dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

124 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mars 2022

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Est-Il interdit d'appeler à voter Roussel ?

La question se pose. Depuis que j'ai publié, avant-hier, sur ce blog et sur ma page Facebook, mon modeste appel, j'ai reçu - comme la ville de Brest dans le poème de Jacques Prévert intitulé « Barbara » - une « pluie de fer, de feu, d'acier, de sang ». La plupart des signataires de ces commentaires agressifs se réclament de la France insoumise.

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La majorité de mes correspondants se contente d’égrener un chapelet d’insultes et d’injures. J’avoue avoir été épaté par leur imagination. En appelant à voter pour Fabien Roussel, j’empêcherais à moi seul Jean-Luc Mélenchon d'accéder au second tour et de l’emporter !

Suit la liste de mes crimes putatifs. À cause de moi, la France deviendra une dictature fasciste. À cause de moi, notre peuple perdra des dizaines d'années d’acquis sociaux. À cause de moi, Macron pourra détruire librement les retraites et la Sécu. Tout cela sera de ma faute…

Le plus étrange dans ce chantage au « vote utile », c’est que la France insoumise l'a toujours dénoncé et combattu lorsqu’il provenait du Parti socialiste.

Et ce n'est pas la seule volte-face des Insoumis. Eux qui avaient toujours présenté les sondages comme un instrument de manipulation dans une campagne électorale, voici un mois qu'ils en invoquent régulièrement, notamment ceux publiés par un institut très contesté, un certain Cluster qui place régulièrement Jean-Luc Mélenchon 2, 3 ou 4 points au-dessus de tous les autres.

Selon les quatre dernières enquêtes d’instituts connus (1), le candidat de la FI se situerait entre 10,5% et 12,5%, loin derrière Emmanuel Macron(30-31%) et Marine Le Pen (16-18%). Et, si par miracle il se qualifiait pour le second tour, Macron le battrait, selon les mêmes enquêtes, par 66-68,5% contre 31,5-34%.

Bref, il n’y a pas de vote utile. Chacun est donc complètement libre de voter selon son propre choix politique. Moi, j’ai choisi Fabien Roussel.

Je ne le cache nullement : j’ai des divergences - que j’ai exprimées au fur et à mesure - avec plusieurs prises de position du candidat du Parti communiste français. C’est le cas de sa participation à une manifestation des policiers du syndicat Alliance. Je crois aussi qu’il pouvait rendre hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie sans inviter Caroline Fourest et des représentants du Printemps républicain.

Mais les divergences qui me séparent de Jean-Luc Mélenchon sont autrement plus graves. Certes, il ne m’a pas échappé que, ces dernières semaines, il a mis de l’eau dans sa vodka. Mais je n’oublie pas pour autant que, depuis huit ans, il a cautionné l’annexion de la Crimée, puis « félicité » (sic) Vladimir Poutine pour son intervention en Syrie, comptant même sur le maître du Kremlin pour « régler » (sic) le problème (2).

Et chacun sait que la plupart des frappes des avions russes, bénis par l’Église orthodoxe russe, collabo de tous les régimes successifs, ont visé, non Daesh, mais l’opposition au Boucher de Damas et d’Alep, dont elles ont sauvé la dictature.

Il ne s’agit pas seulement ici d’un débat théorique sur le « campisme ». Après les deux guerres de Tchétchénie, celle de Syrie a été, pour Poutine, le banc d’essai de la destruction de l’Ukraine et du massacre de ses habitants. Tous ceux qui ont approuvé l’impérialisme russe l’ont encouragé à persévérer. Leur responsabilité politique et morale est lourde...

Fabien Roussel a sans doute commis des erreurs, mais il a évité cette faute majeure. C’est aussi le candidat de la paix dans l’indépendance, le non-alignement et la dignité.

D. V.

PS: J’aurais évidemment préféré que la gauche se présente unie. Il aurait fallu pour cela que Jean-Luc Melenchon n’impose pas sa candidature unilatérale vingt mois avant l’élection et n’humilie pas communistes et écologistes. Il aurait aussi fallu que ces derniers acceptent de négocier avec les Insoumis. Ce n’est pas faute de l’avoir écrit ici depuis des mois…

(1) Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_sondages_sur_l%27%C3%A9lection_pr%C3%A9sidentielle_fran%C3%A7aise_de_2022

(2) Émission intégrale : https://www.youtube.com/watch?v=1IydqUaJ9rk

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot peut mener au pire lorsque l’on a définitivement quitté les vestiaires par la mauvaise porte. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod