dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2011

Monsieur le censeur, bonsoir!

Lundi soir, sur France 2, «Un œil sur la planète» entendait répondre à la question «Un Etat palestinien est-il possible?» Comme la plupart des émissions consacrées à ce conflit, celle-ci a suscité des réactions contradictoires et souvent passionnées de téléspectateurs disant soit leur satisfaction, soit leur insatisfaction. Rien là que de normal et d'habituel.

dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lundi soir, sur France 2, «Un œil sur la planète» entendait répondre à la question «Un Etat palestinien est-il possible?» Comme la plupart des émissions consacrées à ce conflit, celle-ci a suscité des réactions contradictoires et souvent passionnées de téléspectateurs disant soit leur satisfaction, soit leur insatisfaction. Rien là que de normal et d'habituel.

Ce qui l'est moins, c'est que Richard Prasquier, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), lui consacre mardi matin son éditorial sur le site de ce dernier. Avec le sens aigu de la nuance qui le caractérise, il parle d'« écœurement » devant le « parti-pris violemment anti-israélien » de l'émission, de « procédés caricaturaux », de « pseudo-explications historiques » et d'« informations de seconde main » - ce qui, s'agissant de reportages sur le terrain relève pour le moins du paradoxe...

Ces épithètes surprennent d'autant plus que le signataire reconnaît n'avoir « pu voir que la dernière partie de l'émission ». Pour éviter une « réaction immédiate » dont il craint qu'elle ne soit « gravement contre-productive », il annonce donc que le CRIF va se « laisser le temps de visionner » le tout. Mais il ajoute aussitôt : « Nous serons intransigeants sur l'exigence de neutralité particulièrement nécessaire d'une chaîne de service public qui est payée par les contribuables que nous sommes. Notre travail s'inscrit dans une recherche de la vérité aujourd'hui trop souvent remplacée par le primat donné à la "bonne" idéologie, celle qui voit les Israéliens en noir et les Palestiniens en blanc. Nous l'avions déjà exprimé auprès de France 2 lors de l'"affaire Al Dura". Nous allons continuer. »

Cette réaction pose deux questions :

- à quel titre une institution communautaire censée défendre les intérêts de la partie de la population française qu'elle représente prétend-elle juger d'une émission de télévision consacrée à un conflit international ? Si « Un œil sur la planète » avait traité des Juifs de France, le CRIF aurait eu toute légitimité pour la commenter. Mais c'est d'Israël et de la Palestine qu'il s'agit : Richard Prasquier se considérerait-il comme un ambassadeur bis d'Israël ?

- de quelle compétence le président du CRIF dispose-t-il pour dire la « vérité » sur ce conflit ? A ma connaissance, il est cardiologue, et non historien, géopolitologue ou journaliste spécialisé. Ne serait-il pas plus raisonnable de laisser des tels professionnels, bien sûr de sensibilités diverses, apprécier le sérieux et l'honnêteté d'une émission de télévision ? En l'occurrence, il suffit, selon moi, de regarder cet « Œil sur la planète » pour s'en convaincre - et j'invite chacun à le faire en consultant le site http://oeil-sur-la-planete.france2.fr/?page=emissions&id_rubrique=89

Mais cet éditorial, dans son outrance même, attire à nouveau l'attention sur une dérive grave de Richard Prasquier et, avec lui, de l'institution qu'il préside. Déjà, il avait prétendu, depuis des années, faire sanctionner mon excellent confrère Charles Enderlin, harcelé par des diffamateurs que la justice a d'ailleurs condamnés il y a peu. Puis il s'est vanté d'avoir fait interdire, en janvier dernier, une conférence à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm avec Stéphane Hessel, objet d'attaques aussi répétées qu'indignes sur le site du CRIF. Exigera-t-il, demain, la tête de l'équipe d'« Un œil sur la planète » ?

Que Richard Prasquier ait entraîné le CRIF dans une dérive à droite, en termes de positionnement en France comme de soutien inconditionnel à la politique de Benyamin Netanyahou choque déjà la majorité de nos compatriotes juifs qu'il ne représente plus. Mais s'il s'en prenait au droit d'expression et d'opinion, il romprait avec la tradition même du judaïsme français, qui a toujours consisté à s'engager du côté des libertés. C'est pourquoi, paraphrasant la fameuse sortie de feu Maurice Clavel, je suis tenté de lui dire : « Monsieur le censeur, bonsoir ! »

Dominique Vidal *

* Historien et journaliste, auteur avec Alain Gresh et Emmanuelle Pauly des 100 Clés du Proche-Orient (Fayard, Paris, 2011).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat