dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, collaborateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2020

Jean Castex va-t-il violer le droit européen?

Le président du CRIF, Francis Kalifat, a rencontré le Premier ministre Jean Castex. Au-delà des manipulations habituelles, il aurait exigé et obtenu - selon la newsletter du Conseil - que le gouvernement maintienne la circulaire Alliot-Marie et considère toujours le boycott d'Israël comme illégal. Sauf que la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a condamné la France sur ce point.

dominique vidal
Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique", membre du Bureau de l'Iremmo, collaborateur bénévole de La Chance.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), a rencontré le Premier ministre Jean Castex. On lira ci-dessous le compte-rendu de leur échange par la newsletter de la communauté juive organisée.

À juste titre, Kalifat a attiré l’attention de Castex sur la multiplication des actes antisémites. Mais, comme à son habitude, il a isolé la haine des juifs des autres formes de racisme. Cette hiérarchisation ne peut évidemment qu’alimenter l’expression de l’antisémitisme - l’idée de défendre les seuls juifs contre une violence qui cible aussi d’autres catégories de Français conforte les préjugés dont les juifs sont victimes.

Or le président du CRIF le sait : les statistiques annuelles de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) confirment le développement de TOUTES les formes de racisme. Kalifat contourne la réalité des chiffres en affirmant que de nombreux juifs victimes d’insultes ou d’agressions ne portent pas plainte. C’est certainement le cas. Mais à qui fera-t-il croire que des personnes musulmanes, arabes, noires ou roms franchissent plus facilement la porte d’un commissariat, surtout en période de « bavures » policières racistes ?

Mais Kalifat ne s’est pas contenté de ces manipulations: il a aussi exercé des pressions indécentes pour que le Premier ministre viole le droit européen.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), on le sait, a rendu, le 11 juin dernier, à l'unanimité, un arrêt qualifiant le boycott de « droit citoyen ». Sur cette base, elle a considéré comme illégale la condamnation par la justice française de militants de la campagne Boycott-Désinvestissement-Sanction (BDS). Elle a même exigé que la France verse 100 000 euros de dommages et intérêts aux militants BDS de Colmar sanctionnés jusqu’en Cassation...

Voici le texte de son communiqué de presse, qui résume bien le fond de l'arrêt :

« Dans son arrêt, rendu ce jour dans l’affaire Baldassi et autres (...), la Cour européenne des droits de l’homme dit qu’il y a eu à la majorité, non-violation de l’article 7 (pas de peine sans loi) de la Convention européenne des droits de l’homme, et, à l’unanimité, violation de l’article 10 (liberté d’expression) de la Convention.

« Ces affaires concernent la plainte de militants de la cause palestinienne pour leur condamnation pénale pour incitation à la discrimination économique, en raison de leur participation à des actions appelant à boycotter les produits importés d’Israël dans le cadre de la campagne BDS “Boycott, Désinvestissement et Sanctions”.

« La Cour observe qu’en l’état de la jurisprudence à l’époque des faits, les requérants pouvaient savoir qu’ils risquaient d’être condamnés sur le fondement de l’article 24, alinéa 8, de la loi du 29 juillet 1881 en raison de l’appel à boycott des produits importés d’Israël. La Cour constate que les actions et les propos reprochés aux requérants relevaient de l’expression politique et militante et concernaient un sujet d’intérêt général.

« La Cour a souligné à de nombreuses reprises que l’article 10 § 2 ne laisse guère de place pour des restrictions à la liberté d’expression dans le domaine du discours politique ou de questions d’intérêt général. Par nature, le discours politique est souvent virulent et source de polémiques. Il n’en demeure pas moins d’intérêt public, sauf s’il dégénère en un appel à la violence, à la haine ou à l’intolérance.

« La Cour considère que la condamnation des requérants n’a pas reposé pas sur des motifs pertinents et suffisants. Elle n’est pas convaincue que le juge interne ait appliqué des règles conformes aux principes consacrés à l’article 10 et se soit fondé sur une appréciation acceptable des faits. »

Or la CEDH vient, le 16 septembre, de rendre cet arrêt définitif. Car le gouvernement français n’a pas exercé de recours auprès de sa Chambre d’appel. Cela n’a pas empêché Kalifat d’exiger de Castex qu’il réaffirme la validité de la circulaire Alliot-Marie appelant les parquets à porter plainte contre les actions BDS. Et il a obtenu de lui cette violation du droit européen !

On sait que Prades est loin de Strasbourg. Mais Jean Castex ne peut ignorer que la CEDH est la juridiction la plus élevée d’Europe. En ignorant et a fortiori en violant son arr^t, la France se retrouverait aux côtés des régimes populistes de Biélorussie, de Hongrie ou de Pologne dans la violation du droit et des libertés. N'est-ce pas Emmanuel Macron qui se présentait comme le champion de la lutte contre les « illibéraux » ?

Il est vrai que Benyamin Netanyahou s’entend fort bien avec ces dirigeants, malgré leur négationnisme et leur antisémitisme. Et que Francis Kalifat n’a JAMAIS réprouvé ces alliances contre nature. La boucle est bouclée.

D. V.

http://www.crif.org/fr/actualites/crif-le-premier-ministre-jean-castex-recoit-francis-kalifat?fbclid=IwAR0-3KPSsSCiwLHE5GpSwCQeXsUVWAJTKCG7GcTR5-ymDdqKeZ_Sjy1Ilwo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau