Dos_Santos
Anthropologue, "Centro Interdisciplinar de História, Culturas e Sociedades" (CIDEHUS), Univ. Evora
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mai 2021

Vu du Portugal: "commémorer" Napoléon? "Gloire" des armées napoléoniennes?

Je me souviens de l'étonnement, mêlé d'un sentiment de scandale, qui accueillait mon propos, lorsque, en visite au Musée Napoléon de l'É. S. M. de Saint-Cyr, j'ai évoqué les crimes de guerre des armées françaises, destructions, violations, meurtres, pillages... dont ceux des biens du patrimoine artistique portugais, qui reposent dans les réserves du Louvre...

Dos_Santos
Anthropologue, "Centro Interdisciplinar de História, Culturas e Sociedades" (CIDEHUS), Univ. Evora
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"

Interview de l'historienne Maria Antónia Lopes in "Diário de Notícias", le 4 mai 2021

Question: "Des trois invasions ordonnées par Napoléon au Portugal, la troisième, en 1810-1811, commandée par le maréchal Massena, est considérée comme la plus terrible pour les Portugais. Qu'est-ce qui la distingue des précédentes ?
C'est, sans aucun doute, la plus terrible en raison du nombre de meurtres, de viols et de mauvais traitements infligés à la population civile, de la destruction des champs agricoles et des villages, du pillage systématique des villes et des villages et de la fuite panique des foules. Qu'est-ce qui le distingue ? La politique de la terre brûlée ordonnée par les Anglais : évacuation totale des agglomérations avec destruction des cultures, des moulins et de tout ce qui ne pouvait être transporté, pour battre les envahisseurs par la famine. Imaginez maintenant la violence d'une armée affamée, qui s'empare de tout ce qu'elle peut et poursuit les paysans qu'elle trouve pour leur faire révéler où ils ont caché la nourriture. Un médecin de Leiria évoque "l'effroyable tableau qui s'offrait à moi lorsque je revenais sur ce territoire malheureux : des villages déserts, tout le territoire inculte, une solitude étonnante, ni quadrupèdes ni volatiles n'apparaissant, des maisons brûlées ou détruites, des immondices entassées, une vie agonisante, des squelettes ambulants formaient un spectacle étrange, épouvantable et mortifiant". L'épidémie a suivi et les prix des denrées alimentaires sont montés en flèche. Ce n'est que très lentement que la situation est revenue à la normale. Jamais plus la population civile portugaise n'a souffert de cette manière. C'est pourquoi les invasions [françaises] persistent dans la mémoire populaire. J'ai grandi [dans le nord de Beira Alta] en entendant des histoires sur "les Français". L'ampleur de la tragédie qui s'est déroulée dans toute la région centrale n'a pas été correctement mise en évidence par l'historiographie." (...)

Au début de l'année 1811, la ville [de Coimbra] connaît un scénario dantesque. Les habitants de Miranda do Corvo, de Lousã et des régions voisines jusqu'à la rivière Alva ont été contraints de se retirer au nord du Mondego et se sont précipités vers Coimbra. Les dirigeants de la Misericórdia [Secours Catholique] ont inscrit dans le procès-verbal qu'il s'agissait d'"une calamité incomparable, dont il n'existe aucun souvenir dans les siècles passés". En décembre 1811, le précepteur du diocèse de Coimbra déclare que la misère est générale car dans "290 paroisses, on ne comptera que 26 où l'ennemi n'est pas entré". Selon ses calculs, 3 000 personnes sont mortes aux mains des soldats et, en raison de l'épidémie qui a suivi, au moins 35 000 habitants du diocèse seraient morts. Le nombre de morts est sous-estimé. J'ai compté 3305 civils tués, les femmes représentant presque 30%, et les sources sont incomplètes. Le nombre de décès dus à la maladie n'a pas non plus été gonflé. À Figueira da Foz, où aucun meurtre n'a été commis car les envahisseurs n'y sont pas passés, quelque 4 000 personnes, habitants du lieu et réfugiés, auront succombé à l'épidémie. Toutefois, à en juger par la répartition des aides en 1811, la dévastation était bien plus grande dans les districts actuels de Guarda, Leiria, Santarém et Castelo Branco. L'affaire doit faire l'objet d'une enquête plus approfondie." [je souligne]. JRdS

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère de la population
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de l’île antillaise, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue la Guadeloupe, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI