dominique vidal

Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, collaborateur bénévole de La Chance.

Paris - France

Sa biographie
Né en 1950, Dominique Vidal a étudié la philosophie et l'histoire. Journaliste depuis 1968, professionnel depuis 1973, il a notamment travaillé dans les rédactions des hebdomadaires "France Nouvelle" et "Révolution", puis du quotidien "La Croix". Après avoir coordonné les activités internationales du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ), il a fait partie, de 1995 à 2010, de l'équipe permanente du "Monde diplomatique", dont il a en particulier créé le réseau d'éditions internationales et coordonné les Atlas. Spécialisé dans les questions internationales et notamment le Proche-Orient, il vient de publier "Antisionisme = antisémitisme ? Réponse à Emmanuel Macron" (Libertalia, 2018). Auparavant, il avait sorti "Comment Israël expulsa les Palestiniens 1947-1949" (Éditions de l’Atelier, 2007, avec une postface de Sébastien Boussois) ; "Israël, une société bousculée. Vingt-cinq années de reportage" (Editions du Cygne, 2007); et "Le Mal-être juif" (Agone, 2003). Dominique Vidal a écrit en collaboration avec Alain Gresh : "Les 100 Clés du Proche-Orient" (dernière édition avec Emmanuelle Pauly chez Fayard, 2011) ;; "Palestine 47 : un partage avorté" (dernière édition chez André Versaille, 2007) ; "Golfe : clefs pour une guerre annoncée" (Le Monde Éditions, 1991) ; et "Proche-Orient : une guerre de cent ans" (Messidor, 1984). Depuis 2010, il dirige avec Bertrand Badie l’annuel collectif "L’état du monde", chez La Découverte. Le dernier en date, paru en 2018, s'intitule "Le Retour des populisme". Autres ouvrages : "L’Opinion, ça se travaille… Les médias, l’OTAN et la guerre du Kosovo" (Agone, Marseille, dernière édition 2015 avec Serge Halimi, Henri Maler et Mathias Reymond); "Le Proche-Orient, les banlieues et nous" ( Éditions de l'Atelier, 2006 avec Leila Shahid, Michel Warschawski et Isabelle Avran) ; "Le Mal-être arabe. Enfants de la colonisation" (Agone, 2005 avec Karim Bourtel) ; "Les historiens allemands relisent la Shoah" (Complexe, 2002) ; " Promenades historiques dans Paris" (Liana Levi, 1991 et 1994, avec Christine Queralt) ; "Portraits de China Town, le ghetto imaginaire" (Autrement, 1987, avec Éric Venturini). Chez Sindbad/Actes Sud, Dominique Vidal a coordonné "Palestine-Israël : un Etat, deux Etats ?" (2011) et "Palestine: le jeu des puissants" (2014). Chez Demopolis, il vient de diriger "Les Nationalistes à l'assaut de l'Europe".
Son blog
367 abonnés Dominique Vidal
Voir tous
  • « Bibi », c'est fini ?

    Par
    Comment dit-on, en hébreu, « il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué » ? À quelques jours du vote de confiance de la Knesset sur le « gouvernement (auto-proclamé) du changement », ce proverbe s’impose avant tout commentaire.
  • A mes amis journalistes

    Par
    Depuis une semaine, des centaines de jeunes fascistes du mouvement Lehava accompagnés par des policiers « ratonnent » à Jérusalem-Est au cri de « Mort aux Arabes ! ». Dans la plus totale impunité sur place. Et dans le quasi silence des grands médias internationaux, y compris chez nous. J’ai honte. Comme Français. Comme journaliste. Et comme juif.
  • Kalifat va-t-il se déshonorer ?

    Par
    70cb0805-1eb5-460d-b249-d801dc50cfa2
    Francis Kalifat, le président du CRIF-Betar, a un point commun avec Jean-Marie Le Pen: il a un œil qui ne voit pas. De l’œil gauche, il dénonce l’antisémitisme, même la où il n’y en a pas. De l’œil droit, il a du mal à discerner les provocations anti-juives, même quand elles sautent au yeux. Ainsi observe-t-il l’omertà qui prévaut sur le grave dérapage de Gérald Darmanin.
  • Les Israéliens vont-ils réélire un «voyou»?

    Par
    À une semaine de la quatrième élection législative anticipée en deux ans, les Israéliens n’ont pas encore fait leur choix. Benyamin Netanyahou reste victime d’un très fort « degagisme », mais aucune alternative progressiste ne s’affirme. Israël va-t-il à nouveau confier son sort à un « birion » - un voyou ?
  • Le CRIF, l'antisémitisme, Ipsos: l'arroseur arrosé

    Par
    Pour le CRIF, qui ne cesse de culpabiliser les Français en les dépeignant comme un peuple antisémite et inconscient de l’être, surtout lorsqu'ils sont très à gauche, voilà un démenti cinglant. D’autant qu’il provient d’une enquête réalisée par Ipsos à… sa demande. N’en déplaise à Francis Kalifat, l'écrasante majorité de nos concitoyens est décidée à combattre fermement TOUS les racismes.
Voir tous