mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 1 mai 2016 1/5/2016 Édition du matin

Jeu dangereux pour François Hollande

1) Au-delà des déclarations d'amitié du candidat socialiste pour Israël, l'article du CRIF n'indique rien sur les principes de la politique proche-orientale de la France que François Hollande, s'il devient président de la République, entend développer. Qui est responsable, selon lui, de l'impasse persistante du "processus de paix" ? Condamne-t-il la colonisation accélérée de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est ? La France reconnaîtra-t-elle l'État de Palestine et œuvrera-t-elle à son admission comme membre à part entière des Nations unies, comme le prévoit pourtant son engagement n°59 ?

Une forte délégation du CRIF conduite par le président Richard Prasquier a été reçue le 25 janvier 2012 au Q.G. de campagne du candidat socialiste à l’élection présidentielle, avenue de Ségur dans le 7ème arrondissement de Paris.

 Richard Prasquier a rappelé que le CRIF est très attaché à la laïcité comme à la loi de 1905 et qu’il n’est pas favorable à l’idée d’Eva Joly d’un jour férié national pour le Yom Kippour. Pour ce qui est de l’antisémitisme, si, globalement, on ne constate pas d’augmentation des actes par rapport à l’an passé, il convient de souligner une multiplication par dix en douze ans.

À propos de l’école juive, François Hollande a assuré que la loi Debré ne serait pas remise en question. Et, pour ce qui est de la violence, il se prononce pour la formation d’éducateurs spécialisés dans la prévention.

Le président du CRIF était accompagné de Haïm Musicant, directeur général, d’Ariel Goldmann et Meyer Habib, vice-présidents, de Francis Kalifat, trésorier, de Roger Benarrosh, vice-président honoraire, de Nathalie Cohen-Beizerman, Jean-Pierre Allali, Yonathan Arfi, Arié Bensemhoun, Marc Zerbib, membres du bureau exécutif et d’Ariel Amar, conseiller du président.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Cambadélis et les autres sionistes extrémistes du Cercle Léon Blum, devraient relayer les appels explicites de Human Rights Watch et d'Amnesty International, mais je n'ai aucune confiance en l'honnêteté de ces proches de Dominique Strauss-Kahn.

Rapport de Human Rights Watch:

Ce rapport décrit l'exclusion arbitraire par l'armée israélienne de centaines de milliers de Palestiniens depuis 1967 et l'impact que l'exclusion continue d'avoir sur les individus et les familles. Israël a exercé de manière militaire son contrôle sur le registre de la population palestinienne - la liste des Palestiniens qu'elle considère être des résidents légaux de la Cisjordanie et les territoires de Gaza - et a séparé des familles, amené les gens à perdre des emplois et des possibilités d'éducation, et empêché certains d'entrer les territoires palestiniens, tandis que d'autres ont été pris au piège à l'intérieur.

http://www.hrw.org/reports/2012/02/05/forget-about-him-he-s-not-here-0

 

 

Amnesty lance un appel concernant le président du parlement palestinien et 20 autres parlementaires palestiniens enlevés par Israël et détenus sans jugement et sans possibilité de se défendre:

http://www.amnesty.org/fr/library/asset/MDE15/002/2012/fr/8954944b-4036-401b-8632-f5607484bf89/mde150022012fr.html

 

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

dominique vidal

Historien et journaliste, spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient, collaborateur du "Monde diplomatique"

Le blog

suivi par 27 abonnés

Le blog de dominique vidal