Sauvons Le Temps des Cerises (suite)

Trois semaines après la victoire (douteuse) d'Iznogoud (Frédéric Rauch) sur le Calife (Francis Combes), la mobilisation ne faiblit pas pour la défense de l’éditeur Le Temps des Cerises. La pétition rassemble désormais plus de 800 signatures. La parole est au secrétaire du PCF et à celui de la CGT : car les acteurs de ce "hold-up" sont communistes et le "chef d'orchestre" une Fédération syndicale.

Voici, pour mémoire, le texte de la pétition lancée par Francis Combes, fondateur du Temps des Cerises, et une centaine d'auteurs publiés par cette maison d'édition :


ee561e33-3e36-4190-a748-2c4103449788
Le Temps des Cerises est en grand danger. Les changements annoncés de manière unilatérale par les principaux  actionnaires (dont la FNAF-CGT) concernant la direction des éditions Le Temps des Cerises sont lourds de menaces pour son existence. En tant qu’auteurs, nous sommes directement concernés et nous entendons faire entendre notre point de vue.

Le Temps des Cerises est une maison qui occupe une place singulière dans le paysage de l’édition. Elle a été fondée en 1993 par un collectif d’autrices et d’auteurs réunis autour de Francis Combes. Parmi eux, plusieurs amis aujourd’hui disparus parmi lesquels Jorge Amado, Eugène Guillevic, Catherine Claude, Roger Bordier ou Pierre Bourgeade… Aujourd’hui, près de 1 000 titres sont inscrits à son catalogue.

Au fil des ans, elle s’est affirmée par sa production de qualité dans le domaine de la poésie, tout d’abord, mais aussi du roman et de l’essai. Elle a aussi joué un rôle de premier plan dans l’action pour la défense de l’édition indépendante et du pluralisme éditorial dans ce pays.

L’esprit initial du Temps des Cerises, fait d’engagement progressiste et d’ouverture, s’est maintenu jusqu’à aujourd’hui.

Cette maison, qui a toujours été résolument à gauche, n’a jamais été la maison d’édition du Parti communiste ou d’une quelconque organisation politique, ni même d’une organisation syndicale quelle qu’elle soit.

Nous avons toujours été accueillis avec écoute, attention et respect par le directeur fondateur comme par la directrice qui l’a remplacé pendant plusieurs années, sans qu’ils aient  jamais censuré nos textes.

Le Temps des Cerises a toujours publié nombre d’écrivains, dans leur diversité - communistes, libertaires, socialistes, trotskystes, écologistes ou autres - se retrouvant pour la plupart dans un même refus de l’ultra-libéralisme, du capitalisme et de l’impérialisme dont on voit aujourd’hui les effets mortifères pour la civilisation, les libertés, la culture et même le devenir de la planète et de la vie terrestre.

 Or, nous apprenons aujourd’hui que les associés majoritaires au sein du conseil d’administration ont décidé de nommer, à la place du poète Francis Combes, directeur-fondateur de la maison, le rédacteur en chef de la revue économique du PCF ; un permanent, premier secrétaire d’une fédération départementale de ce parti. Nous n’avons évidemment rien contre le fait qu’il soit communiste ; mais son parcours qui n’a rien à voir avec le livre ou l’édition et ne le qualifie pas, à nos yeux, pour diriger une maison d’édition poétique, littéraire et intellectuelle, connue de tous pour son indépendance d’esprit.

Ayant déjà, pour plusieurs d’entre nous, vécu les effets désastreux de certaines décisions politiques concernant les maisons d’édition qui existaient dans la mouvance culturelle communiste, nous avons les plus vives inquiétudes.

Nous souhaitons que soient préservés l’existence et l’esprit de cette maison d’édition. Pour cela, l’avis de Francis Combes doit impérativement être pris en compte quant à la relève qu’il souhaitait organiser pour continuer et développer le Temps des Cerises dans l’esprit qui en a fait une maison d’édition qui compte dans le paysage culturel et progressiste français. 

img-0354

Une lettre de Francis Combes aux lecteurs du Temps des Cerises:

Chères amies, chers amis,

Avant toute chose, je souhaite vous adresser mes vœux pour l’année qui commence. Quelle soit meilleure, pour nous tous, que l’année qui vient de s’achever.

Vous avez été nombreux, à recevoir, à la veille du Nouvel An, une lettre signée Anita Binacchi et envoyée d’une adresse du syndicat CGT-FNAF (Agro-alimentaire) ; ce qui a dû en surprendre plus d’un. Disons-le simplement, cette lettre est une tentative d’enfumage sur le mode « tout va très bien madame la marquise »… mais elle a bien peu à voir avec la réalité.

En fait, ce syndicat, FNAF-CGT, représenté par son ancien secrétaire général, Freddy Huck, était entré dans le capital de notre maison d’édition, il y a quelques années, pour nous apporter son soutien. Et pendant une dizaine d’années, il l’a fait en respectant l’indépendance de la maison d’édition que j’ai créée, il y a vingt-sept ans, avec un collectif de 32 écrivains (dont Jorge Amado, Eugène Guillevic, Gilles Perrault, Patrick Besson, Pierre Gamarra, Roger Bordier, Jacques Gaucheron, Catherine Claude, Patricia Latour…)

L’originalité du Temps des Cerises tient à sa politique éditoriale, à son attachement aux idéaux de la Commune, à sa passion pour la poésie et la littérature, à son engagement aux côtés des luttes sociales et de solidarité internationale. Nous avons toujours « affiché la couleur » mais nous nous sommes toujours montrés ouverts, comme le disait notre Manifeste initial, « accueillants à tous ceux qui, dans leur diversité, considèrent que le capitalisme n’est pas le fin mot de l’histoire de l’humanité. Ou alors ce serait le mot de sa fin ». L’autre singularité du Temps des Cerises dans le paysage éditorial français est que les auteurs en ont été les fondateurs et les animateurs. Ils constituaient à la fois l’Assemblée des associés et le Conseil éditorial, chacun comptant pour un quel que soit le nombre de ses parts.

Les choses ont commencé à changer il y a deux ans… quand j’ai annoncé mon intention de passer la main. Après le départ de sa directrice, Juliette, j’avais accepté de reprendre le collier avec l’objectif non seulement d’assurer la continuité du travail éditorial mais aussi de remettre sur pied une équipe capable d’assurer la relève. Ce que j’ai fait. Il y a aujourd’hui autour du Temps des Cerises un collectif de jeunes, garçons et filles, à la fois littéraires et militants, qui ont déjà pour certains une expérience de plusieurs années dans le métier des livres. J’avais annoncé d’emblée mon intention de leur passer la main (tout en restant un temps pour les aider) car je ne me crois pas indispensable et suis dans une logique de transmission. Prétendre qu’ils seraient trop jeunes est triste et idiot (j’avais pour ma part 28 ans quand j’ai débuté dans ce métier). Mais la FNAF-CGT, devenue l’associé principal, s’y est opposée. Arguant du soutien qu’ils nous ont apporté, ils prétendent aujourd’hui contrôler et diriger la maison d’édition. Ils confondent solidarité et prise du pouvoir. Ils ont donc, à mon insu, pendant plusieurs mois, recherché un candidat pour prendre ma place. Comme ils sont totalement incompétents en matière d’édition, le choix qu’ils ont fait est désastreux. Ils ont été solliciter un permanent du PCF, rédacteur en chef de la revue Économie et politique, Frédéric Rauch, qui, à 55 ans, n’a aucune expérience de l’édition, a fortiori de l’édition littéraire et poétique. De plus, il est élu à Agen, secrétaire départemental du PCF dans le Lot-et-Garonne et il vient d’accepter un autre emploi à la communauté urbaine de Bordeaux.

Ainsi, il prétend diriger le Temps des Cerises à mi-temps !… pour un salaire deux fois supérieur à celui que percevait l’ancienne directrice, pour un plus que plein temps. Ce qui est une curieuse façon de vouloir « redresser », comme cela a été prétendu, la maison d’édition.

Ses premières déclarations d’intention augurent d’un vague projet éditorial qui n’a rien à voir avec le Temps des Cerises. On peut craindre qu’il s’agisse d’éditer des publications inspirées par les idées d’un petit groupe qui tourne autour de la commission économique du PCF et de quelques syndicalistes au service d’un douteux projet politique. Or le Temps des Cerises n’a jamais été une maison d’édition du PCF. A fortiori pas d’un groupe sectaire. Si ce projet se met en œuvre, il signera la fin du Temps des Cerises tel que nous l’avons conçu, animé, défendu et aimé avec vous, voire sa disparition pure et simple.

La lettre de la gérante (placée là par le syndicat CGT-FNAF) présente les choses de façon plus qu’inexacte. D’abord, contrairement à ce quelle affirme, l’AG du 15 décembre n’a jamais eu à connaître de cette lettre qu’elle envoie aujourd’hui et qui a dû être rédigée après coup, en petit comité. D’autre part, cette AG s’est tenue dans des conditions qui l’invalident. La gérante a en effet « oublié » de convoquer 10 associés sur 33 ! Dont plusieurs des fondateurs de la maison d’édition. Ne connaît-elle pas la liste des associés (drôle de gérante !) ou est-ce volontaire ? Dans ces circonstances, une minorité d’associés (5 sur 33) mais majoritaire en termes de parts du capital, a pu prendre les décisions qu’elle voulait. Cela a été fait au mépris de l’avis du Conseil éditorial et des auteurs qui se sont exprimés par l’Appel ci-joint, lequel a été soutenu par 600 personnes (auteurs, lecteurs, amis de la maison d’édition).  Au passage, on peut s’étonner que des gens qui se veulent militants syndicaux ou politiques s’appuient ainsi sur le « droit des actionnaires » contre le droit des auteurs, des producteurs, des animateurs de la maison d‘édition et se comportent dans la maison d’édition comme les patrons qu’ils sont censés combattre par ailleurs.

Votre attachement à la maison d’édition, que vous soyez auteurs, lecteurs, libraires ou bibliothécaires, n’est pas dû à un attachement à tel ou tel, mais à un intérêt pour le travail éditorial que nous menons depuis des années et que vous jugez sans doute nécessaire et de qualité. Ce coup de force se fait contre vous.

Tous les acteurs de cette affaire étant membres du PCF, la direction de ce parti a été amenée à prendre une position publique sans ambiguïté (et dont je vous adresse copie). Mais les acteurs du coup de force semblent résolus à passer outre.

Aujourd’hui, ils me demandent de rester avec le titre « honorifique » de « directeur littéraire ». D’après eux, je pourrais continuer de siéger au Comité éditorial (dont ils ont modifié la composition en excluant les directeurs de collection et les écrivains). J’aurais le droit d’y rester, assis sagement sur un petit tabouret… Surtout, ils me demandent de continuer à travailler bénévolement. Car il faut bien que quelqu’un soit là pour « faire les livres »… Ce que j’ai fait ces deux dernières années ; mais parce que je voulais préparer l’avenir. Dans les conditions nouvelles où on m’impose ce directeur que je récuse et où on dénature la maison d’édition, je n’ai aucune raison de continuer. Je n’ai pas vocation à jouer les larbins ni les faire-valoir. Je n’ai donc d’autre choix que de quitter cette maison d’édition que j’ai créée et animée.

Mais j’entends bien aider, dans la mesure de mes possibilités, à ce que le Temps des Cerises et son esprit d’indépendance et de liberté renaissent et continuent, autrement, sous une autre forme.

Et je formule des vœux pour que cela se fasse au plus tôt, avec un soutien actif de beaucoup d’entre vous. Amicalement,

Francis Combes

Fondateur du Temps des Cerises

 

Voici la liste des 800 signataires (au 7 janvier 2021) :

LE TEMPS DES CERISES EN DANGER : PLUS DE 800 SIGNATURES !

Ziyad Abualrob, poète palestinien ; Pedro Afonso, poète ; Bernard Agnan ; Cristina Agosti Gherban ; Bernadette Aït-Lahsen ; Armand Ajzenberg ; Charles Akopian ; Lucie Albertini-Guillevic ; Sandrine Albertini ; Catherine Alcouloumbré ; Gilles Alfonsi ; Max Alhau ; Salah Al Hamdani, poète, écrivain et homme de théâtre ; Allera Allera ; Paul Alliès ; José Alsat ; Murad Al-Sudani, secrétaire général de l'union des écrivains palestiniens ; Jean-Luc Ambrosini ; Frédéric Amiel, chercheur ; Les Amis du poète Rouben Melik (association) ; Jean-Jacques Angot ; Marie-Thérèse Anton ; Leili Anvar, éditorialiste à France culture ; Patrick Apel-Muller ; Michèle Aquien ; Jean-Claude Arnaud ; Hervé Arteaud ; Bernard Ascal, poète, peintre et chanteur ; Gérard Astor, auteur dramatique ; Jean Aubaterre, cadre retraité de l'Éducation Nationale ; Jean Audouze, astrophysicien ; Olivier Aulnette ; Marianne Auricoste ; Nicolas Aury ; Armelle Aymonin ; Blaise Bachofen ; Gérard Badéyan ; Nathalie Barardière ; Thalie Barnier ; Josiane Bartholomé ; Stéphane Bataillon, poète ; Michel Batifoille ; Jeanine Baude, poète ; Pascal Bavencove ; Claude Béal ; Yannick Bedin, maire-adjoint de Bourges ; Henri Béhar, président des Amis d'Europe, éditeur des Œuvres complètes de Tristan Tzara ; Maria Béjanovska ; Julie Benat ; Claude Ber, écrivain, poète ; Marc Bergère ; Olivier-Jacques Bernard ; Berthier Berthier ; Lilas Bertel ; Marilyne Bertoncini, poète ; Claudine Bertrand, poète québécoise ; Olivier Besancenot ; Philippe Biarnais ; Chantal Bidet ; Johann Bihr, journaliste ; Alain Billecoc, philosophe ; Hubert Billemont ; Daphné Bitchatch ; Muriel Blachère ; Jean-Jacques Blanc ; Marianne Blin ; Violeta Bissières ; Gérard Blot ; Antoine Blocier, auteur de polars et de littérature jeunesse ; Isabelle Bloncourt-Repiton ; Patrick Bocher ; Annick Boet ; Claudine Bohi poète ; Maryse Boisseau Deffieux ; Alain Boissonade, psychiatre retraité, ancien conseiller général communiste ; Gilles Boitte, élus à la lecture publique ; Quim Boix, syndicaliste. secrétaire général de l'Union international des syndicats de pensionnés et retraités de la FSM ; Catherine Bolly ; Marie-Luce Bonfanti, comédienne, traductrice ; Alain Bonhomme; Charlotte Bonnefon ; Hélène Bonnet ; Olivier Bordaçarre ; François Bordes, poète et revuiste ; Armand Borlant ; Christiane Bornarel ; Benoit Borrits ; Hadrien Bortot ; Nicole Borvo Cohen-Séat, sénatrice honoraire ; Josette-Alice Bos ; Michel Boucharie ; Nasser-Edine Boucheqif, poète, essayiste, traducteur, peintre ; Ekaterina Bouchoueva ; Yves-Jacques Bouin ; Svetlana de Boulatsel ; Jean-Claude Bourdin, philosophe ; Laurence Bourguignon ; Paul-Henri Bourrelier, essayiste, prix de l’Académie 2008 ; Pascale Bouyahmed ; Jean Brafman, ancien conseiller régional d’Île de France ; Anne-Marie Brenner ; Nathalie Bresson ; Jacques Alexandre Breton ; Pierre Bretonneau ; Alice Brossard, enseignante LHG ; Gérard Brousse ; Christian Bulting ; Dominique Busca ; Nicole Cage, poète ; Solune Cailheton ; Jean-Marie Caille ; Monique Calinon ; Hernando Calvo-Ospina, journaliste, écrivain ; Françoise Cambie ; Gérard Camoin ; Jacqueline Camus ; Loïc Canitrot, travailleur du spectacle syndiqué CGT ; Sébastien Carles, Artiste photographe ; Georges Carecchio ; Robert Cartier ; Michel Cassir ; Gérard Cathala ; Fanette Cattiaux ; Ivan Černý, écrivain et journaliste, rédacteur en chef de la revue MOZAIKA ; Francoise Chamfrault ; France Chapa, amoureuse de la poésie, fidèle lectrice et soutien du "Temps des Cerises" ; Anne Chapert ; Jean-Pierre Chapuis ; Vincent Charbonnier; Annie Charlois ; Philippe Chassaigne ; Luc Chatel ; Alain Chaudré ; Chantal Chen-Andro, maître de conférence honoraire, traductrice de chinois ; Gérard Cherbonnier, éditeur ; Jacques Ceron ; Alexandre Charlet ; Natanaële Chatelain ; François Chaubet ; Jean Chérasse ; Dany Nadia Chevalier ; Claude Chouteau ; Sylvestre Clancier, poète, président d’honneur du PEN club français ; André Clavelle ; Robert Clément, ancien président du Conseil général de Seine-Saint-Denisd, ancien maire de Romainville ; Odile Clouet ; Marie-Josée Christien ; Gilles Cohen ; Patrice Cohen-Séat, avocat honoraire ; Anne Colas ; Nicole Colas-Linhart, chercheuse ; Joëlle Collin ; Jean-Marie Cologni ; Gérard Combes, sculpteur ; Olivier Combes, régisseur cinéma ; Paul Combes ; Pascal Commère, poète ; Jacky Corbel ; Philippe Cordat, syndicaliste, secrétaire général de l'Union Régionale CGT Centre- Val de Loire ; Noël Coret, auteur, écrivain d’art ; Jean Gabriel Cosculluela ; Jules Costa ; Annie-Claire Cottu ; Alexandre Courban, responsable du livre et de l'action lecture CCAS ; Germain Coudert ; David Courteille ; Catherine Courtois ; Leslie Coutterand, Speakeuse ; François Crevot ; Monique Crinon ; Andy Croft, poète (Angleterre) ; Martine Cros ; Anne Dahlstrom ; Jean-Louis Dalibert ; Hervé Dancoisne ; Michel Dandelot ; Nelly Dastugues ; Michel Daucher ; Patrice Dauvin ; Édith Dauvin ; Jean-Paul Debest ; Michel Debruyne ; Jean-Paul Decourcelle, apicultureur, ancien élu de la République ; Marie-Paule Decourcelle, bibliothécaire ; Alain Delahaigue ; Jean-Claude Delanoue ; Bernard Delgado ; Sonia Delmas, enseignante et poète ; Daniel Delort, éditeur ; Robert Delorq ; Martine Delort, éditrice ; Hervé Delouche ; Sophie Demichel ; Thomas Demoulin ; Pierre Demoutiez ; Pierre Denos ; Alan Dent, poète (Angleterre) ; Pierre De Pasquale ; Derouault ; Christophe Derre ; Élisabeth Dès ; François Desanti, journaliste et syndicaliste ; Christian Desbois Lecteur du Temps des Cerises, militant politique, militant syndical FILPAC-CGT ; Hélène Desbrousses, chercheuse au CNRS ; Catherine Destom Bottin professeur de lettres ; Nelly Détré, poète ; Francine Déverines ; Dominique Deyris, musicienne ; Brigitte Dionnet ; Danielle Dorel ; Marianne Dorval ; Mélanie Doucouré ; Anas Douiri ; Ariane Dreyfus, poète ; Maryse Drouet; Bernard Dubois ; Éric Dubois, poète ; Louis Dubost, poète, écrivain, ancien éditeur (Le Dé bleu) ; Michel Ducrot ; Nicolas Duffour ; Marie Virginie Dufourg ; Bruno Dumait ; Christine Duminy-Sauzeau ; Dumonceau Dumonceau ; Elodie Dupau, traductriceFrancoise Dupouy ; Michel Dupré, retraité de l’université, plasticien, membre du groupe DDP; Anne-Marie Dupuis ; Chantal Dupuy-Dunier, poétesse ; René Durand ; Camille Durette ; Régis Durand ; Gilbert Duranton ; Véronique Durruty, artiste photographe ; Mircea Duta, poète roumain ; Alain Duthy ; Pierre Ech-Ardour ;Mireille Egurrola ; Solenne Elias ; Corinne Enaudeau, professeur de philosophie ; Sylvie Enters ; Mathilde Épifanie ; Thierry Equilbec ; Hasan Erkek, poète turc ; Rolando Espinosa ; Charles d’Estève, poète ; Laurent Eyraud-Chaume ; Claude Fainzang ; Rémi Fargeas ; François-Xavier Farine, poète ; Fréderic Fasseta ; Jean Fattori ; Marianne Faurobert ; Magali Favarel ; Maud Favret ; Pierre Feret ; Nathalie Ferran-Vallès ; François Ferrette ; Jean Ferreux ; Michel Fiévet, éditions L'ail des Ours ; Barbara Y. Flamand, écrivaine ; Léo Fleurence ; Roberto Flores Guevara ; Françoise Fogola ; Laura Follézou ; Virginia Fontes, historienne, écrivaine ; Jean-Louis Forges ; Dany Fornas ; Valérie Fortuna, CNRS ; Jean-Marie Fourmy ; France Foye ; Régine François, professeure documentaliste au lycée Henri IV ; Bernard Frederick ; André Freitas ; Hugo Fréjabise ; Camille Froehlinger-Klein ; Gilles Fromonteil, sculpteur ; Hervé Fuschman, musicien, compositeur ; Laura Fusco, poète ; Guy Gagnepain ; Jean Louis Garac ; Rémi Garandel ; Georges Gastaud, philosophe ; Éric Gaugain ; Christophe Gauthier ; Betty Gavazzi ; Janine Gdalia, poète ; Marc Georges ; Frédérick Genevée, enseignant, historien ; Hélène Géraci ; Bernard Gerbier: économiste, professeur des universités retraité ; Noëlle Gérôme, Ethnologue, chargée de recherches au CNRS ; Jean-Michel Gervais ; Anita Gimenez ; Claude Gineste ; Jean-Louis Giovannoni, écrivain et poète ; Brigitte Giraud ; Liliane Giraudon ; Patricia Giry ; Danièle Gloaguen ; Michaël Glück, poète ; Guy Goffette, poète et écrivain ; Sylvain Goldstein, président du MRAP 93, vice-président de l’IUT de Bobigny, militant CGT, ayant participé à deux ouvrages collectifs au Temps des Cerises ; Juliette Gombaud, enseignante LHG ; Alain Gorius, éditeur ; Dominique Gouaux ; Laurence Gourdin ; Bénédicte Goussault ; Nikos Graikos ; Hélène Gressin ; Pierre Gueguen, responsable des Éditions de la Libre Pensée ; Chantal Guerre ; Roland Guerre ; Yann Guérin ; Jean-Marc Guernier ; Alain Guilhot, architecte lumière de la ville de Lyon ; Raymond Guggenheim ; Luce Guilbaud, poète et plasticienne ; Alain Guilhot, « Lumières citoyennes » ; Patrick Guillot, Chef de pôle prospection conception, CCAS des IEG ; Jean Claude Guionie ; Hassan Hamdan, sociologue, professeur d’université, Libanais ; Patty Hannock ; Fabien Marius-Hatchi, éditeur ; Alain Hayot, anthropologue, animateur du collectif culture du PCF, ancien vice-président culture de la région PACA ; Jean-Jacques Hedouin ; Charles Heim ; Françoise Hennebelle ; Christian Henrisey ; Gilbert Hernandez ; Monique Hervieu ; Astrid Heyman, artiste photographe ; Stéphane Hilaire ; Céline Hilbich ; Roger Hillel ; Soizic Hily ; Madeleine Hivernet ; Monique Horwitz-Guérin, médecin, autrice ; Eugène Houriez ; Catherine Hugonie ; François Huglo ; Régis Huleux ; Christian Huc ; Catherine Imbert ; Morgane Itshak-Lévy ; Dima Ivanova, poète bulgare ; Muguette Jacquaint, députée honoraire ; Éric Jamet ; Edmond Janssen, éditeur ; Gérard Januario ; Dominique Jarty ; Jean Louis Jaudon, libraire et secrétaire de l’association des amis de la librairie Notre Temps de Valence ; David Jean ; Josyane de Jésus-Berger, poète ; Hélène Jib, enseignante de français ; Alain Job ; Yves Jouan ; Joseph Jourda ; Anna Jouy ; Marie Karas-Delcourt ; Eliot Katz, poète étatsunien ; Christian Kazandjian ; Michèle Kiintz ; Laurent Klajnbaum, militant associatif ; Colette Klein, poète ; Cathy Ko ; Dimitri Konstantakopoulos, journaliste, écrivain ; Claude Kroviarski ; Simon Kowal ; Alain Lacombe ; Huguette Lacoste ; Carlos Laforêt, poète et musicien ; Christiane Laforêt ; Xavier Lainé, écrivain ; Mathias Lair ; Gilles Lairaudat ; Claude Lafuente ; Christophe Lamiot, poète, éditeur ; Corinne Lamoitte ; Alain Lance, poète et traducteur ; Jean-Pierre Landais, animateur associatif ; Chloé Landriot, poétesse ; Christian Langeois ; Claude Langlet, diffuseur militant de livres progressistes ; Denis Lanoy, maison Théâtre des Littératures à voix hautes, Nîmes ; Nadine Laporte ; Pierre Laporte, vice-président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis ; Sylvie Larue ; Arnaud Laster, président de la Société des Amis de Victor Hugo ; Raymond Latour ; Elsa Laurent ; Ginette Laurent, ancienne gérante du Temps des Cerises ; Nicole Laurent-Catrice, écrivaine, poète, traductrice ; Catherine Lavergne, ex-employée du réseau Librairies de la Renaissance (Lyon), ex-journaliste La Marseillaise Nîmes ; Robert Laval ; Josette Lavigne ; Martin Lavoyer ; Alain Lebeau ; François Lebert ; Lionel Lebeuf ; Alain Lebouchard ; Jean-Marie Leburton ; Juliette Le Duy-Gonin ; Jean-Roger Le Floch ; Jean-Claude Lefort, parlementaire honoraire ; Katherine Legay ; Marie-Pascale Legeleux ; Marcel Le Guernic ; Liliane Lelaidier-Marton ; Fabienne Leloup, « Lumières citoyennes » ; Laure Lemaire, pédagogue, historienne ; Yvon Le Men, poète ; Sabrina Le Moal ; Fréderic Lenoir, Philosophe et écrivain ; Norbert Lenoir, professeur de philosophie, GEMR ; Éliane Léon ; Annick Lepage ; René Le Phuez ; Pierre Le Pillouër, poète ; Michèle Leprince ; Claudine Leroux ; Jean-Pierre Lesieur poète et directeur de la revue Comme en poésie ; Arnaud Le Vac ; Mathias Lair Liaudet, écrivain ; Martine Liebaert, syndicaliste CGT ex sanofi ; Vincent Liechti ; Nadine Liévoux ; Danielle Loiseau ; Richard Loiseau ; Danielle Loisel, peintre ; Martin Loison ; Cathy Lopez ; Aina Dolores López Yáñez ; Monique Loriette ; Emmanuel Lyasse ; Éric Maclos ; Christian Mahieux ; Aurélien Mairesse ; Didier Malherbe, musicien, poète ; Justine Malle ; Stephen Mamikonian ; Giulia Manasse ; Luis Manjon ; Danny-Marc, ex-directrice du Centre Didro, décorée du Mérite national pour son action en faveur du soin aux toxicomanes, directrice du Nouvel Athanor ; Pascal Marchal ; Catherine Margaillant ; Catherine Margaté, maire honoraire de Malakoff ; Annie Marné ; Roger Martelli, historien ; Jean-Claude Martin, poète ; Sylvie Marty ; Sonia Masson, metteuse en scène, membre du CN du PCF ; Raymond Massoni ; Raymond Mateu ; Catherine Mathon ; Pierre Mathon ; Jean-Luc Maxence, poète, écrivain, éditeur ; Sylvie Mayer ; Alexis Mazade ; Marion Mazauric, directrice des éditions Au diable vauvert ; Élisabeth Mboube ; Alexis Medza ; Nathalie Mélik, fille du poète Rouben Mélik ; Séda Mélik, fille du poète Rouben Mélik ; Olivier Mélisse ; Michel Ménaché, poète ; Michel Menu, directeur du département recherche du musée du Louvre ; Jean Menut ; Farida Mercier ; Henri Mermé ; Milena Městecká, écrivain, Prague ; Anne-Marie Métellus ; Denise Meunier ; Jean François Meyer ; Alexandra Michel ; Yves Anne Mignot ; Yves Millet ; Patrick Miralles ; Miroslav Mlynaer, sculpteur tchèque ; Françoise Mocé ; Jean-Luc Moisson ; Marie-Jo Molin ; Robert Molinaro ; Corine Moncourrier ; Christophe Montois ; Thierry Montois ; Aymeric Monville, auteur et éditeur ; Amèle Morattib ; Claude Morilhat, philosophe, GEMR ; Catherine Morot ; Mathilde Mosnier, comédienne ; Jean Moulin ; François Moumou ; Marie-Christine Mouranche ; Raymond Mourlon ; Houria Moussa ; José Muchnik, poète, anthropologue ; Éric Muller ; Roland Nadaus, poètécrivain, maire honoraire de Guyancourt, Ancien conseiller général des Yvelines ; Christian Nadeau ; Giuseppe Napolitano, poète italien ; André Narritsens, syndicaliste, historien du mouvement ouvrier ; Caroline Natali ; Jean Pierre Nedelec, poète, écrivain ; Poid Nemours ; Réjane Niogret ; Yves Niveaux ; Bernard Noël, poète, écrivain ; Daniel Noël-Fournier ; Marc Norguez, institut CGT d'histoire sociale du Livre parisien ; Frédéric Nury; Colette Nys Mazure, poète belge ; Serge Ollivier ; Daniel Orantin ; Fanch Oriant ; Ostré Ostré ; Anne-Marie Oury-Biannic ; André Pacco ; Françoise Pacha-Stiegler ; Roxana Paez Schickendantz, poète ; Aline Pailler, journaliste ; Christophe Palcani ; Michèle Pambrun ; Anton Papleka, poète, romancier, traducteur ; Féridé Papleka, poétesse, traductrice, et journaliste ; Jean-Baptiste Para ; Élisabeth Paraillous ; Grégory Parreira ; Danièle Partouche ; Danielle Péan Le Roux ; Éric Pellet, professeur agrégé à l'université Paris Est Créteil (Paris 12), et occasionnellement) metteur en scène ; Alexis Pelletier, poète ; Antoinette Penven ; Marie Perceval ; Thierry Perennes ; Rafael Perez ; Claudine Périllaud ; Patrick Pernet ; Denis Pernot ; Nicolas Pernot ; Thérèse Pernot ; Evelyne Petit ; Sylvain Petit ; Valérie Petit ; Nicole Pétrau, une amie du Temps des cerises ; Serge Pey, poète ; Denis Peyrard ; Isabelle Pfeiffer ; Philippe Phalipaud; Gérard Piel ; Jérémie Pinguet ; Violet Pienne ; Éric Piette, poète (Belgique) ; Roger Pinet ; Éric Pistouley, ancien co-directeur de Recours au poème ; Véronique Pittolo, poète ; Baptiste Pizzinat ; Éric Planquois ; François Plet ; Patrice Plomb ; Véronique Poirier ; Jean Poncet ; Serge Portejoie ; Henri Pouillot ; Fabienne Pourre ; Gisèle Pouvreau ; Lionel Povert ; Christian Prigent, écrivain ; André Prodhomme, poète ; Christella Puche ; Marie-José Puertas ; Michel Pujau ; Sébastien Quagebeur ; Sébastien Quagebeur ; Jacques Quiniou ; Kader Rabia ; Dominique Rautureau ; Jean-Marc Raynaud, éditeur (les Éditions libertaires) ; Jean-Jacques Reboux, auteur, éditeur, veilleur de nuit ; Valérie Féret-Redfern ; Terry Remond ; Yves Rémy ; Thierry Renard, poète, directeur Espace Pandora à Vénissieux ; Jean Renaud, ancien professeur de Lettres en khâgne ; Armelle Renault ; Fernando Rendón, poète, directeur du Festival international de poésie de Medellín, Colombie ; Michel Reynier ; Agnès Riandière La Roche ; Sylvie Ringard ; Mireille Rivat, chanteuse ; Jean-Louis Robert, historien, ancien président des Amis de la Commune ; Suzanne Robichon ; Victor Rodriguez Nunez, poète cubain ; Daniel Rome ; Pascale Rome ; Corine Romeu ; Christiane Rorato, comédienne et réalisatrice ; Thierry Roucoules, poète et musicien ; Colette Roussel ; Gilles, Rousset ; Michèle Rozental ; Line Roux Calviera ; Olivier Rubens ; Antoine Rubio ; Jean-Michel Ruiz, conseiller régional ; Carla Ryvolova, peintre et illustratrice tchèque ; Kados Sabri ; Yves Sabourdy ; Fatoumata Sacko ; James Sacré ; Andrea Safta ; Marc Sagaert ; Richard Sage, poète québécois ; Christian Saint-Paul poète, animateur de l'émission radiophonique « Les poètes » sur Radio Occitanie depuis 1983 ; Marie Sallaberry ; Jeanine Salesse ; Luca Salza, philosophe, Italie ; Danièle Sanchez, ingénieure ; Jean-Claude Sanchez ; Martine Sanchez ; Didier Sauvegrain ; Lambert Savigneux ; Emmanuelle Scali, actrice et comédienne ; Michel Scanff ; Bernardo Schiavetta, poète argentin, prix Loewe ; Willy Schild ; Madeleine Scolan ; Didier Scribe ; Boris Sentenac ; Dominique Serra ; Rose-Marie Serrano, enseignante, traductrice ; Philippe Serrier ; Carole Serve ; Dominique Sierra ; Brigitte Silberstein ; Simao, poète ; Claude Simon ; Patrice Simonet ; Per Sorensen ; Ada Souchu ; Pierre-Yves Soucy, poète, essayiste et éditeur ; Omar Youssef Souleiman, poète, écrivain ; Olivier Spinelli ; Antoine Spire, président du PEN Club de France ; Jeanne Stervinou ; Costel Subran, président de la fédération française des sociétés savantes ; Bernard Tabuteau ; Jean-Claude Tardif ; Julien Tardif ; Marie-Joëlle Tarin ; Corinne Tarpinian ; Xavier Terrel ; Éric Tessier ; Elvire Testoni ; Roselyne Texier ; Jean-Marie Thiedey ; Mel Thormel ; Luc Thouin ; Hamid Tibouchi, peintre et poète ; Michel Tissier ; Patrick Tixeuil ; Ioana-Noemy Toma ; Anja Thomas ; Jef Tombeur, journaliste honoraire ; Françoise Torregrosa ; Hélène Torres ; Xavier Trompette, ami et bénévole du Temps des Cerises ; Marion Truchy, enseignante d'Arts appliqués ; David Twose, artiste peintre ; André Ughetto, poète, traducteur ; Anaïs Umba ; Pablo Urquiza ; Roger Valade ; Isabel Vale Majerus ; Corinne Valente ; Didier Vallet ; Emma Vanhelleputte ; Patrick Vassallo, ; Bernard Vasseur, philosophe, directeur honoraire de la Maison Aragon-Elsa Triolet ; Claude Vercey ; Yves Verdeil ; Gilles Verdet ; Guy Vermé, cadre Éducation nationale retraité, militant humanitaire ; Rémi Veyssière ; Christian Viguié ; Hélène Vincent, peintre, auteur ; Daniel Voguet, avocat ; Christine Vulliard, professeure de lettres ; Dominique Watrin ; Alain Wasmes ; Tecie Werbowski, auteur dramatique, canadienne ; Bernadette Wernecki ; Patrick Widemann ; Michel Wissmann ; Wladys Wozny ; Caroline Wucher ; Alessandra Zampolli ; Marie Zannis ; Jean-Claude Zaparthy ? syndicaliste CGT ; Pierre Zarka, ancien directeur de L’Humanité, Collectif de rédaction de Cerises, Ensemble ; Henriette Zoughebi, vice-présidente du Conseil régional d'Ile-de-France, fondatrice du Salon du livre de jeunesse de Montreuil...

Cet appel peut être signé sur le site :

https://www.change.org/TempsdesCerisesendanger

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.