dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

136 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 avril 2021

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

A mes amis journalistes

Depuis une semaine, des centaines de jeunes fascistes du mouvement Lehava accompagnés par des policiers « ratonnent » à Jérusalem-Est au cri de « Mort aux Arabes ! ». Dans la plus totale impunité sur place. Et dans le quasi silence des grands médias internationaux, y compris chez nous. J’ai honte. Comme Français. Comme journaliste. Et comme juif.

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je travaille comme journaliste et comme historien sur le conflit israélo-palestinien depuis plus d’un demi-siècle.

J’ai assisté, comme vous, à bien des événements horribles.

Mais je n’avais jamais vécu un pogrom à Jérusalem.

Et vous ? Aviez-vous déjà vu des centaines de judéo-nazis tolérés voire aidés par des centaines de policiers « ratonner » dans Jerusalem-Est au cri de « Mort aux Arabes » ? L’accord entre le Premier ministre et les kahanistes a ouvert les vannes...

Illustration 1
Pogrom nocturne à Jérusalem, avril 2021

Le regretté Zeev Sternhell avait donc - hélas - raison d’écrire, il y a trois ans, dans Le Monde : « Il pousse en Israël un racisme proche du nazisme à ses débuts. »

On savait Netanyahou prêt à déclencher une guerre avec l’Iran pour sauver son « trône » et empêcher un accord Washington-Téhéran. Visiblement, il rêve aussi d’une Troisième Intifada pour imposer le gouvernement d’urgence nationale qu’il n’arrive pas à mettre en place.

Et voici ma question : pourquoi les grands médias pour lesquels vous travaillez ne traitent-ils pas - ou si peu - ces événements gravissimes en termes de droits humains comme en raison des dangers qu’ils recèlent pour tout le Proche-Orient ?

Pourquoi tout se passe comme si le fait d’être israélien autorisait à perpétrer des crimes impunis et « oubliés » par les grands moyens d’information.

Moi, j’ai honte. Comme Français. Comme journaliste. Et comme juif.

Confraternellement,

Dominique Vidal.

PS: Faut-il le préciser ? Ce silence médiatique alimente l'antisémitisme. Le « lobby » serait assez puissant pour faire taire les rédactions. Et s'il s'agissait avant tout d'auto-censure ? Inacceptable : que pèse le « confort » des professionnels face au pogrom de Jérusalem ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte