dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

115 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2021

Macron et l'Algérie : slalom dans une histoire tragique

Depuis que ma mère est rentrée au petit matin, le 18 octobre 1961, la tête ensanglantée, le souvenir de ce massacre me hante. Il est plus que temps, qu'Emmanuel Macron reconnaisse ce crime d'État et son long déni, en fasse condamner les coupables, garantisse un accès libre aux archives afin que toute la vérité éclate et offre aux victimes la réparation attendue.

dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Emmanuel Macron se rendra donc au pont de Bezons, un des lieux du massacre du 17 octobre 1961: la police de Maurice Papon y jeta des manifestants algériens désarmés dans la Seine, y compris des femmes et des adolescents. Il aurait pu aussi aller dans la cour de la Préfecture de police, où des flics en achevèrent des dizaines d’autres à coups de matraque, de poing et de pied. Ou au Palais des sports de la Porte de Versailles, transformé alors en gigantesque prison provisoire où des milliers d’Algériens remplacèrent, pour quelque temps « Holiday on ice »…

Je garde personnellement un souvenir terrifiant de cette nuit d’horreur. J’avais 11 ans et, seul à la maison, j’attendais, affolé, le retour de ma mère partie manifester avec ses amis du FLN, dont elle était un des « porteurs de valises ». Elle rentra effectivement, mais tard dans le nuit et la tête ensanglantée. N’en déplaise à Gérald Darmanin, bien mal inspiré pour porter plainte, surtout à la veille de cette commémoration, contre Philippe Poutou qui n’a fait qu’énoncer une vérité incontestable, moi, lorsque je vois aujourd’hui des Robocops déchaînés, je pense au 17 Octobre.

C’est dire que je ne peux que me féliciter de voir le président de la République rendre hommage aux victimes de cette page noire de notre histoire. La police parisienne n’en était pas alors à son premier crime de masse. Dix-neuf ans auparavant, les mêmes ou leurs prédécesseurs raflaient consciencieusement des milliers et des milliers de juifs qui, après le Vel d’Hiv, se retrouvèrent à Drancy, puis à Auschwitz.

Reste à savoir ce qu’Ermmanuel Macron dira au pont de Bezons. Car son rapport à tout ce qui touche à l’Algérie est singulièrement incohérent, pour ne pas dire schizophrénique. Candidat, il dénonce - à Alger ! - le « crime contre l’Humanité » que fut la. colonisation. Élu, il va chez Josette Audin reconnaître l’assassinat de son mari, Maurice, par les paras français et s’engage à rechercher la vérité sur les autres disparus.

Sauf que le même Macron vient d’insulter le peuple algérien et sa conscience nationale, sous couvert de s’en prendre à un régime que la France ménage depuis des décennies. La même France s’est très mal conduite envers ses « collabos » que furent les harkis, abandonnés pour la plupart et dont des enfants et des petits-enfants restent discriminés chez nous : il était bien d’évoquer leur sort, mais en mesurant bien la sensibilité des Algériens à cette évocation. Comment réagirions-nous si un chef d’État étranger rendait hommage aux « collabos » français de l’Occupant nazi sans contextualiser son propos. Comparaison n’est pas raison, mais un minimum de correction s’impose.

Et puis il y a le reste. La réduction unilatérale du nombre de visas français accordés aux Algériens et à leurs voisins du Maghreb. L’islamophobie hystérique de responsables politiques, y compris des ministres ouvertement maccarthystes. Le concours d’incitation à la haine anti-arabe auquel participent des candidats officiels ou officieux à la présidence de la République sans que ni le ministre de la Justice ni celui de l’Intérieur ne réagissent. Sans parler des agressions racistes commises en bande organisée à Lyon (ou ailleurs) et apparemment tolérés, pour ne pas dire plus, par les Préfets…

Il est temps, plus que temps, de reconnaître le crime d’État du 17 octobre et de nommer ses responsables. Il est temps, plus que temps, de dénoncer le laborieux déni, plusieurs décennies durant, de cette page honteuse de l’histoire de la République. Il est temps, plus que temps, de faire toute la vérité en levant tout obstacle à l’accès aux archives. Il est temps, plus que temps, les coupables condamnés, d’offrir aux victimes et à leurs descendants une réparation symbolique et matérielle.

Sinon, je le redis sincèrement : ce slalom est indigne et ne peut que provoquer la nausée…

Dominique Vidal

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX