«Anti-mélenchoniste primaire ?»

Que ferait Sergio Vittorio/Serge Victor si je n'existais pas ? Une fois par an, il rédige un réquisitoire long comme un jour sans pain pour me clouer au pilori destiné aux "anti-mélenchonistes primaires". Avec une technique simple: opposer un texte de Jean-Luc Mélenchon à un autre. Et comme celui-ci varie... Après quoi il refuse de publier ma réponse !

"ANTI-MÉLENCHONISTE PRIMAIRE" ?

Cette fois, Sergio Vittorio me reproche de ne pas comprendre que Jean-Luc Mélenchon considère, comme une" alternative populaire" en Italie, le groupe Potere al popolo... qui a recueilli aux dernières législative à peine 1 % des voix. Soit notre révolutionnaire est stupide, soit il nous croit, moi et mes amis, stupides: Jean-Luc Mélenchon a sans doute quelques défauts, mais c'est indiscutablement un homme politique: il sait qu'une "alternative populaire" suppose de rassembler un peu plus de 1% des voix.

Pourquoi cette curieuse divagation ? Jean-Luc Mélenchon a rédigé le 29 mai sur son blog un texte ambigu sur la victoire des populistes italiens (voir ci-dessous) qui, une fois de plus, suggère entre les lignes une étrange perspective. Il est plus que temps de clarifier la stratégie de la France insoumise. Personnellement, je crois que ce mouvement a un rôle important à jouer dans la nécessaire relève du macronisme. Mais à condition qu'il travaille au rassemblement des forces progressistes, et pas à celui des forces populistes. Et qu'il accepte, contrairement à Sergio Vittorio, le débat démocratique. Staline est mort voici 65 ans, camarade !

Penser cela fait-il de moi un "anti-mélenchoniste primaire" ? Il se trouve que j'ai écrit, il y quelques jours, sur mon blog de Mediapart, une étude des enquêtes récentes de l'IFOP et d'IPSOS. J'y citais longuement un commentaire de Brice Teinturier récusant les accusations d'antisémitisme portées contre la France insoumise (https://blogs.mediapart.fr/…/antisemitisme-et-antisionisme-…):

"Brice Teinturier souligne en particulier que « les sympathisants de la France insoumise sont – on l'a vu à propos des stéréotypes antijuifs – ceux qui sont les moins poreux à ces stéréotypes. Mais ils sont les plus critiques à l'égard de la politique de l'État d'Israël. Et quand vous regardez les liens entre ces deux dimensions, ce qui est très clair – je parle bien des sympathisants, pas des dirigeants ou de certains dirigeants –, c'est qu'on ne peut pas dire que les sympathisants de la France insoumise, derrière une critique de l'État d'Israël dissimuleraient une critique des Juifs en général. Au contraire, ils clivent les choses, ils les séparent."

Ce texte a visiblement plu à Jean-Luc Mélenchon, qui l'a repris sur son blog (https://melenchon.fr/…/lantisemitisme-et-la-france-insoumi…/). Curieux, non ? JLM s'inspire d'un "antimélenchoniste primaire" ?

Comme disait Galilée, que Sergio Vittorio comprendrait s'il parlait italien, "Eppure si muove (1)"

D. V..

(1) "Et pourtant elle tourne"...

Pour mémoire: l'article de Jean-Luc Mélenchon

Berlin peine à former le gouvernement italien

  Mardi 29 mai 2018

Berlin peine à former le gouvernement italien

Crédits photo : Sandro Halank

La catastrophe est consommée en Italie. Un des pays fondateurs de l’Union européenne a reçu la foudre de la Commission européenne et de son maître berlinois. L’Union européenne a montré où était sa main de fer. Plutôt que de laisser nommer un ministre des Finances qui ne convenait pas à Berlin, le président de la République italienne a joué la terre brulée. Naturellement, comme face à le Grèce, les médias allemands et les responsables politiques de l’équipe Merkel se sont déchaînés. Libération a cité les déclarations spécialement outrageantes de Der Spiegel, le grand hebdomadaire de l’Allemagne officielle. Injures et déclarations insultantes pour les Italiens se sont multipliées Outre-Rhin. C’est une coutume de ce pays où le mépris pour l’Europe du sud est considéré comme honorable.

J’ai raconté dans mon livre Le hareng de Bismarck à quel point cette violence de la droite allemande fonctionnait sans retenue ni limite quand il s’agit des pays qu’ils nomment « le club Med ». Je sais que cette thèse indispose les joueurs de mandoline qui accompagnent de leur sirop émollient la légende du « couple franco-allemand ». Ceux-là retiennent à cette heure leurs couplets béats tant la grossièreté mainstream allemande les intimide. Les responsables français, tétanisés comme des lapins devant des phares, laissent se dérouler sans réplique les diarrhées verbales allemandes. Macron se tait. Macron se terre.

Mais on verra bien vite comment les bien-pensants reprendront bientôt le pilonnage de quiconque se risque à faire une critique de l’Allemagne. Tous ceux qui s’y sont risqués dans le passé l’ont payé de ce prix : Montebourg, Bartolone et combien d’autres à la moindre velléité ! Il en sera de même cette fois-ci. Toute la presse eurobéate va faire bloc pour critiquer les « populistes italiens », fermer les yeux sur les violences allemandes, encourager le parti du pire, c’est-à-dire celui de la normalisation de l’Italie aux diktats des Schaüble, Merkel et autres dominants allemands qu’on ne nommera bien sûr jamais de cette façon. Comme pour la Grèce et l’Espagne en leur temps.

En attendant, le lamentable président italien remplit son rôle avec cette bonne conscience rustique de tous les syndics de faillite. Il nomme un gestionnaire issu du FMI surnommé « Monsieur Ciseaux » dans cette institution. Tout est dit avec ce surnom. Quel argument ce président a-t-il pour procéder à un tel viol de la volonté populaire exprimée par le vote des Italiens ? « Le chef de l’État partageait les craintes d’une large partie de l’Europe face à un personnage affichant des convictions anti-allemandes », explique en manchette de sa une Le Figaro. En page intérieure, l’hebdomadaire détaille le « programme de rupture » qui a tout fait échouer. Et voilà ! Les Italiens ont choisi un programme inacceptable par les Berlinois.

Mais en cas de retour aux urnes, tous les observateurs concluent que ce sera un raz-de-marée pour les deux partis rebaptisés « antisystème ». C’est-à-dire une situation pire que celle que déplorent « la plupart des observateurs européens » cités par Le Figaro. Le président italien a invoqué, comme argument ultime, le risque que représente l’accroissement de l’écart entre le taux d’emprunt allemand et celui de l’Italie. On ne saurait mieux désigner la laisse qui tient tous les pays par la gorge. Comme au bon vieux temps du « serpent monétaire européen » où la valeur de la monnaie de chaque pays de l’Union européenne se fixait par rapport à celle des autres et donc de la plus forte. La monnaie unique montre en toute clarté à cet instant ce qu’elle est. Elle ne protège aucun pays. Elle les aligne tous sur la politique économique de l’Allemagne.

C’est de cette façon que notre pays a déjà été rincé dans les années 90. Après l’annexion de l’Allemagne de l’Est, sans aucune tendresse pour son partenaire dans le « couple franco-allemand », Berlin décida qu’un mark de l’est valait un mark de l’ouest. Pour le faire, sans en avoir discuté avec personne, le gouvernement de Kohl haussa ses taux d’intérêt au plus haut pour attirer les capitaux, financer cette folie et empêcher l’inflation. Seul Oskar Lafontaine s’y opposa, connaissant les conséquences sur les autres Européens de cette décision. En effet, la France dut s’aligner sans raison liée à son économie réelle. Elle fut contrainte de hausser ses taux pour éviter la fuite des capitaux et paya horriblement plus cher son argent courant. Il en coûta plus d’une centaine de milliards à l’économie française selon les analystes. Rien de neuf ! Mais alors à quoi sert l’Euro dans ce cas ? Juste à maintenir la « discipline » budgétaire ? Celle qui permet un euro fort et des salaires bas comme le demandent les retraités et capitalistes allemands qui ont besoin d’une monnaie forte pour augmenter leur pouvoir d’achat à l’import et se garantir des dividendes copieux pour payer leurs retraites par capitalisation ? Oui. Bien sûr.

La crise institutionnelle en Italie, la façon de la gérer du président italien, loin d’éloigner la fracture européenne de ce pays l’en rapproche. La seule et unique responsabilité de la situation vient des diktats de Bruxelles et de la brutalité des gouvernants allemands. Berlin peine à trouver des marionnettes convaincantes en Italie pour garantir sa domination. Pour l’heure, les vainqueurs de l’élection n’ont pas encore fait leur capitulation à la Tsípras. Je forme le vœu que l’alternative populaire en Italie soit tranchante et n’apparaisse d’aucune façon comme un renfort des « eurobéats » ni comme des hésitants ou des supplétifs de la bonne société italienne horrifiée par l’audace populaire en quête de souveraineté.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.