dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

124 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2011

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Monsieur le censeur, bonsoir!

Lundi soir, sur France 2, «Un œil sur la planète» entendait répondre à la question «Un Etat palestinien est-il possible?» Comme la plupart des émissions consacrées à ce conflit, celle-ci a suscité des réactions contradictoires et souvent passionnées de téléspectateurs disant soit leur satisfaction, soit leur insatisfaction. Rien là que de normal et d'habituel.

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lundi soir, sur France 2, «Un œil sur la planète» entendait répondre à la question «Un Etat palestinien est-il possible?» Comme la plupart des émissions consacrées à ce conflit, celle-ci a suscité des réactions contradictoires et souvent passionnées de téléspectateurs disant soit leur satisfaction, soit leur insatisfaction. Rien là que de normal et d'habituel.

Ce qui l'est moins, c'est que Richard Prasquier, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), lui consacre mardi matin son éditorial sur le site de ce dernier. Avec le sens aigu de la nuance qui le caractérise, il parle d'« écœurement » devant le « parti-pris violemment anti-israélien » de l'émission, de « procédés caricaturaux », de « pseudo-explications historiques » et d'« informations de seconde main » - ce qui, s'agissant de reportages sur le terrain relève pour le moins du paradoxe...

Ces épithètes surprennent d'autant plus que le signataire reconnaît n'avoir « pu voir que la dernière partie de l'émission ». Pour éviter une « réaction immédiate » dont il craint qu'elle ne soit « gravement contre-productive », il annonce donc que le CRIF va se « laisser le temps de visionner » le tout. Mais il ajoute aussitôt : « Nous serons intransigeants sur l'exigence de neutralité particulièrement nécessaire d'une chaîne de service public qui est payée par les contribuables que nous sommes. Notre travail s'inscrit dans une recherche de la vérité aujourd'hui trop souvent remplacée par le primat donné à la "bonne" idéologie, celle qui voit les Israéliens en noir et les Palestiniens en blanc. Nous l'avions déjà exprimé auprès de France 2 lors de l'"affaire Al Dura". Nous allons continuer. »

Cette réaction pose deux questions :

- à quel titre une institution communautaire censée défendre les intérêts de la partie de la population française qu'elle représente prétend-elle juger d'une émission de télévision consacrée à un conflit international ? Si « Un œil sur la planète » avait traité des Juifs de France, le CRIF aurait eu toute légitimité pour la commenter. Mais c'est d'Israël et de la Palestine qu'il s'agit : Richard Prasquier se considérerait-il comme un ambassadeur bis d'Israël ?

- de quelle compétence le président du CRIF dispose-t-il pour dire la « vérité » sur ce conflit ? A ma connaissance, il est cardiologue, et non historien, géopolitologue ou journaliste spécialisé. Ne serait-il pas plus raisonnable de laisser des tels professionnels, bien sûr de sensibilités diverses, apprécier le sérieux et l'honnêteté d'une émission de télévision ? En l'occurrence, il suffit, selon moi, de regarder cet « Œil sur la planète » pour s'en convaincre - et j'invite chacun à le faire en consultant le site http://oeil-sur-la-planete.france2.fr/?page=emissions&id_rubrique=89

Mais cet éditorial, dans son outrance même, attire à nouveau l'attention sur une dérive grave de Richard Prasquier et, avec lui, de l'institution qu'il préside. Déjà, il avait prétendu, depuis des années, faire sanctionner mon excellent confrère Charles Enderlin, harcelé par des diffamateurs que la justice a d'ailleurs condamnés il y a peu. Puis il s'est vanté d'avoir fait interdire, en janvier dernier, une conférence à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm avec Stéphane Hessel, objet d'attaques aussi répétées qu'indignes sur le site du CRIF. Exigera-t-il, demain, la tête de l'équipe d'« Un œil sur la planète » ?

Que Richard Prasquier ait entraîné le CRIF dans une dérive à droite, en termes de positionnement en France comme de soutien inconditionnel à la politique de Benyamin Netanyahou choque déjà la majorité de nos compatriotes juifs qu'il ne représente plus. Mais s'il s'en prenait au droit d'expression et d'opinion, il romprait avec la tradition même du judaïsme français, qui a toujours consisté à s'engager du côté des libertés. C'est pourquoi, paraphrasant la fameuse sortie de feu Maurice Clavel, je suis tenté de lui dire : « Monsieur le censeur, bonsoir ! »

Dominique Vidal *

* Historien et journaliste, auteur avec Alain Gresh et Emmanuelle Pauly des 100 Clés du Proche-Orient (Fayard, Paris, 2011).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica