Le CRIF exige une loi interdisant l’antisionisme

Hier, dans la Newsletter du CRIF, son président, Francis Kalifat, exigeait une loi interdisant l’antisionisme. Une nouvelle escalade contre la liberté d’expression...

Le texte ci-dessous est extrait d’une interview du président du CRIF, Francis Kalifat, publiée hier. Dans une nouvelle escalade liberticide, il exige une loi contre l’antisionisme, sur la base des déclarations d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe.

Faut-il le rappeler ? L’antisionisme est une opinion et l’antisémitisme un délit. Criminaliser le premier constituerait une atteinte à la liberté d’expression. Cela relèverait, en outre, d’un analphabétisme historique: l’écrasante majorité des Juifs qui, dans l’entre-deux-guerres, rejetaient le sionisme étaient -ils antisémites ? Et la majorité des Juifs qui, aujourd’hui, choisissent de ne pas vivre en Israël, sont-ils antisémites ?

On croyait qu’il n’y aurait jamais pire président du CRIF que Richard Prasquier et Roger Cukierman. Erreur: Francis Kalifat les bat à plates coutures. Grâce à lui, l’acronyme CRIF prend son véritable sens: Conseil représentatif d’Israël en France.

D.V.

P.S. : Je publie en janvier, chez Libertalia, un livre intitulé: “Réponse à Emmanuel Macron. Antisionisme = antisémitisme ? »

L’extrait de l’interview de Francis Kalifat:

« A.J.: Lors de ses vœux à la communauté juive, le 2 octobre, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé un nouveau plan contre l’antisémitisme à partir de 2018. Il a également dénoncé « la banalisation de l’antisémitisme et de sa forme réinventée […] qu’est l’antisionisme ». Au-delà du constat, nécessaire et attendu, que faut-il faire pour lutter contre ces phénomènes de haine ?

F.K. : Dire que l’antisionisme est une nouvelle forme de l’antisémitisme, c’est la reconnaissance d’une réalité qu'au Crif, nous martelons depuis longtemps, notamment à travers notre combat contre le mouvement BDS. Il faudrait maintenant sortir du déclaratif. La réflexion doit désormais porter sur la manière dont on réprime ce nouvel antisémitisme. La législation française, très aboutie dans la lutte contre l’antisémitisme « classique », ne dispose pas encore d’un arsenal juridique pour combattre l’antisionisme. Pourtant, cet outil juridique existe à travers la définition de l’antisémitisme donnée par l'IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance), reprise et votée par le Parlement européen en juin dernier. J’ai demandé au Premier ministre, au ministre de l’Intérieur et à la ministre de la Justice de faire en sorte que cette définition, qui prend en compte l’antisionisme comme forme nouvelle de l’antisémitisme, soit transposée dans l’arsenal législatif français. Pour notre part, nous travaillons à la mise en place d'un observatoire de la haine sur le Net qui donnera lieu à un rapport annuel, à l’image de celui qui existe pour les actes et violences antisémites. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.