dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

126 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 déc. 2021

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

« Juifs d’Orient » à l’IMA : les faits sont têtus

Après les expositions « Hajj, le pèlerinage à La Mecque » (2014) et « Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’histoire » (2017), l’Institut du monde arabe (IMA) complète sa trilogie avec « Juifs d’Orient, Une histoire plurimillénaire ». Contrairement aux précédents, ce troisième volet suscite polémique. Est-elle justifiée ?

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme toujours, mieux vaut juger sur pièces : l’exposition elle-même et son catalogue [1]. Et, comme ceux et celles qui s’en prennent à l'IMA n’ont apparemment ni vu la première ni lu le second, qu’on me permette de le dire d’emblée : il s’agit d’une grande réussite. À ma connaissance, jamais une initiative de cette ampleur n’avait offert un aussi beau voyage à travers l’histoire des juifs d’Orient [2], des tribus de Médine auxquelles Mohammed s’affronta jusqu’au XXIe siècle et au grand déchirement consécutif à la première guerre judéo-palestinienne et israélo-arabe de 1947-1949, via l’expulsion des juifs (et des musulmans) d’Espagne à partir de 1492. Jamais on n’avait pu admirer autant d’objets rares, voire rarissimes (un manuscrit de Maïmonide !), témoignages d’une culture qui fait partie intégrante du patrimoine du monde arabe.

Quelque cinquante intellectuels et artistes arabes, dans une lettre ouverte à l’IMA [3], demandent à celui-ci de « revenir sur les prises de position de son festival “Arabofolies” et de son exposition “Juifs d’Orient” qui donnent des signes explicites de normalisation [afin de] présenter Israël et son régime de colonialisme de peuplement et d’apartheid comme un État normal ». À preuve, une déclaration de Denis Charbit, membre du Comité scientifique, pour qui l’exposition serait « le premier fruit des “Accords d’Abraham” » : il aurait ainsi « dévoilé » la coopération de l’IMA « avec des institutions israéliennes impliquées dans l’appropriation de la culture arabo-palestinienne et juive-arabe » et « déclaré son intention sans équivoque d’imposer Israël comme un fait accompli et comme une présence “normale” dans les programmes de l’Institut. »

Personnellement, je défends depuis longtemps la campagne « Boycott-désinvestissement-sanctions » (BDS) comme un outil précieux pour manifester notre solidarité avec le peuple palestinien et faire pression sur Israël. D’autant que, dans son arrêt du 11 juin 2020, la Cour européenne des droits de l’Homme (CECDH) a reconnu le boycott comme un « droit citoyen » et condamné les poursuites de la justice française contre des militants de Colmar.

Le boycott culturel est sans doute le plus complexe à mettre en œuvre. Des dizaines de participants aux voyages que j’ai organisés en Israël-Palestine en ont discuté avec Omar Barghouti, fondateur et coordinateur de BDS. Qui l’a toujours répété : il n’est pas question pour son mouvement de boycotter individuellement des artistes israéliens.

En l’occurrence, l’exposition de l’IMA et son catalogue justifient-ils un boycott et, a fortiori celui de la chanteuse israélo-marocaine Neta Elkayam, à laquelle Michèle Sibony a écrit : « Tu ne peux plus ignorer aujourd’hui que l’opération à laquelle tu participes en tant qu’invitée à l’IMA sur “les juifs d’Orient” sert en réalité de cheval de Troie à la normalisation avec les États arabes [4]. »

Les faits sont têtus. Denis Charbit dit ce qu’il veut, mais il n’engage que lui et sa parole n’est pas d’Évangile :

La décision d’organiser cette trilogie date de plusieurs années avant les accords dits « d’Abraham », dont il n’est question ni dans cette exposition, ni dans son catalogue. La réponse de l’IMA aux signataires de la lettre ouverte l’affirme d’ailleurs clairement : « Dans la nouvelle exposition […] ou dans l’invitation faite à la chanteuse israélo-marocaine Neta Elkayam, certains voient une mise en œuvre des accords dits “d’Abraham”, d’autres une trahison du peuple palestinien. C’est méconnaître l’Institut du monde arabe et ses missions [5] ». 

On peut regretter – c’est mon cas – que Jack Lang ait, à titre personnel, « salué » les accords dit « d’Abraham », alors même que, selon une enquête du CAREP, seuls 6 % des citoyens des États arabes sont favorables à la normalisation avec Israël dans les conditions actuelles [6]. Mais aucun des textes de et sur l’exposition ne reprend cette prise de position du président de l’IMA – y compris sa propre introduction au catalogue. Et nul n’ignore son engagement de longue date en faveur des droits du peuple palestinien.

L’exposition « Juifs d’Orient » présente leur patrimoine millénaire. Or la majorité d’entre eux vit aujourd’hui en Israël pour des raisons historiques bien connues – j’y reviendrai. Comment présenter leurs cultures et leurs langues sans exposer des œuvres représentatives qui s’y trouvent et inviter certains de leurs représentants ?

La collaboration de l’IMA avec des institutions israéliennes officielles se limite concrètement, sur des centaines d’œuvres d’art exposées, à 9 pièces prêtées par le Musée d’Israël de Jérusalem et quelques tirages de photographies (privées) par l’Institut Ben-Zvi et de l’Office de presse [7]. Comparaison n’est pas raison, mais quel contraste avec l’absence de mobilisation de BDS lorsqu’en juillet dernier le Festival de Cannes présenta comme « israélien » un film – Let There Be Morning – dont nombre d’acteurs et de membres de l’équipe étaient des Palestiniens, lesquels en boycottèrent la projection officielle ! L’enjeu, alors, était international et de première importance. Pourquoi donc épargner le Festival de Cannes et accabler l’IMA ?

Les responsables de BDS, tout à leur réquisitoire, en oublient ce qui est à mon avis le plus critiquable : deux distorsions historiques essentielles qui relèvent, elles, de la responsabilité de Benjamin Stora et du Comité scientifique :

  • le documentaire projeté et les panneaux rédigés pour l’exposition défendent la thèse obsolète selon laquelle l’expulsion des Palestiniens n’aurait pas été organisée par l’Exécutif sioniste. Pourquoi avoir censuré les tenants de la thèse inverse, que de très nombreux historiens israéliens ont fait leur ? Benjamin Stora ignore-t-il que même le nouvel historien repenti Benny Morris défend le « nettoyage ethnique » de la Palestine en affirmant : « Il y a des circonstances dans l'histoire qui justifient le nettoyage ethnique […] C’était ce que le sionisme affrontait. Un État juif n’aurait pas pu être créé sans déraciner 700 000 Palestiniens. Par conséquent il était nécessaire de les déraciner [8]. »
  • le même documentaire et d’autres panneaux de l’exposition présentent l’exode des juifs arabes comme le résultat de la seule expulsion décidée par les régimes arabes après la guerre de 1948 et la Nakba. Or, s’il en alla ainsi dans plusieurs pays, il en est d’autres où c’est l’Agence juive qui les « importa », à la demande des autorités israéliennes. Évoquer par exemple, comme la légende d’une photographie, des « réfugiés juifs yéménites » attendant un avion israélien n’est pas sérieux, s’agissant de populations transférées par Israël lors de l’opération « Tapis volant ».

C’est pourquoi je me félicite que l’IMA le précise, en réponse aux signataires de la lettre ouverte : l’exposition « ne prétend [pas] apporter un point final à la recherche historique sur une histoire séculaire. À ce titre, elle peut évidemment être critiquée : l’IMA et son président se veulent des acteurs du débat démocratique dont le monde arabe, mais aussi la France, ont besoin ». Puis-je suggérer que, dans le cadre du programme de l’exposition, ces deux questions et d’autres puissent être débattues entre historiens compétents ?

Ce qui me navre le plus, en fin de compte, c’est le contre-sens que font nos amis de BDS. J’ai eu la chance de participer de participer, le 7 décembre, au concert de Neta Elkayam. La ferveur du public en disait long sur la nostalgie réciproque des uns et des autres : au bout de quelques minutes, juifs, Arabes et Berbères, grâce au talent de l’artiste et de ses musiciens, communiaient dans le même amour de leurs musiques, de leurs langues et – comme la chanteuse l’a joliment formulé – de leurs identités écrasées, y compris, a-t-elle dit, celle des Palestiniens. Si c’est là ce que la lettre ouverte appelle « normalisation », elle se trompe : cette communion représente en fait un véritable réquisitoire contre le sionisme. Par son caractère colonial, celui-ci a provoqué un double déracinement : celui des Palestiniens massivement expulsés de leur patrie spoliée, mais aussi celui des juifs arabes et berbères, chassés des terres qu’ils partageaient avec leurs compatriotes ou bien arrachés par l’Agence juive à cette communauté de destin millénaire.

Une dernière remarque, que je me suis permis de formuler amicalement à Omar Barghouti. Loin de changer de cap, le gouvernement Bennett accentue la politique de Netanyahou : il assassine chaque semaine des civils palestiniens [9], relance la colonisation de Jérusalem- et de la Cisjordanie, menace notamment Shaikh Jarrah et Silwan, menace 6 ONG palestiniennes de défense des droits humaines, sans parler de l’épée de Damoclès qu’une guerre contre l’Iran. Franchement, les rares œuvres d’art empruntées à un musée israélien constituent-elles une priorité ?

*****

[1] Exposition à l’IMA, 1, rue des Fossés Saint-Bernard, Place Mohammed V, jusqu’au 13 mars 2022. Catalogue Juifs d'Orient. Une histoire plurimillénaire, co-édition Gallimard/Institut du monde arabe, Paris, 2021.

[2] La dispute sur cette formule est absurde. L’expression « juifs d’Orient » permet de couvrir toutes les populations concernées, comme les juifs turcs ou iraniens, mais aussi berbères, que l’expression « juifs arabes » ignore.

[3] https://agencemediapalestine.fr/blog/2021/12/08/lettre-ouverte-a-linstitut-du-monde-arabe-de-paris-la-culture-est-le-sel-de-la-terre-et-nous-ne-permettrons-pas-quelle-soit-utilisee-pour-normaliser-loppression/

[4] https://agencemediapalestine.fr/blog/2021/12/03/lettre-ouverte-de-michele-sibony-a-neta-elkayam-ou-es-tu-neta/

[5] www.imarabe.org/fr/actualites/l-ima-au-jour-le-jour/2021/reponse-de-l-ima-a-la-lettre-ouverte-cosignee-par-le-collectif

[6] https://iremmo.org/rencontres/midis/les-opinions-arabes-au-miroir-dun-sondage-en-ligne/

[7] Cf. Liste des œuvres exposées, pp. 210-223 du catalogue.

[8] Haaretz, Tel-Aviv, 9 janvier 2004.

[9] Selon les statistiques du Bureau de coordination humanitaire des Nations unies pour le territoire palestinien occupé (OCHATP), tous les records ont été battus les onze premiers mois de 2021 : l’armée israélienne et les colons ont tué 322 Palestiniens (contre 30 en 2020) et en ont blessé 16 695 (contre 2 614 en 2020). Durant la même période, 13 Israéliens ont été tués et 882 ont été blessés.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
Dans le viseur de la HATVP, Caroline Cayeux quitte le gouvernement
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma