dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, collaborateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2021

Macron et l'Algérie : slalom dans une histoire tragique

Depuis que ma mère est rentrée au petit matin, le 18 octobre 1961, la tête ensanglantée, le souvenir de ce massacre me hante. Il est plus que temps, qu'Emmanuel Macron reconnaisse ce crime d'État et son long déni, en fasse condamner les coupables, garantisse un accès libre aux archives afin que toute la vérité éclate et offre aux victimes la réparation attendue.

dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, collaborateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Emmanuel Macron se rendra donc au pont de Bezons, un des lieux du massacre du 17 octobre 1961: la police de Maurice Papon y jeta des manifestants algériens désarmés dans la Seine, y compris des femmes et des adolescents. Il aurait pu aussi aller dans la cour de la Préfecture de police, où des flics en achevèrent des dizaines d’autres à coups de matraque, de poing et de pied. Ou au Palais des sports de la Porte de Versailles, transformé alors en gigantesque prison provisoire où des milliers d’Algériens remplacèrent, pour quelque temps « Holiday on ice »…

Je garde personnellement un souvenir terrifiant de cette nuit d’horreur. J’avais 11 ans et, seul à la maison, j’attendais, affolé, le retour de ma mère partie manifester avec ses amis du FLN, dont elle était un des « porteurs de valises ». Elle rentra effectivement, mais tard dans le nuit et la tête ensanglantée. N’en déplaise à Gérald Darmanin, bien mal inspiré pour porter plainte, surtout à la veille de cette commémoration, contre Philippe Poutou qui n’a fait qu’énoncer une vérité incontestable, moi, lorsque je vois aujourd’hui des Robocops déchaînés, je pense au 17 Octobre.

C’est dire que je ne peux que me féliciter de voir le président de la République rendre hommage aux victimes de cette page noire de notre histoire. La police parisienne n’en était pas alors à son premier crime de masse. Dix-neuf ans auparavant, les mêmes ou leurs prédécesseurs raflaient consciencieusement des milliers et des milliers de juifs qui, après le Vel d’Hiv, se retrouvèrent à Drancy, puis à Auschwitz.

Reste à savoir ce qu’Ermmanuel Macron dira au pont de Bezons. Car son rapport à tout ce qui touche à l’Algérie est singulièrement incohérent, pour ne pas dire schizophrénique. Candidat, il dénonce - à Alger ! - le « crime contre l’Humanité » que fut la. colonisation. Élu, il va chez Josette Audin reconnaître l’assassinat de son mari, Maurice, par les paras français et s’engage à rechercher la vérité sur les autres disparus.

Sauf que le même Macron vient d’insulter le peuple algérien et sa conscience nationale, sous couvert de s’en prendre à un régime que la France ménage depuis des décennies. La même France s’est très mal conduite envers ses « collabos » que furent les harkis, abandonnés pour la plupart et dont des enfants et des petits-enfants restent discriminés chez nous : il était bien d’évoquer leur sort, mais en mesurant bien la sensibilité des Algériens à cette évocation. Comment réagirions-nous si un chef d’État étranger rendait hommage aux « collabos » français de l’Occupant nazi sans contextualiser son propos. Comparaison n’est pas raison, mais un minimum de correction s’impose.

Et puis il y a le reste. La réduction unilatérale du nombre de visas français accordés aux Algériens et à leurs voisins du Maghreb. L’islamophobie hystérique de responsables politiques, y compris des ministres ouvertement maccarthystes. Le concours d’incitation à la haine anti-arabe auquel participent des candidats officiels ou officieux à la présidence de la République sans que ni le ministre de la Justice ni celui de l’Intérieur ne réagissent. Sans parler des agressions racistes commises en bande organisée à Lyon (ou ailleurs) et apparemment tolérés, pour ne pas dire plus, par les Préfets…

Il est temps, plus que temps, de reconnaître le crime d’État du 17 octobre et de nommer ses responsables. Il est temps, plus que temps, de dénoncer le laborieux déni, plusieurs décennies durant, de cette page honteuse de l’histoire de la République. Il est temps, plus que temps, de faire toute la vérité en levant tout obstacle à l’accès aux archives. Il est temps, plus que temps, les coupables condamnés, d’offrir aux victimes et à leurs descendants une réparation symbolique et matérielle.

Sinon, je le redis sincèrement : ce slalom est indigne et ne peut que provoquer la nausée…

Dominique Vidal

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel