autours d'une bière sur l'excellente chaîne Regards [1], j'affirme qu'Il est grand temps que le camp du progrès social de l'écologie et de l'émancipation commence à désobéir. Désobéir à cette maxime gaulliste, que les commentateurs répètent à l'envi : l'élection présidentielle, c'est la rencontre d'un homme et d'un peuple.

dominique thiriet
Salarié, militant syndical et politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette fable, il semble bien que beaucoup d'entre nous l'ont intériorisée, au point qu'il et elles vont, de plateau en plateau, de médias indépendants en médias dépendants, serinant leur "machin, machine est le mieux placé pour gagner". Cette allégeance à l'esprit et à la lettre de la constitution de la Vème République augure mal de la capacité de ces mêmes personnes à en changer fondamentalement les règles. Respecter cette mythologie, c'est s'agenouiller devant les ors du pouvoir, les lustrer encore un peu plus. Entrer dans un costume plein de morgue avec un petit truc rouge au revers du veston.

"Quand les blés sont sous la grêle, fou qui fait le délicat, fou qui songe à ses querelles…" disait le poète. Un énorme orage et une bande de fous furieux, c'est ce que je vois à l'heure actuelle. Chacun-e jouant les cadors. Certain- e que "les autres" vont craquer et être obligé-e-s de plier les genoux devant lui-elle, la soumission là encore est requise. Une séance de débourrage pour discipliner des étalons trop impétueux. Il et elles portent l'habit d'un Général pas à leur taille, trop grand ou trop étriqué. De toute façon, cet habit, il craque de toutes les coutures. Il est tellement élimé que c'est honteux de sortir dans la rue avec. Et pourtant c'est vêtu de ces oripeaux qu'on les voit parler "au peuple". Leurs adversaires, ce n'est pas la droite aussi extrême qu'elle se révèle, mais celles et ceux qui ne pensent pas absolument comme eux mais qui sont proches et leur masquent le soleil.

Ce sont pour la plupart des honnêtes gens. Persuadé-e-s de leur bon droit à incarner la France. Je suis brutal avec elles et eux, j'en suis conscient. Mais les logiques d'appareil nous font tellement de mal. Les structures ont leur propre individualité (sans parler de leur financement…). Elles œuvrent à se maintenir envers et contre tout, comme n'importe quel être vivant. C'est humain si j'ose dire[2]!

Pourtant à cette heure, Denis Kessler est en passe d'aboutir. Son grand projet : défaire méthodiquement le programme du CNR est quasi achevé. Son triple menton tressaille de bonheur. Leur programme à lui et aux crapules qui le soutienne, il est écrit, depuis longtemps. Et ils le déroulent en se marrant de notre impuissance. Est-ce que nous ne devrions pas avancer nous aussi en meute ? parce que c'est bien ce que nous avons face à nous : une meute de chiens jaloux (oui, c'est bien eux qui sont jaloux de ce que nous avions conquis, non l'inverse. Qui jalouserait leur toxicomanie à la richesse ?).

Je sais que ce que j'écris va susciter des réactions de colère. Je le redis, les militant-e-s sont sincères, impliqué-e-s, les "états-majors", les "cadres" le sont tout autant, tout le monde bosse prend sur son temps, va risquer de se faire casser la gueule par les flics ou les fachos. Mais quand on est dans une structure, quelle qu'elle soit, entreprise, parti politique, association, famille, on adopte le point de vue de cette structure. Beaucoup d'expérience de psychologie sociale le montre. La peur d'être rejeté est un sentiment puissant. L'esprit de camaraderie, la solidarité, nous tiennent chaud. Et on a toujours l'impression que ce qui est au-delà de la membrane qui nous abrite, qui nous constitue, nous veut du mal. On leurs trouve des tas de défauts à ces "autres". Le premier, de ne pas faire partie de ce "nous".

Mais décidément non, je ne voterai plus pour quelqu'un qui obéit. Je revendique le droit à la désobéissance.[3]

[1] https://www.youtube.com/watch?v=SVlm3WhrlPc

[2] En réalité, c'est une sorte de "syndrome de Carl", l'ordinateur de 2001 qui considère que le débrancher serait une entrave à sa mission.

[3] Vincent Brenghart, Jérôme Hourdeaux : Revendiquons le droit à la désobéissance.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti