Le cynisme chez Axa : une marque de fabrique !

Axa vient d'être condamnée pour avoir refusé d’indemniser la perte d’exploitation du restaurateur Stéphane Manigold durant le confinement . Se réfugiant derrière des arguties et des nuances ténues du contrat , Axa entend ne pas céder . rien de nouveau au pays du cynisme roi ! Hubris quand tu nous tiens !!!!

Le cynisme chez Axa c'est une marque de fabrique !

Axa , la compagnie d'assurance dirigée jusqu'en 2008 par Claude Bébéar vient d'être condamnée pour avoir refusé d’indemniser la perte d’exploitation du restaurateur Stéphane Manigold durant le confinement . Axa France « prend acte de la décision du juge » et rappelle que « le désaccord sur l’interprétation de la clause perte d’exploitation du contrat de Monsieur Manigold persiste, et fera l’objet d’un débat sur le fond qui n’a pas pu avoir lieu devant le juge des référés. Nous considérons en effet que les pertes résultant de l’interdiction d’accueillir du public ne sont pas garanties par le contrat .  Alors que ses établissements sont fermés depuis l'arrêté du 14 mars 2020, le restaurateur avait décidé d’assigner Axa France mi-avril devant le tribunal de commerce de Paris.

« Axa se soustrait à ses obligations en refusant d’exécuter la garantie contractuelle couvrant l’indemnisation au titre de mes pertes d’exploitation alors qu’aucune exclusion ne s’applique », avait-il expliqué.

Pour le restaurateur, la distinction entre une mesure de fermeture prise « par les services de police ou d’hygiène ou de sécurité » et « par le ministre des solidarités et de la santé » pour justifier le fait qu’il ne s’agirait pas d’une fermeture administrative « telle que visée (au) contrat » ne tient pas « devant une juridiction ».

L'attitude  de Axa est scandaleuse et pour tout dire indéfendable, mais cela ne gène pas cette compagnie qui s'était déjà illustrée par son cynisme ; en 1988 Claude Bébéar fut sacré PDG de l'année . L'ensemble de la communauté MEDEF , CAC 40 et compagnie l'encensait par les résultats  mirifiques qu'il avait obtenus . Le Canard Enchaîné informait ses lecteurs que pour cette année là, la totalité des stock option  disponible pour l'entreprise avait été distribuée à .... Claude Bébéar .

VOICI la présentation des valeurs de Axa sur le site  de l'entreprise

Nos valeurs nous rassemblent

Elles guident nos actes et nos décisions

Customer First

La satisfaction de nos clients est le fondement de nos réflexions et de chacune de nos actions. Nous répondons à leurs besoins d'aujourd'hui et anticipons ceux de demain pour toujours leur offrir les meilleurs conseils, produits et services.

Intégrité

Nos décisions et actions sont guidées par notre intégrité (respect de la parole donnée, sincérité, honnêteté, respect des personnes…) au cœur de la confiance que nous bâtissons avec nos clients, collaborateurs et partenaires.

Courage

Nous avons à cœur d'exprimer notre point de vue et agissons pour changer et faire avancer les choses. Nous repoussons les limites du possible, en étant audacieux, pour innover et trouver de nouvelles façons de faire notre métier.

One AXA

Collaborer et agir comme une seule équipe nous rend plus forts. Nous sommes fiers d'être un collectif d'hommes et de femmes, enrichis de leurs différences, unis par des objectifs communs.

Nos employés partagent la manière dont ils vivent ces valeurs au quotidien

Donc les employés partagent les valeurs mais pas les stock option !

et les clients peuvent être rassurés et confiants sur l'intégrité de leur compagnie d'assurance !!...

C'est compris Monsieur Manigold ? vous pouvez etre tranquille  car  Axa "à cœur d'exprimer notre point de vue et agissons pour changer et faire avancer les choses. Nous repoussons les limites du possible, en étant audacieux, pour innover et trouver de nouvelles façons de faire notre métier"

Voila a nouvel exemple emblématique de l'hubris dont les  dirigeants peuvent faire preuve. Ce faisant ils sont peut être en train de se brûler les ailes  car qui va faire confiance à Axa  dorénavant ? 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.