dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

124 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 avr. 2017

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

BATTRE MARINE LE PEN et nous épargner les arguments absurdes ou indignes

Chacun est évidemment libre de son vote. Le boycott des urnes, a fortiori l'abstention font partie d'une tradition contestataire légitime. À condition de ne pas les justifier par des arguments absurdes, voire indignes.

dominique vidal
Historien et journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, membre du Bureau de l'Iremmo, animateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que personne ne vibre d'enthousiasme à l'idée de devoir voter Macron pour barrer la route à Marine Le Pen, c'est évident. Inutile de se livrer à des procès que chacun - ou presque - partage : l'"homme nouveau" en question est aussi vieux que le capitalisme.

Plusieurs intervenants en rajoutent en expliquant que Macron égale Le Pen, car tous deux sont porteurs d'une politique économiquement et socialement libérale. C'est parfaitement exact, sauf qu'au libéralisme le Front national ajoute une conception autoritaire et liberticide de l'Etat, une xénophobie allant jusqu'à la priorité nationale et une islamophobie obsessionnelle. Blanc bonnet et bonnet blanc ?

Les jeunes issus de l'immigration sont la cible d'une opération de propagande du même genre, derrière laquelle on sent l'action de trolls russo-lepénistes. On y cogne à tout va sur Emmanuel Macron, qui a effectivement et scandaleusement déclaré la reconnaissance de l'Etat palestinien inutile. Et certains insistent - suivez mon regard - sur son passage à la Banque Rothschild. Mais nul ne rappelle que, comme tous ses homologues de l'extrême droite européenne, Marine Le Pen, contrairement à son père hier, soutient aujourd'hui à 100% la politique anti-palestinienne de Benyamin Netanyahou. Elle fait même des pieds et des mains pour être officiellement invitée en Israël, lors d'un voyage que son compagnon, Louis Aliot, est allé négocier sur place. Un jeune Arabe lepéniste m'a même écrit que Jean-Marie Le Pen et la torture, c'était "de l'histoire ancienne". Argument ou reniement ?

Autre argument discutable: contribuer à élire Emmanuel Macron en 2017, ce serait préparer la victoire de Marine Le Pen en 2022. Etrange logique, qui signifie qu'on préfère être atteint aujourd'hui du cancer plutôt que dans cinq ans ! Mais la solution, c'est de vaincre la maladie maintenant comme demain. Quelle conception désespérée d'un mouvement populaire incapable de reprendre l'offensive ! Au lieu de se résigner à la victoire de l'extrême droite, pourquoi ne pas travailler à la recomposition de la gauche politique, syndicales et associative, forts des acquis de Jean-Luc Mélenchon lors de cette élection ?

On me reproche aussi parfois de comparer la situation actuelle à celle des années 1920 et 1930. Ce serait évidemment absurde. Mais si le contexte diffère, certains discours y font irrésistiblement penser. Marine Le Pen aussi se veut "nationale" et "socialiste". La prétendue "dédiabolisation" du FN ne porte pas que sur le camouflage de ses traditions antisémites: elle comporte aussi l'enrobage populaire du programme pro-patronal de l'extrême droite. Autre parallèle: le sectarisme du Parti communiste KPD et du Parti social-démocrate SPD a largement contribué à la victoire d'Hitler. La guéguerre à gauche ne vient-elle pas de coûter à celle-ci sa place au second tour et donc de faciliter le succès de Le Pen ?

Une vieux travers du mouvement ouvrier l'amène à l'illusion selon laquelle pire serait la situation et meilleure sa capacité à combattre. L'histoire a amplement prouvé qu'il n'en est rien. Le retour au pouvoir de l'extrême droite, pour la première fois depuis Vichy, loin de déboucher sur un contexte favorable au mouvement social, créera au contraire les pires conditions pour une controffensive. Elle pourrait même porter au mouvement populaire un coup dont il ne se relèverait pas pendant des années, voire des décennies.

Que chacun fasse ce que sa conscience lui dicte. Et que le choix de chacun soit accepté sans polémique inutile. Personnellement, je voterai Macron parce que c'est, à mes yeux, le moyen le plus efficace de barrer la route aux néofascistes et à leurs complices.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac