dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

124 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2022

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Pour Macron contre Le Pen, une fois encore

L'équation Macron = Le Pen, une illusion dangereuse, souligne un collectif de près de 100 intellectuels et militants qui appelle à « faire barrage » en votant Macron. Esther Benbassa, Bertrand Badie, Jean-Christophe Attias et moi avons pris l'initiative de cet appel publié par « Libération ». En voici le texte intégral et la liste des premières signatures.

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Engagés, chacun à sa manière, dans des associations, l’enseignement, la recherche, la politique, le journalisme, la culture, les arts, pas plus aujourd’hui qu’en 2017, nous ne pouvons rester silencieux quand le Front national accède pour la troisième fois – quoique sous une dénomination nouvelle – au second tour de l’élection présidentielle. Son score est, au premier tour, considérable, et encore faut-il y ajouter, entre autres, celui d’Eric Zemmour avec Reconquête !

Chacun des signataires de ce texte a voté selon sa conscience le 10 avril dernier. Et nous ne nous sommes pas interrogés les uns les autres pour savoir pour qui. Une chose nous réunit en effet aujourd’hui au-delà de possibles divergences : la conscience que voter Marine Le Pen, le 24 avril, ce serait encore et toujours voter pour son père, Jean-Marie Le Pen, et son idéologie directement issue du fascisme, du vichysme et de l’OAS, y compris dans leurs formes les plus brutales.

Le risque de basculement est plus réel que jamais

Le lissage du discours de Marine Le Pen cache mal ce que ce mouvement représente depuis des décennies, et son rôle néfaste dans les pires tourmentes qu’a connues la France. Le risque de basculement est plus réel que jamais, et il l’est d’autant plus que d’autres pays européens y ont déjà cédé. Songeons seulement à la Hongrie d’Orbán. La crainte d’un passage à un régime autoritaire, discriminatoire, xénophobe, raciste, antidémocratique et de surcroît sans programme économique, écologique, social ou sociétal crédible, n’a rien d’illusoire.

Nous comprenons les réticences à répondre aux injonctions à «faire barrage» qui se répètent depuis des années. Notre démarche n’est ni moralisante ni culpabilisante. Nous souhaitons juste alerter sur une réalité simple.

Les cinq années de macronisme qui s’achèvent ont été terribles à bien des égards : arrogance et mépris de classe, casse sociale indissociable d’un ultralibéralisme sans complexes, relégation des corps intermédiaires, toute-puissance des lobbys, contournement du Parlement, inaction climatique, renoncement à toute politique écologique efficace et de fond, restriction de nos libertés, accueil indigne des réfugiés non européens, lutte de pure façade contre les violences faites aux femmes, violences policières… Le tableau est sombre. Mais quel serait-il après cinq années de lepénisme au pouvoir ? Voulons-nous d’une France ultra-autoritaire, fermée à l’Europe et au monde, prônant le rétrécissement de nos horizons et le rabougrissement de nos espérances ?

Courir le risque d’abandonner migrants, minorités, personnes racisées

Avec Marine Le Pen, l’Etat de droit, nos choix de vie, nos attentes seraient plus gravement en péril que jamais. L’existence de millions de nos concitoyens, de nos amis, de nos voisins, gens d’ici comme gens d’ailleurs, menace de sombrer dans un labyrinthe de souffrances sans issue. Pouvons-nous accepter de courir le risque d’abandonner migrants, minorités, personnes racisées, plus largement toutes celles et tous ceux que le RN a toujours considérés comme aux marges ou trop libres, trop déviants, trop différents, cosmopolites, universalistes – à la violence jusqu’ici contenue des séides du clan Le Pen ? A-t-on bien idée des passions destructrices qu’un tel succès électoral libérerait dans notre pays ?

Pour mesurer ce que veut dire l’installation d’un régime «fort» et nationaliste, regardons les nombreuses expériences étrangères, privées de tous les garde-fous que nous avons encore, incapables de se débarrasser par les voies démocratiques d’autocrates écrasant toute opposition d’une main de fer. Gardons aussi à l’esprit l’histoire, notre histoire, et le suivisme passé de nos institutions et de trop de nos élites dans les moments sombres qu’a vécus notre pays.

Et luttons ensuite pied à pied

Nous avons voté le 10 avril pour des candidats divers. Mais toutes et tous, nous ne nous résoudrons pas à considérer qu’il n’y a pas de différence entre un Macron et une Le Pen. Beaucoup se révoltent d’être pour la troisième fois acculés à un vote forcé et ont pour premier réflexe de refuser d’y céder. L’équation Macron = Le Pen est pourtant une illusion grossière et dangereuse. Pensons aux années 30, au sectarisme du Parti communiste et du Parti social-démocrate qui ont contribué à faciliter l’arrivée au pouvoir de Hitler en 1933. Et ne perdons pas de vue ceci : si Marine Le Pen gagnait, ce serait la première fois depuis Vichy que l’extrême droite accéderait au pouvoir. Pouvons-nous seulement imaginer porter cette honte ?

Commençons par nous débarrasser de Le Pen le 24. En votant Macron. Ce qui ne revient évidemment pas à lui donner quitus. Et luttons ensuite pied à pied contre celui que nous aurons élu pendant les cinq années qui suivront. Avec plus de détermination que jamais. Dans la rue, d’abord. Et en reconstituant aussi, bien sûr, un pôle de gauche et écologiste crédible, capable enfin de s’adresser à tous ceux que l’on oublie depuis trop longtemps : pauvres, précaires, relégués et exclus, le peuple en un mot. Nous avons perdu cinq ans. Nous ne pouvons nous permettre d’en perdre encore cinq.

----------

Liste complète des signataires

À l’initiative de ce texte :

  • Esther Benbassa, directrice d’études émérite à l’EPHE, sénatrice de Paris
  • Jean-Christophe Attias, directeur d’études à l’EPHE
  • Bertrand Badie, professeur émérite des universités à l’Institut d’études politiques de Paris
  • Dominique Vidal, journaliste et historien

Premiers signataires :

  • Safia Allag, journaliste et enseignante
  • Tauba Alman, militante associative
  • Hadjar Aouardji, docteure en Science politique, responsable associative
  • Anne Andres, retraitée de l’Éducation nationale
  • Nicolas Bancel, historien, professeur ordinaire à l’université de Lausanne
  • Dominique Bari, journaliste
  • Jean Baubérot, professeur honoraire EPHE
  • Amine Benyamina, professeur, psychiatre addictologue, Université Paris-Saclay
  • Hervé Bismuth, enseignant-chercheur en littérature française
  • Laurent Bonnefoy, politiste, chercheur au CNRS
  • Hamit Bozarslan, directeur d’études, EHESS
  • Sylvie Braibant, journaliste
  • Rony Brauman, médecin, ex-président de MSF
  • Daniel Breuiller, Maire honoraire d’Arcueil
  • François Burgat, politologue, Aix-en-Provence
  • Irène Catach, CNRS/EPHE
  • Marc Cheb Sun, auteur, directeur éditorial de dailleursetdici.news
  • Myriam Chopin, enseignante-chercheuse
  • Antoine Comte, avocat à la Cour
  • Yves Contassot, écologiste
  • Philippe Corcuff, maître de conférences de science politique à Sciences Po Lyon
  • Sergio Coronado, militant écologiste
  • Alain Coulombel, membre du bureau exécutif d’EELV, membre du conseil de surveillance de la FEP
  • Marie-Françoise Courel, présidente honoraire de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes
  • Sylvain Cypel, journaliste
  • Olivier Da Lage, journaliste et responsable syndical
  • Marc Deger, journaliste
  • Guillaume Devin, professeur des Universités, Sciences Po Paris
  • Francis Dorra, militant Ensemble !, enseignant
  • Maryse Dorra, conseillère municipale Ensemble !, Ivry
  • Marie Durand, professeur retraitée
  • Marc Epstein, journaliste
  • Gérard Faÿ, géographe
  • Michèle Faÿ, enseignante
  • Jacques Fontaine, maître de conférences honoraire de géographie, Université de Franche-Comté
  • François Gèze, éditeur
  • Colette Gluck, enseignante retraitée
  • Philippe et Ghislaine Hardouin, membres du Secours Catholique et de Témoignage Chrétien
  • Robert Hirsch, historien, militant d’Ensemble !
  • Adélia Ivanov, psychothérapeute intégrative
  • Sylvie Jan, présidente d’association
  • Eva Joly, avocate barreau de Paris
  • Anne Juban, retraitée de l’enseignement
  • Robert Juban, retraité de l’enseignement
  • Patrick Kamenka, journaliste et syndicaliste
  • Pierre Khalfa, économiste, membre de la Fondation Copernic
  • Salam Kawakibi, politologue, directeur du CAREP de Paris
  • Farhad Khosrokhavar, directeur d’études, EHESS
  • Michel Laurent, animateur de réseau
  • Alain Le Guyader, philosophe et sociologue
  • Claire et Dominique Leroy, membres de Réseau Solidarité Migrants,  Rouen
  • Jacques Lewkowicz, professeur honoraire des universités en sciences de gestion
  • Thomas Lindemann, professeur de science politique, Paris-Saclay UVSQ
  • Michèle Malot, membre de l’ACAT , des Réseaux du Parvis et de l’ANVP
  • Charles Maréchal, secrétaire du Mouvement Européen de Seine maritime
  • Jean-François Marx, cadre retraité
  • Nadia Marzouki, chargée de recherche au CNRS
  • Michel May, chroniqueur radio
  • Christine Mendelsohn, PCF
  • Nicole Mokobodzki
  • Claire Monod, EELV, porte parole de la convention pour une République écologique
  • Olivier Morel, réalisateur, universitaire
  • Marie Rose Moro, professeure, Université de Paris
  • Guy Perrier, professeur émérite à l’Université de Lorraine
  • Blandine Pien-Badie, enseignante
  • Raymonde Poncet Monge, sénatrice du Rhône
  • Frédéric Ramel, professeur des Universités, Sciences Po Paris
  • Bernard Ravenel, historien
  • Judith Revel, professeure de philosophie, université Paris Nanterre
  • Bernard Rio, Entrepreneur retraité
  • Jean-Paul Roche, militant associatif, Angers
  • Michèle Roirand, retraitée
  • Joël Roman, philosophe, essayiste
  • Miriam Rosen, chroniqueuse arts visuels-traductrice-citoyenne
  • Claudine Rulleau-Balta
  • Elias Sanbar, écrivain
  • Jérôme Segal, historien, maître de conférences à Sorbonne Université
  • Patrick Simon, revue Mouvements
  • Francis Sitel, co-directeur de la revue ContreTemps
  • Marie-Claude Slick, journaliste
  • Taoufiq Tahani, maître de conférences
  • Ludovic Tournès, Professeur ordinaire d’histoire internationale, Genève
  • Jérôme Tubiana, chercheur et journaliste
  • Hélène Velay, sociologue
  • Dominique Ventre, retraité, UJFP
  • Jean-Marc Verron
  • Michel Vescovi, retraité
  • Christine Vidal, responsable de projets
  • Leila Vidal-Sephiha, femme de théâtre, doctorante
  • Francis Wurtz, ancien député au Parlement européen

À retrouver sur le site de « Libération ».

PS: La publication de cet appel sur ma page Facebook a été aussitôt annulée par le service de "censure" du réseau. Celui-ci m’a envoyé un avis m'annonçant que ce texte violait les « standards de la communauté » et m’interdisant de publication pendant deux jours. J’ai évidemment contesté cette décision parfaitement illégale. Les censeurs de Facebook, il est vrai, sont cohérents : ils m’avaient déjà puni pour avoir mis en ligne « L’Affiche rouge » accompagné du poème éponyme d’Aragon. Facebook roulerait-il pour Le Pen ? Trop, c’était trop: le réseau s'est finalement ravisé...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan