dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

124 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2022

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Défendre la liberté d’expression contre la censure de Facebook et de Twitter

Depuis quelques mois, j’ai été victime à plusieurs reprises de la censure de Facebook et de Twitter. Avec, à la clé, un blocage plus ou moins long de mes comptes. Si j’en juge par les échanges sur les réseaux sociaux, je ne suis pas le seul, loin de là, à subir cette Anastasie… américaine.

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Facebook et Twitter multiplient ces temps-ci les sanctions contre des internautes accusés de violer leurs règles. Officiellement, il s’agit d’interdire aussi bien la « nudité ou tout autre contenu suggestif à connotation sexuelle » que « les discours haineux, menaces crédibles ou attaques directes à l’encontre d’un individu ou d’un groupe ».

Sauf que, très souvent, l’algorithme ou/et les bureaucrates chargés de faire respecter ces règles commettent d’évidentes erreurs. À tel point que ces bugs en série ressemblent de plus en plus à une atteinte généralisée aux libertés d’opinion et d’expression, et ce - rappelons-le - de la part d’entreprises étrangères, en l’occurrence américaines.

Je ne reviens pas sur la surveillance de chaque critique de la politique israélienne, qui a valu à nombre de mes ami(e)s des blocages de plus ou moins longue durée. Pour ma part, en quelques mois, j’ai aussi été victime de simples contre-sens. En voici quelques exemples particulièrement éclairants.

Mon post mis en cause © D.V.

Cette semaine, mon compte Facebook a été bloqué durant trois jours… pour avoir dénoncé le caractère antisémite de la fresque d’Avignon représentant Jacques Attali manipulant un Pinocchio au visage d’Emmanuel Macron. Je l’avais comparée à des caricatures antijuives des années 1930

Récemment, la censure m’avait menacé de ses foudres pour avoir repris un des dessins antiracistes les plus célèbres de Wolinski… qu’elle jugeait raciste. Il avait été publié  à la « une » de « L’Humanité » dans les années 1970 !

L'Affiche rouge

Le même algorithme et/ou le même bureaucrate m’avaient reproché un jour la reproduction de la célèbre « Affiche rouge » placardée par l’Occupant nazi pour présenter les résistants comme des « terroristes ». Je l’avais pourtant accompagnée de l’inoubliable poème éponyme de Louis Aragon…

"Une" de "Charlie" © Riss

Une autre fois, j’ai été puni pour avoir dénoncé une caricature de Riss, à la « une » de « Charlie », transformant  la jolie présidente (voilée) de l’UNEF en horrible guenon… On sait pourtant depuis le nazisme et le stalinisme ce que signifie l’animalisation de l’ennemi.

Le summum de la bêtise ou du lepénisme masqué a été atteint lorsque Facebook prétendit m’interdire de publier un appel collectif à voter contre Marine Le Pen ! C’était trop : j’eus droit, cette fois, aux excuses de la censure. (Ce qui prouve, soit dit en passant, qu’il n’y a pas que des algorithmes derrière le système liberticide de Facebook).

Il est vrai que, presque simultanément la censure facebookienne avait poussé l’ignominie jusqu’à s’indigner que je reprenne sur ma page un commentaire du rapport de Human Rights Watch concernant les horreurs innommables  perpétrées par les soldats russes à Bucha ! Bref, après avoir défendu Marine Le Pen, la censure semblait camoufler les crimes de… son banquier !

Sanction de Twitter

La dernière est signée Twitter. J’y écrivais : « En Allemagne on a brûlé des synagogues. Et on a fini par brûler les Juifs. » Qui peut considérer cette mise en garde comme antisémite ?

Ras-le-bol ! Il serait plus que temps que l’ARCOM s’intéresse au système de censure de Facebook et de Twitter, qui, imbécile ou raciste, bat des records d’absurdité dignes de Kafka, Orwell et Jarry réunis !

D. V.

BREAKING NEWS : VICTOIRE SUR LA CENSURE DE TWITTER !

Voici le message que j'ai reçu de Twitter International :

Dear Sir, 
We have restored your account, and we apologize for any inconvenience this may have caused.
Twitter takes reports of violations of the Twitter Rules very seriously. After reviewing your account, it looks like we made an error. 
Please note Twitter France SAS is not responsible for the enforcement of Twitter’s Terms of Service, any inquiries or complaints about its content. Instead, Twitter International Unlimited Company, based in Ireland, is the proper party for your inquiries, and has been forwarded your correspondence. Please address your correspondence to Twitter International Unlimited Company (address listed below). Alternatively, you can use our online forms to submit a request: https://support.twitter.com/forms
Twitter International Unlimited Company
c/o Legal Policy
One Cumberland Place
Fenian Street
Dublin 2
D02 AX07
Ireland
Sincerely,
 
Twitter

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal — Livres
Dans les bibliothèques de Marseille, le patrimoine est « en grand danger »
Marsactu a consulté le rapport provisoire de l’Inspection générale de la culture, du sport et de la recherche sur les bibliothèques de la cité phocéenne. Celui-ci revient sur la faiblesse de l’offre, le mal-être des agents et souligne la situation de « grand danger » de certains fonds patrimoniaux.
par Benoît Gilles (Marsactu)

La sélection du Club

Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André