dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, collaborateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2020

Le Temps des cerises, Iznogoud et le calife

C’est fait : Iznogoud (Frédéric Rauch) a remplacé le calife (Francis Combes). Qu’un actionnaire devenu majoritaire fasse main basse sur une maison d’édition pour la détourner de sa vocation originelle ne constitue pas vraiment un événement original dans notre société. Sauf que ce « hold-up » aussi légal qu’immoral se déroule dans la famille communiste et apparentée.

dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, collaborateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Poète de son état, Francis Combes a créé Le Temps des cerises il y a près de trente ans, avec une bande d’amis écrivains. Si sa petite entreprise, n’en déplaise à Alain Bashung, a connu la crise, elle a survécu envers et contre tout, grâce au cap choisi et tenu par ses fondateurs : la littérature et la poésie d’abord, avec l’ouverture et le pluralisme sans lesquels il n’est pas de création libre. Sous ces auspices, la maison est restée petite, mais elle est devenue prestigieuse. À qui en douterait, il suffirait pour s’en convaincre de lire ci-dessous la liste des 319 pétitionnaires (texte n°1) accourus la défendre.

Iznogoud ne ressemble guère au calife qu’il a détrôné mardi soir. C’est l’apparatchik type. Actuellement, il cumule la rédaction en chef de la revue communiste ultra-orthodoxe Économie et politique (qu’il devrait abandonner le premier janvier), le secrétariat de la Fédération communiste du Lot-et-Garonne, un mandat de conseiller municipal à Agen et bientôt, paraît-il, un emploi salarié à la Communauté urbaine de Bordeaux. Voilà qui suffirait à tout honnête permanent du Parti communiste. Mais lui n’entend pas se contenter des émoluments que lui rapportent toutes ces fonctions.

Les signataires de la seconde pétition (texte n°2), tous d’ex- ou actuels communistes ayant milité dans les secteurs culturels, emploient un mot cinglant : « cupidité ». Fréderic Rauch a exposé cash son objectif à Francis Combes, à savoir augmenter sensiblement le modeste salaire que touchait ce dernier – très irrégulièrement d’ailleurs, la trésorerie le permettant rarement. Et poser son c.. sur une belle chaise derrière un beau bureau tout neuf, digne du futur patron du Temps des Cerises, bureau qu’impatient il a déjà fait livrer au siège de la maison d’édition avant même d’en avoir été élu directeur-gérant.

Si Iznogoud ne dissimule pas son projet personnel, il est moins disert en matière de projet éditorial. Celui qu’il a esquissé mardi au Conseil d’administration a laissé pantois même ses co-putschistes. Et pour cause : rien dans sa carrière de communiste professionnel ne l’a préparé à des responsabilités culturelles. Qu’on me comprenne bien : au fil des années que j’ai passées dans la presse communiste, j’ai rencontré d’innombrables ouvriers ou employés devenus, avec « le Parti », de véritables intellectuels, d’une culture parfois impressionnante. Je n’en prendrai qu’un seul exemple : Jean Burles, qui conclut son parcours comme rédacteur en chef de l’hebdomadaire Révolution, et à qui des historiens comme Roger Martelli et Serge Wolikow doivent tant.

Mais le terme « marxisme » n’a pas le même sens pour un Jean Burles et un Frédéric Rauch : ce dernier sacrifiera, si on le laisse faire, tout un patrimoine littéraire pour bricoler une caricature des défuntes Éditions sociales, vouée à répandre la bonne parole des néostaliniens. Lesquels, après avoir permis à Fabien Roussel de « dégager » Pierre Laurent, se retourneraient aujourd’hui contre lui, s’il faut en croire les « fabienologues » : au front monteraient notamment la Section économique du PCF et sa revue, sous la houlette du fils de Paul Boccara, et la Fédération de Paris, sous la direction du fils del compagno Marc Zamichiei. Bref, au-delà de ses aspirations de permanent désireux de gonfler sa future retraite, Iznogoud serait l’instrument d’une opération politique. De fait, après s’être longtemps tue, la direction nationale du PCF a dénoncé, prudemment et pudiquement, la mainmise d’une partie de son (ex ?) majorité sur la maison d’édition (texte n°3).

Difficile, cependant, d’en rester là. Pour des raisons politiques évidentes. Et pour des raisons morales. Tous les acteurs de cette tragi-comédie– y compris Francis Combes adhérent depuis…. 1970, quand Rauch n’était encore qu’un bambin  – détiennent une carte du PCF ! Dont les statuts, à l’article 25, précisent : « Les motifs d'exclusion du Parti communiste français sont la mise en cause délibérée des valeurs fondamentales d'intégrité et de dignité humaine, la corruption, ainsi que l'appartenance à un autre parti politique. Cette mesure exceptionnelle d'exclusion est proposée par l'instance à laquelle appartient l'adhérent-e ou par toute autre instance concernée Celle-ci doit saisir la commission nationale de médiation et de règlement des conflits qui infirme ou confirme la proposition d'exclusion. »

Reste une question :d’où vient l’argent qui a permis nouveaux maîtres du Temps des cerises de s’emparer de la majorité de son capital ? Qui paiera le salaire « amélioré » du nouveau directeur-gérant, si les caisses sont vides, comme souvent ? Selon de bonnes sources, le financement viendrait notamment d’une Fédération CGT, dont l’ex-secrétaire a légué la direction… à son fils (sic). Si cette rumeur se vérifiait, il faudrait expliquer comment cette institution syndicale peut, non seulement participer au capital d’une maison d’édition de littérature et de poésie, mais aussi, le cas échéant, en rétribuer le nouveau directeur-gérant.

La parole est à Fabien Roussel… et à Philippe Martinez

D. V.

BREAKING NEWS: UN COMMUNIQUÉ DE LA DIRECTION DU PCF

Le Temps des Cerises : le PCF affirme son attachement à l'indépendance de la maison d'édition
Les éditions du Temps des cerises sont dans la tourmente. Elles voient actuellement s'exprimer publiquement des dissensions entre l'actionnaire majoritaire et le directeur-fondateur de cette maison, Francis Combes.
Cette maison d'édition prestigieuse a permis la publication de nombreux auteure.e.s, et elle a su marquer sa différence par des choix éditoriaux audacieux.
Comme de nombreux écrivains, intellectuel.le.s, nous sommes inquiets et préoccupés pour son avenir et par cette crise.
Aujourd'hui autant qu'hier, le PCF est de tous les combats pour la liberté de création et le respect du pluralisme des opinions. Il affirme donc avec force son attachement à l'indépendance de cette maison d'édition, qui lui paraît la condition même de son rayonnement et de son prestige.
L'attitude du PCF depuis la fondation du Temps des cerises, en 1993, atteste d'ailleurs de sa loyauté à son égard : à aucun moment, il ne s'est mêlé de ses choix de publication, ni de ses décisions concernant la composition de son capital.
C'est pour cette raison de principe qu'il n'a donc jamais imaginé mandater qui que ce soit pour « prendre le contrôle » de cette maison, la « détourner » de ses objectifs originels, changer ses orientations éditoriales.
Comme les auteur.e.s et personnalité.e.s qui ont récemment manifesté leur émotion, le PCF réaffirme son amitié pour Francis Combes et son estime pour son travail souvent difficile à la direction du Temps des cerises. Depuis le début du conflit qui traverse cette maison, nous le lui avons fait savoir à plusieurs reprises.
Parti communiste français,
Paris, le 19 décembre 2020.

1) L’appel des auteurs et des amis du Temps des cerises

Le Temps des Cerises est en grand danger. Les changements annoncés de manière unilatérale par les principaux actionnaires (dont la FNAF-CGT) concernant la direction des éditions Le Temps des Cerises sont lourds de menaces pour son existence. En tant qu’auteurs, nous sommes directement concernés et nous entendons faire entendre notre point de vue.

Le Temps des Cerises est une maison qui occupe une place singulière dans le paysage de l’édition. Elle a été fondée en 1993 par un collectif d’autrices et d’auteurs réunis autour de Francis Combes. Parmi eux, plusieurs amis aujourd’hui disparus parmi lesquels Jorge Amado, Eugène Guillevic, Catherine Claude, Roger Bordier ou Pierre Bourgeade… Aujourd’hui, près de 1000 titres sont inscrits à son catalogue.

Au fil des ans, elle s’est affirmée par sa production de qualité dans le domaine de la poésie, tout d’abord, mais aussi du roman et de l’essai. Elle a aussi joué un rôle de premier plan dans l’action pour la défense de l’édition indépendante et du pluralisme éditorial dans ce pays.

L’esprit initial du Temps des Cerises, fait d’engagement progressiste et d’ouverture, s’est maintenu jusqu’à aujourd’hui.

Cette maison qui a toujours été résolument à gauche, n’a jamais été la maison d’édition du parti communiste ou d’une quelconque organisation politique, ni même d’une organisation syndicale quelle qu’elle soit.

Nous avons toujours été accueillis avec écoute, attention et respect par le directeur fondateur comme par la directrice qui l’a remplacé pendant plusieurs années, sans que, jamais, nos textes ne soient censurés.

Le Temps des Cerises a toujours publié nombre d’écrivains, dans leur diversité, communistes, libertaires, socialistes, trotskystes, écologistes ou autres, se retrouvant pour la plupart dans un même refus de l’ultra-libéralisme, du capitalisme et de l’impérialisme dont on voit aujourd’hui les effets mortifères pour la civilisation, les libertés, la culture et même le devenir de la planète et de la vie terrestre.

Or, nous apprenons aujourd’hui que les associés majoritaires au sein du conseil d’administration ont décidé de nommer, à la place du poète Francis Combes, directeur-fondateur de la maison, le rédacteur en chef de la revue économique du PCF ; un permanent, premier secrétaire d’une fédération départementale de ce parti. Nous n’avons évidemment rien contre le fait qu’il soit communiste ; mais son parcours qui n’a rien à voir avec le livre ou l’édition ne le qualifie pas, à nos yeux, pour diriger une maison d’édition poétique, littéraire et intellectuelle, connue de tous pour son indépendance d’esprit.

Ayant déjà, pour plusieurs d’entre nous, vécu les effets désastreux de certaines décisions politiques concernant les maisons d’édition qui existaient dans la mouvance culturelle communiste, nous avons les plus vives inquiétudes.

Nous souhaitons que soient préservés l’existence et l’esprit de cette maison d’édition. Pour cela, l’avis de Francis Combes doit impérativement être pris en compte quant à la relève qu’il souhaitait organiser pour continuer et développer le Temps des Cerises dans l’esprit qui en a fait une maison d’édition qui compte dans le paysage culturel et progressiste français.

  1. Pascal Acot, chargé de recherche honoraire au CNRS
  2. Maram al-Masri, poète
  3. Tony Andréani, philosophe, universitaire
  4. Olivier Apert, poète, dramaturge et traducteur
  5. Francis Arzalier, historien
  6. Andrés Bansart, ancien professeur des Universités (Universidad Simón Bolívar-Venezuela et Université de Tours-France).
  7. Jean-Louis Robert, historien, ancien président des Amis de la Commune
  8. Jean-Pierre Bastid, romancier et cinéaste
  9. Christophe Baumgarten, avocat
  10. Alexis Bernaut, poète
  11. Julien Blaine, poète
  12. Victor Blanc, poète
  13. Éric Blanco, écrivain et éditeur
  14. Alain Borer, écrivain
  15. Jana Boxberger, poète, traductrice
  16. Gérard Bras, professeur de philosophie, GEMR*
  17. Gianni Burattoni, peintre
  18. C215 (Christian Guémy), artiste urbain
  19. Gérard Cartier, poète, fondateur du Temps de Cerises
  20. René de Ceccatty, écrivain, traducteur
  21. Thomas Chaumont, traducteur
  22. François Chesnais, économiste
  23. Jean-Louis Cloët, écrivain
  24. Michel Cochet, GEMR*
  25. Francis Combes, poète, écrivain, fondateur du Temps des Cerises
  26. Françoise Coulmin, poète
  27. Marie-Laure Coulmin-Koutsaftis, écrivaine, traductrice
  28. Marc Delouze, écrivain, poète, fondateur et directeur des Parvis Poétiques
  29. Selçuk Demirel, dessinateur de presse 
  30. Bernard Deschamps, ancien député
  31. Lucienne Deschamps, écrivaine, chanteuse
  32. Richard Dethyre sociologue, auteur, comédien
  33. Nicolas Devers-Dreyfus,
  34. Bruno Drweski
  35. Franck Delorieux, écrivain, directeur de la collection Les Lettres françaises
  36. Marie-Claire Dumas, éditrice des œuvres de Robert Desnos
  37. Laurent Fourcaut, poète
  38. Guglielmo Forni Rosa, GEMR*, professeur émérite de l'université de Bologne, philosophe
  39. Françoise Geier, poète
  40. Thierry Gillyboeuf, traducteur,
  41. Jennifer Grousselas, poète, agrégée de lettres modernes
  42. Jean-Paul Guedj, poète, essayiste
  43. Frédérique Guétat-Liviani, poète
  44. Jean-Luc Guichet, maître de conférences, GEMR*
  45. Jacques Giraud, historien
  46. Nedim Gürsel, écrivain
  47. Katia-Sofia Hakim, poète, professeure agrégée
  48. Jean-Pierre Han, rédacteur en chef des Lettres françaises
  49. Rima Hawi, maîtresse de conférence
  50. Daniel Herzog-Cachin,
  51. Charles Hoareau, auteur
  52. Cécile A. Holdban, traductrice
  53. Monique Houssin, écrivaine, journaliste
  54. Diana Johnstone, écrivaine
  55. Cathy Jurado, poétesse
  56. Stathis Kouvelakis, philosophe
  57. Tamara Kunanayakam, ancienne ambassadrice
  58. Abdellatif Laâbi, poète
  59. René Lacroix, philosophe, GEMR*
  60. Philippe Laïk, cinéaste, écrivain
  61. Jacques Lancier, ex Établi
  62. Aurélia Lassaque, poète
  63. Patricia Latour, écrivaine, journaliste, fondatrice du Temps des Cerises
  64. Françoise Leclerc, poète, écrivaine
  65. Alain (Georges) Leduc, écrivain et critique d'art
  66. Jean-Michel Leterrier, syndicaliste, ancien responsable de la politique culturelle de la CGT
  67. Alain Lipietz, économiste, homme politique
  68. Michaël Löwy, directeur de recherche émérite au CNRS
  69. Corinne Luxembourg, enseignante-chercheuse en géographie
  70. Alain Marc, poète
  71. Jeanne Marie, traductrice
  72. Claude Mazauric, historien
  73. Olivier Mayer,
  74. Fabien Mellado, poète, professeur
  75. Jacques Mondoloni, écrivain
  76. Jacques Nikonoff, économiste
  77. Réjane Niogret, Autrice, conteuse, organisatrice d'évènements
  78. Gérard Noiret, poète et critique littéraire
  79. Jean-Pierre Page, syndicaliste, ancien responsable du département international de la CGT
  80. Gilles Perrault, écrivain, fondateur du temps des Cerises
  81. Michel Pigenet, professeur émérite d'histoire contemporaine, université Paris 1
  82. Jordan Plevnes, recteur de l’Université internationale Europa Prima, Skopje
  83. Francis Pornon, écrivain
  84. Christian Poslaniec, écrivain jeunesse
  85. Yvon Quiniou, philosophe
  86. Magali Rigaill, philosophe, GEMR*, professeur en classes supérieures
  87. Jean Ristat, écrivain, directeur des Lettres françaises
  88. Pierre Roche, historien
  89. Hélène Roussel, germaniste, maître de conférences honoraire à l'Université Paris 8
  90. Paul Roussy, poète 
  91. Alain Ruscio, historien
  92. Jean-Pierre Siméon, poète, fondateur du Temps des Cerises
  93. Irène Sokologorsky, Présidente honoraire de l’Université Paris 8, professeur émérite, docteur honoris causa de l’Institut Littéraire de Moscou, rédactrice en chef de la revue Lettres russes
  94. Anne Talvaz, écrivaine
  95. Laurent Thines, poète, professeur de neurochirurgie, militant contre les armes sublétales
  96. Evelyne Trouillot, romancière
  97. Yves Vargas, philosophe
  98. Marc Viellard, écrivain
  99. Pierre Vieuguet, poète, Co-président fondateur de la Maison de la poésie Rhône-Alpes
  100. Maxime Vivas, écrivain, ex-référent littéraire d'ATTAC

*GEMR : Groupe d’études pour un matérialisme rationnel

Depuis la publication de l’Appel de 100 auteurs du Temps des Cerises à Marianne, d’autres signatures d’écrivains et d’amis du Temps des Cerises nous sont parvenues :

  1. Pedro Afonso, poète
  2. Hervé Artaud
  3. Bernard Ascal, poète, peintre et chanteur
  4. Henri Béhar, président des Amis d'Europe, éditeur des Œuvres complètes de Tristan Tzara.
  5. Olivier Besancenot,
  6. Alain Billecocq, philosophe
  7. Antoine Blocier, auteur de polars et de littérature jeunesse
  8. Gilles Boitte
  9. Quim Boix : syndicaliste. secrétaire général de l'Union international des syndicats de pensionnés et retraités de la FSM
  10. Marie-Luce Bonfanti, comédienne, traductrice
  11. Paul-Henri Bourrelier, essayiste, prix de l’Académie 2008
  12. Claude Chouteau
  13. Ivan Černý, écrivain et journaliste, rédacteur en chef de la revue Mozaika
  14. André Clavelle
  15. Anne Colas
  16. Philippe Cordat : syndicaliste, secrétaire général de l'Union Régionale CGT Centre-Val de Loire
  17. Pierre Demoutiez
  18. Catherine Destom Bottin professeur de lettres 
  19. Nicole Colas-Linhart, chercheuse
  20. Paul Combes
  21. Philippe Cordat : syndicaliste, secrétaire général de l'Union Régionale CGT Centre-Val de Loire
  22. Andy Croft, poète (Angleterre)
  23. Jean-Claude Delanoue
  24. Alan Dent, poète (Angleterre)
  25. Christian Desbois, militant syndical FILPAC-CGT.
  26. Michel Dupré, retraité de l’université, plasticien, membre du groupe DDP 
  27. Marianne Faurobert
  28. Virginia Fontes : historienne, écrivaine
  29. Bernard Frederick, journaliste
  30. André Freitas
  31. Georges Gastaud, philosophe
  32. Bernard Gerbier : économiste, professeur des universités retraité
  33. Jean-Louis Giovannoni, (éditions Maelström, Belgique)
  34. Sylvain Goldstein, président MRAP 93, militant CGT, vice-président IUT Bobigny
  35. Alain Gorius, éditeur
  36. Nikos Graikos,
  37. Pierre Gueguen, responsable des Éditions de la Libre Pensée
  38. Chantal Guerre
  39. Roland Guerre
  40. Ginette Laurent, ancienne gérante du Temps des Cerises
  41. Hassan Hamdan, sociologue, professeur Université Libanais
  42. Fabien Marius-Hatchi, éditeur
  43. Edmond Janssen, éditeur
  44. Cathy Ko, poète
  45. Dimitri Konstantakopoulos : journaliste, écrivain
  46. Nathalie et Séda Mélik, filles du poète Rouben Mélik
  47. Milena Městecká, écrivain, Prague
  48. Aymeric Monville, auteur et éditeur
  49. Catherine Morot
  50. Aline Pailler, journaliste
  51. Danièle Partouche
  52. Nicole Pétrau. Une amie du Temps des cerises
  53. Serge Pey, poète
  54. Éric Piette, poète (Belgique)
  55. Jean-Marc Raynaud, éditeur (les Éditions libertaires)
  56. Jean-Louis Robert, historien, ancien président des Amis de la Commune
  57. Christiane Rorato, comédienne et réalisatrice
  58. Colette Roussel
  59. Olivier Rubens
  60. Bernardo Schiavetta, poète argentin, prix Loewe
  61. Rose-Marie Serrano, enseignante, traductrice
  62. Jef Tombeur, journaliste honoraire
  63. Xavier Trompette, ami et bénévole du Temps des Cerises
  64. Didier Vallet
  65. Guy Vermé, cadre Éducation nationale retraité, militant humanitaire
  66. Christine Vulliard, professeure de lettres
  67. Patrick Widemann
  68. José Alsat
  69. Nicolas Aury
  70. Yannick Bedin, maire-adjoint de Bourges
  71. Alain Bonhomme
  72. Nicole Borvo Cohen-Séat, sénatrice honoraire
  73. Patrice Cohen-Séat, avocat honoraire
  74. Anne Colas
  75. Joëlle Collin
  76. Jean Gabriel Cosculluela
  77. Pierre Demoutiez
  78. Brigitte Dionnet
  79. René Durand
  80. Mircea Duta, poète roumain
  81. Camille Durette
  82. Éric Gaugain
  83. Françoise Fogola
  84. Dima Ivanova, poète bulgare
  85. Cathy Lopez
  86. Sonia Masson, metteuse en scène, membre du CN du PCF
  87. Alexis Mazade
  88. Miroslav Mlynaer, sculpteur tchèque
  89. Éric Muller
  90. Giuseppe Napolitano, poète italien
  91. Colette Nys Mazure, poète belge
  92. Fanch Oriant
  93. Élisabeth Paraillous
  94. Véronique Pittolo, poète
  95. Lionel Povert
  96. Terry Remond
  97. Yves Rémy
  98. Sylvie Ringard
  99. Mireille Rivat, chanteuse
  100. Carla Ryvolova, peintre et illustratrice tchèque
  101. Lambert Savigneux
  102. Boris Sentenac
  103. Jeanne Stervinou
  104. Tecie Werbowski, auteur dramatique, canadienne

104. Françoise Cambie

Et encore une nouvelle liste:

  1. Hernando Calvo-Ospina, journaliste, écrivain
  2. Fanette Cattiaux
  3. François Crevot
  4. Anne Dahlstrom
  5. Hervé Delouche
  6. Eugène Houriez
  7. Pierre Laporte, Conseiller général de Seine-Saint-Denis
  8. Alexandra Michel
  9. Jean-Claude Zapathy : syndicaliste CGT
  10. Jean-Claude Lefort, parlementaire honoraire
  11. Danièle Sanchez, ingénieure
  12. Norbert Lenoir, professeur de philosophie, membre du GEMR
  13. Corine Enaudeau, professeur de philosophie
  14. Jean-Pierre Landais
  15. Gérard Cherbonnier, éditeur
  16. Christian Desbois
  17. Xavier Lainé, écrivain
  18. Ariane Dreyfus, poète
  19. Eliot Katz, poète, Etats-Unis
  20. Emma Lavigne, traductrice
  21. Henriette Zoughebi
  22. Jean-Claude Bourdin, philosophe
  23. Christophe Lamiot, poète et éditeur
  24. Michèle Leprince
  25. Charles d'Estève, poète141. Thierry Roucoules, musicien
  26. Michal Ajvaz, poète et écrivain tchèque
  27. France Foye
  28. François Desanti, journaliste, syndicaliste
  29. Bernard Vasseur, philosophe, directeur honoraire de la Maison Aragon-Elsa Triolet
  30. Sylvestre Clancier, poète, président d’honneur du PEN club français
  31. Claudine Bertrand, poétesse québécoise
  32. Richard Sage, poète canadien
  33. Charles d'Estève, poète
  34. Thierry Roucoules, musicien
  35. Gilles Alfonsi
  36. Gérard Badéyan
  37. Nathalie Barardière
  38. Isabelle Bloncourt-Ropiteau
  39. Luc Châtel
  40. Olivier Combes
  41. Germain Coudert
  42. Alain Delahaigue
  43. Bruno Dumait
  44. Jeanine Gdalia
  45. Hélène Geraci
  46. Charles Heim
  47. Marie Karas-Delcourt
  48. Nathalie Liévoux
  49. Patrick Pernet
  50. Jean Poncet
  51. Daniel Rome
  52. Pascale Rome
  53. Andréa Safta
  54. Lucie Albertini-Guillevic
  55. Antoine Spire, président du Pen Club français
  56. Jean-Michel Ruiz, conseiller régional
  57. Lionel Pauvert
  58. Laurent Klajnbaum
  59. Jean Brafman, ancien conseiller régionale Ile-de-France
  60. Raymond Guggenheim
  61. Pierre Zarka, député honoraire, ancien directeur de l’Humanité
  62. Salah al-Hamdani, poèt, écrivain, homme de théâtre
  63. Sophie Geoffroy-Dechaume, chanteuse lyrique
  64. Roselyne Texier, Tours
  65. Chloé Landriot, poétesse
  66. Alain Lance, poète et traducteur
  67. Louis Dubost, poète, écrivain, ancien éditeur (Le Dé bleu)
  68. Loïc Canitrot, travailleur du spectacle, syndiqué CGT
  69. Hervé Fuschman, compositeur de chansons
  70. Michèle Aquien
  71. Carlos Laforêt, poète et musicien
  72. Colette Klein, poète
  73. Arnaud Le Vac, poète
  74. Fabienne Pourre
  75. Danièle Loisel, peintre
  76. Hamid Tibouchi, peintre, poète
  77. Pierre le Pillouër, poète
  78. Mathias Lair
  79. Eric Pellet ; prfoesseur agrégé Université Paris Est Créteil (Paris 12)
  80. Christian Kazandjian
  81. Nicole Laurent-Catrice, écrivaine, poète, traductrice
  82. Pascal Commère, poète
  83. Claudine Bohi, poète
  84. Jean-Jacques Reboux, auteur, éditeur
  85. Yves Jouan, poète
  86. Daniel Orantin
  87. Thierry Renard, poète, directeur de l’Espace Pandora (Vénissieux)
  88. Claude Ber, écrivain, poète
  89. Marion Mazauric, directrice des éditions Au Diable Vauvert
  90. José Muchnik, poète, anthropologue
  91. Jean-Pierre Lesieur, poète, directeur de la revue Comme en poésie
  92. Jean-Pierre Chapuis
  93. Françoise Pacha-Stiegler
  94. Didier Malherbe, musicien, poète
  95. Anne-Marie Métellus
  96. Pierre le Pillouër
  97. Denis Lanoyx, Maison Théâtre de slittératures à voix hautes, Nîmes
  98. Gérard Astor, auteur dramatique
  99. Jean-Lux Maxence, poète, écrivian, éditeur
  100. Danny-Marc, directrice des éditions du Nouvel Athanor, décorée du Mérite national pour son action en faveur du soin aux toxicomanes
  101. Hasan Erkek, poète, dramaturge, professeur de Théâtre, Istanbul
  102. Christian Prigent, écrivain
  103. Danielle Loiseau
  104. Richard Loiseau
  105. Annick Lepage
  106. Alain Wasmes
  107. Magali Favarel
  108. Jean-Jacques Angot
  109. Denis Peyrard
  110. Barbara Flamand
  111. Dominique Deyris, musicienne
  112. Bernard Noël, écrivain
  113. Jean-Claude Martin, poète et écrivain,
  114. Elodie Dupau, traductrice
  115. James Sacré, poète.

 2) Lettre ouverte à Fabien Roussel, secrétaire national du PCF (14/12/2020)

Le Parti communiste français a une grande histoire avec les poètes et la littérature, même si cette histoire fut souvent mouvementée.

C’est notre patrimoine. C’est aussi notre avenir.

Nous nous revendiquons du parti d’Aragon.

Engagé.e.s dans le combat pour la culture et le pluralisme, nous nous sentons blessé.e.s et en colère qu’un responsable du PCF, secrétaire fédéral et directeur de la revue « Economie et politique », sans qualification littéraire ni dans les métiers de l’édition puisse être propulsé directeur du « Temps des cerises » à la faveur d’un « putsch » organisé par des actionnaires majoritaires uniquement au plan financier. Frédéric Rauch qui veut faire main basse sur la maison d’édition prévoit de doubler son salaire par rapport au précédent directeur, la cupidité ne semble pas lui être étrangère !

Nous tenons à manifester notre soutien à Francis Combes qui a créé cette maison d’édition il y a 28 ans ainsi qu’aux auteurs du « Temps des cerises ». Cette petite maison d’édition indépendante, compte dans le paysage littéraire en particulier pour la poésie mais aussi pour le patrimoine théorique et littéraire.

Nous nous adressons à toi en tant que secrétaire national de notre parti.

Le camarade Frédéric Rauch est communiste. Nous-mêmes, nous sommes communistes, il n’y a que toi qui ait la légitimité et le pouvoir de lui demander de ne pas être candidat au poste de directeur ou de démissionner s’il est nommé par les actionnaires financiers.

Il y va de la survie d’une maison d’édition littéraire.

C’est aussi et surtout une question d’éthique, d’honneur en politique !

Signataires:

  • -  Jaqueline Belhomme, déléguée métropolitaine à la culture, maire de Malakoff
  • -  Jean-Marc Coppola, maire-adjoint à la culture pour toutes et tous, la création, le patrimoine culturel et le cinéma, ville de Marseille
  • -  Franck Delorieux, écrivain
  • -  Michel Duffour, ancien secrétaire d’Etat au patrimoine et à ladécentralisation culturelle
  • -  Alain Hayot, animateur collectif culture du PCF, ancien VP culture Région PACA
  • -  Jean-Claude Lebrun, critique littéraire
  • -  Jean-Pierre Léonardini, journaliste, critique de théâtre, auteur
  • -  Lucien Marest, ancien responsable culture PCF
  • -  Jean Ristat, poète, directeur des Lettres françaises
  • -  Bernard Vasseur, philosophe, directeur honoraire de la maison Elsa Triolet-Aragon
  • -  Henriette Zoughebi, bibliothécaire, fondatrice du Salon du Livre Jeunesse, Montreuil, Seine-Saint-Denis.

 3) Déclaration du PCF (Collectif culture, arts et éducation populaire)

Les événements qui troublent le moment pour Le temps des cerises provoquent une vive émotion. Beaucoup nous demandent ce que nous en pensons, ce qu’en dit le Parti communiste.

Cette maison est le fruit d’un engagement fort qui s’est inscrit dans le temps long, porté par un souffle qui a permis de surmonter les épreuves. Dans un monde du livre et de la culture malmené par le marché et les dynamiques d’uniformisation, elle a su avec éclat faire exister la poésie, et donner une place à des pensées, à des regards, à des auteurs. Le temps des cerises porte un projet original qui a marqué le paysage de l’édition, provoquant reconnaissance et attachement. Sa personnalité est une richesse et un atout.

Nous voulons dire le respect qu’inspirent le collectif humain qui fait la force du Temps des cerises, les intuitions fondatrices qui lui ont donné son élan, le travail et l’engagement de celles et ceux qui l’ont animée. Une maison d’édition, c’est l’expression d’une liberté, c’est un alliage de savoir-faire professionnels et de tissus relationnels, tant les métiers du livre sont singuliers, c’est un organisme sensible et vivant.

Le conflit qui est né au moment de désigner un nouveau directeur est venu remettre en cause la bonne entente, provoquant le sentiment d’une rupture dans la trajectoire engagée. Or il paraît difficile que Le temps des cerises continue d’être Le temps des cerises sans que ses fondateurs et ses auteurs s’y reconnaissent pour l’essentiel.

Les récits qui sont faits dans les médias et sur les réseaux sociaux, dans lesquels le PCF est parfois cité, obligent à préciser que notre organisation n’a pas plus l’intention aujourd’hui qu’hier d’y exercer quelque pouvoir. Pour autant l’avenir du Temps des cerises ne saurait nous laisser indifférents et, sans prétendre donner aucune leçon, nous sommes inquiets.

La belle aventure du Temps des cerises, l’expression de sa liberté éditoriale, doivent pouvoir se poursuivre, en s’appuyant sur ses forces vives.

 Ajout du 18 décembre :

UNE DÉCLARATION DE FRANCIS COMBES

MAIN BASSE SUR LE TEMPS DES CERISES

NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE

Le directeur du Temps des Cerises, Francis Combes fait le point après l’Assemblée générale des associés de la maison d’édition.

Mardi 15 décembre 2020, s’est tenue une pseudo Assemblée générale du Temps des Cerises, (à laquelle plusieurs des fondateurs n’avaient même pas été invités). À cette occasion, la gérante a donné la parole à Frédéric Rauch, l’actuel rédacteur en chef de la revue du PCF Économie & politique (qui s’en sépare), pour qu’il expose ses vues quant à l’avenir de la maison d’édition…

Qu’il soit permanent du PCF n’est pas en soi le problème. Le problème est qu’il n’a aucun titre à diriger cette maison d’édition, connue pour son travail poétique, pour sa liberté de pensée et pour le rôle qu’elle joue dans la défense des éditeurs indépendants.

Le projet éditorial qu’il a présenté n’a en vérité rien à voir avec le Temps des Cerises et dénote une grande méconnaissance non seulement de cette maison d’édition mais de l’édition en général. Il n’a d’ailleurs pas emporté la conviction des présents.

Néanmoins, les associés majoritaires (en termes de capital), ont confirmé leur intention de l’embaucher, à compter du 1erjanvier, comme futur directeur et gérant du Temps des Cerises. Avec un salaire double de celui de la directrice précédente.

(Ce qui est quand même étrange quand on prétend « redresser » le Temps des Cerises…)

De plus, ce camarade a accepté la proposition de reclassement que lui a faite la direction du PCF. Il va donc cumuler un emploi à la Communauté urbaine de Bordeaux, ses fonctions de secrétaire départemental du Lot-et-Garonne, son mandat de conseiller municipal à Agen et un mi-temps au Temps des Cerises. Ce n’est pas sérieux. L’animation et la direction de la maison d’édition ont toujours réclamé un engagement complet. Pour ma part, depuis deux ans, c’est à plein temps, voire plus, (et de façon bénévole) que j’assume mes fonctions de directeur. C’est pourquoi, dans une logique de transmission respectueuse de l’esprit du Temps des Cerises, je souhaite vivement passer le relais à l’équipe des jeunes auteurs qui a la compétence et la volonté nécessaire pour animer la maison d’édition. Et bien sûr, je m’engage à les accompagner pour ce passage de témoin.

Cette décision prise en petit comité est une condamnation à mort de notre maison d’édition.

Elle a été prise dans le plus profond mépris pour l’opinion exprimée par la quasi totalité des auteurs du Temps des Cerises. Plus de cent d’entre eux ont en effet signé un Appel. Et ils ont été rejoints par près de 300 écrivains, amis et lecteurs. La diversité des signataires est d’ailleurs à l’image du pluralisme qui a toujours caractérisé la politique éditoriale du Temps des Cerises. Et l’ampleur de la réaction témoigne de l’inquiétude des auteurs et des lecteurs quant à ce qu’il peut en advenir.

Que l’opinion de quelques actionnaires l’emporte sur l’avis des auteurs, des fondateurs et de ceux qui font « tourner » la maison d’édition est en contradiction avec toute l’histoire du Temps des Cerises.

Que certains membres du Parti communiste français s’appuient ainsi sur le droit des actionnaires contre celui des « producteurs » est tout simplement lamentable. Imaginent-ils qu’ils peuvent « se payer » le Temps des Cerises ?

Ont-ils complètement oublié le Comité Central d’Argenteuil et l’acquis de pensée des communistes français quant à l’autonomie de la culture et le nécessaire respect de la liberté de création ?

Quelle est la raison de cette opération « main basse sur le Temps des Cerises » ? Des intérêts personnels ? Des ambitions frustrées ? L’effet collatéral de batailles politiciennes ?

Mais le Temps des Cerises ne servira pas d’enjeu à des luttes internes.

Nous ne l’accepterons pas.

Le forfait est accompli mais rien n’est joué.  

La direction du PCF de son côté a réaffirmé son attachement à la liberté et à l’indépendance de la maison d’édition.

Cette indépendance est la garantie de sa pérennité et du fait que le Temps des Cerises puisse poursuivre sa route, dans un compagnonnage sans sectarisme, avec le mouvement ouvrier et progressiste.

Pour isoler ce « quarteron de putschistes » et donner à la maison d’édition les moyens de continuer et de se relancer, il va falloir obtenir l’ouverture et l’augmentation du capital.

Nous sommes nombreux qui refusons de renoncer à ce qu’est le Temps des Cerises : à son action en faveur de la poésie, à sa politique éditoriale dont l’engagement est bien connu, ainsi qu’à son ouverture ; tout ce qui fait l’identité de la maison d’édition depuis sa fondation par les écrivains eux-mêmes.

Francis Combes directeur-fondateur du Temps des Cerises

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart