Monsieur le censeur, bonsoir!

Lundi soir, sur France 2, «Un œil sur la planète» entendait répondre à la question «Un Etat palestinien est-il possible?» Comme la plupart des émissions consacrées à ce conflit, celle-ci a suscité des réactions contradictoires et souvent passionnées de téléspectateurs disant soit leur satisfaction, soit leur insatisfaction. Rien là que de normal et d'habituel.

Lundi soir, sur France 2, «Un œil sur la planète» entendait répondre à la question «Un Etat palestinien est-il possible?» Comme la plupart des émissions consacrées à ce conflit, celle-ci a suscité des réactions contradictoires et souvent passionnées de téléspectateurs disant soit leur satisfaction, soit leur insatisfaction. Rien là que de normal et d'habituel.

Ce qui l'est moins, c'est que Richard Prasquier, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), lui consacre mardi matin son éditorial sur le site de ce dernier. Avec le sens aigu de la nuance qui le caractérise, il parle d'« écœurement » devant le « parti-pris violemment anti-israélien » de l'émission, de « procédés caricaturaux », de « pseudo-explications historiques » et d'« informations de seconde main » - ce qui, s'agissant de reportages sur le terrain relève pour le moins du paradoxe...

Ces épithètes surprennent d'autant plus que le signataire reconnaît n'avoir « pu voir que la dernière partie de l'émission ». Pour éviter une « réaction immédiate » dont il craint qu'elle ne soit « gravement contre-productive », il annonce donc que le CRIF va se « laisser le temps de visionner » le tout. Mais il ajoute aussitôt : « Nous serons intransigeants sur l'exigence de neutralité particulièrement nécessaire d'une chaîne de service public qui est payée par les contribuables que nous sommes. Notre travail s'inscrit dans une recherche de la vérité aujourd'hui trop souvent remplacée par le primat donné à la "bonne" idéologie, celle qui voit les Israéliens en noir et les Palestiniens en blanc. Nous l'avions déjà exprimé auprès de France 2 lors de l'"affaire Al Dura". Nous allons continuer. »

Cette réaction pose deux questions :

- à quel titre une institution communautaire censée défendre les intérêts de la partie de la population française qu'elle représente prétend-elle juger d'une émission de télévision consacrée à un conflit international ? Si « Un œil sur la planète » avait traité des Juifs de France, le CRIF aurait eu toute légitimité pour la commenter. Mais c'est d'Israël et de la Palestine qu'il s'agit : Richard Prasquier se considérerait-il comme un ambassadeur bis d'Israël ?

- de quelle compétence le président du CRIF dispose-t-il pour dire la « vérité » sur ce conflit ? A ma connaissance, il est cardiologue, et non historien, géopolitologue ou journaliste spécialisé. Ne serait-il pas plus raisonnable de laisser des tels professionnels, bien sûr de sensibilités diverses, apprécier le sérieux et l'honnêteté d'une émission de télévision ? En l'occurrence, il suffit, selon moi, de regarder cet « Œil sur la planète » pour s'en convaincre - et j'invite chacun à le faire en consultant le site http://oeil-sur-la-planete.france2.fr/?page=emissions&id_rubrique=89

Mais cet éditorial, dans son outrance même, attire à nouveau l'attention sur une dérive grave de Richard Prasquier et, avec lui, de l'institution qu'il préside. Déjà, il avait prétendu, depuis des années, faire sanctionner mon excellent confrère Charles Enderlin, harcelé par des diffamateurs que la justice a d'ailleurs condamnés il y a peu. Puis il s'est vanté d'avoir fait interdire, en janvier dernier, une conférence à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm avec Stéphane Hessel, objet d'attaques aussi répétées qu'indignes sur le site du CRIF. Exigera-t-il, demain, la tête de l'équipe d'« Un œil sur la planète » ?

Que Richard Prasquier ait entraîné le CRIF dans une dérive à droite, en termes de positionnement en France comme de soutien inconditionnel à la politique de Benyamin Netanyahou choque déjà la majorité de nos compatriotes juifs qu'il ne représente plus. Mais s'il s'en prenait au droit d'expression et d'opinion, il romprait avec la tradition même du judaïsme français, qui a toujours consisté à s'engager du côté des libertés. C'est pourquoi, paraphrasant la fameuse sortie de feu Maurice Clavel, je suis tenté de lui dire : « Monsieur le censeur, bonsoir ! »

Dominique Vidal *

* Historien et journaliste, auteur avec Alain Gresh et Emmanuelle Pauly des 100 Clés du Proche-Orient (Fayard, Paris, 2011).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.