Kalifat va-t-il se déshonorer ?

Francis Kalifat, le président du CRIF-Betar, a un point commun avec Jean-Marie Le Pen: il a un œil qui ne voit pas. De l’œil gauche, il dénonce l’antisémitisme, même la où il n’y en a pas. De l’œil droit, il a du mal à discerner les provocations anti-juives, même quand elles sautent au yeux. Ainsi observe-t-il l’omertà qui prévaut sur le grave dérapage de Gérald Darmanin.


Le président du CRIF-Betar dénonce l’antisémitisme, et à très juste titre. Souvent, emporté dans son élan, il dérape et diffame des intellectuels antiracistes, qui n’ont pas une once d’antisémitisme. Parmi eux, d’ailleurs, nombre de juifs, y compris membres de familles victimes de la Shoah. Ce qui est obscène : sur le mur du Mémorial - je me permets de le die puisqu’il s’en est pris nommément à moi dans un discours officiel lors d’une commémoration de la rafle du Vel d’Hiv - il y a 13 Sephiha (dans compter les Belges). Combien de Kalifat ?

70cb0805-1eb5-460d-b249-d801dc50cfa2

Or voilà que le ministre de l’Intérieur, dans une petite brochure, reprend à son compte les préjugés antisémites de Napoléon. À la page 27,  Darmanin explique  que l'Empereur voulait "régler les difficultés touchant à la présence de dizaines de milliers de Juifs en France". Et il ajoute (c'est Darmanin qui écrit, pas Bonaparte) : "CERTAINS D'ENTRE EUX PRATIQUAlENT L'USURE ET FAISAIENT NAÎTRE TROUBLES ET RÉCLAMATIONS."

Puis le ministre de l’Intérieur rappelle que "Napoléon choisit de réunir une assemblée de notables israélites (...) pour répondre à une série de questions censées résumer les problèmes d'intégration des Juifs à la nation française". Et de citer une de ses lettres à son ministre de l'Intérieur : "Notre but est de concilier la croyance des Juif avec les devoirs des Français et de les rendre citoyens utiles, ÉTANT RÉSOLU DE PORTER REMÈDE AU MAL AUQUEL BEAUCOUP D'ENTRE EUX SE LIVRENT AU DÉTRIMENT DE NOS SUJETS." 

Au lieu d'un commentaire critique sur cette phrase ouvertement antisémite, Darmanin s'en félicite en ajoutant : "UNE LUTTE POUR L'INTÉGRATION AVANT L'HEURE."

Faut-il rappeler que le même Darmanin avait récemment émis le souhait que les supermarchés ferment leurs rayons halal et casher... 

Vous croyez que Kalifat s’est insurgé ? Qu’il a écrit à Emmanuel Macron pour exiger le renvoi immédiat du ministre de l’Intérieur ? Eh bien non: depuis une semaine, il se tait. Et la newsletter du CRIF-Betar joue les autruches: cachez ce ministre antisémite que je ne saurais voir...

Ce n’est pas, il est vrai, le seul silence de Kalifat: on attend encore son commentaire sur l’entrée à la Knesset, grâce à un accord avec le Likoud, de 6 députés du Parti sioniste religieux, raciste et homophobe. Dont les héritiers du parti de Meir Kahane, interdit par la loi israélienne en 1984. Bref, comme disait Yeshayahou Leibowitz, des « judéo-nazis ». Ancien dirigeant du Betar, le président du CRIF connaît pourtant bien cette mouvance.

S’il ne s’exprimait pas sur ces deux sujets gravissimes, Francis Kalifat se déshonorerait.

D V.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.