dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, collaborateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2018

Kalifat démission !

Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), se vante d'avoir dialogué à Vienne avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz. Mais il oublie de préciser que celui-ci a intégré à son gouvernement six ministres du parti néonazi FPÖ ! On ne peut à la fois parler au nom des Juifs de France et traiter avec les héritiers du IIIe Reich.

dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, collaborateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 20 novembre, Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) s’est rendu à Vienne avec le Congrès juif européen. À cette occasion, il a rencontré longuement le chancelier autrichien Sebastian Kurz.

La lettre d’information du CRIF n’en fait pas mystère. Elle affirme que « le Chancelier Kurz s'est montré très volontaire et déterminé concernant la question de l'antisémitisme et a assuré Francis Kalifat de sa vigilance au regard de la situation actuelle ».

Le CRIF oublie un détail: ledit Kurz a intégré dans son gouvernement six ministres du Parti libéral d’Autriche, le fameux FPÖ de feu Jörg Haider. Les déclarations de ce dernier comme celles de son successeur, Heinz-Christian Strache ([1]), ne laissent aucun doute: il s’agit bien d’une formation enracinée dans le néonazisme.

Chassez le naturel, il revient au galop: ancien responsable du mouvement juif d’extrême droite Betar, Francis Kalifat entraîne le CRIF dans des alliances fascistes sous couvert de lutte contre l’antisémitisme.

Ce faisant, il imite son ami Benyamin Netanyahou qui flirte ouvertement tout ce que l’Europe compte de populistes, d’ultra nationalistes et d’extrême droite: de Viktor Orban à Jaroslaw Kaczynski, en passant par Matteo Salvini et Gert Wilders, sans oublier... Sebastian Kurz.

Même le président de l’État d’Israël a condamné cette dégénérescence. Combattre l’antisémitisme aux côtés de néofascistes, a-t-il déclaré, est « absolument impossible ».

Peut-on tolérer que celui qui prétend parler au nom des Juifs de France salisse ainsi le judaïsme ? Non : il doit démissionner !

Sinon que comptent faire les associations juives membres du CRIF ? Vont-elles fermer les yeux et se rendre complices ? Ou vont-elles, sans aucune ambiguïté, sanctionner ces graves dérives ? 

Il en va de leur honneur.

Dominique Vidal.

([1]) Le quotidien de Munich Süddeutsche Zeitung a publié un dossier complet sur le parcours néonazi du successeur de Haider : https://gfx.sueddeutsche.de/apps/e563408/www/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé