Sous le signe de la perfidie, un "débat" pour rien

De la lettre, il se dégage une certitude: il y a bien, au contraire de ce qu'il prétend, des "questions tabou" et il aura surtout des réponses tabou. Une de ses formules, fruit de la haute ingénierie de la "com" montre bien quel esprit perfide a guidé sa fabrication. Il s'agit de fiscalité. Quelle "question" Macron fait-il semblant de poser? "Quels impôts faut-il à vos yeux BAISSER en priorité?",

Je retiens seulement une de ses formules alambiquées, fruit de la haute ingénierie de la "com" , pur produit de la machine de propagande, qui montre bien quel esprit perfide a guidé sa fabrication.
Il s'agit de fiscalité. Quelle "question" Macron fait-il semblant de poser? La voici: "Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité?",
Ainsi, de ce que demandent de façon claire et nette les Gilets Jaunes - la justice fiscale - il ne retient que le choix des impôts qu'il faudrait baisser. Dans l'optique ultra-libérale qui le rend si proche de Trump, la seule hypothèse c'est de baisser les impôts: choisissez ceux que vous voulez, je vous suivrai: car je suis favorable (dans les principes) à la baisse de tous les impôts et à moins d'état.
Mais cela a des conséquences: vous préférez moins d'impôts? vous devrez choisir quels services publics il faut réduire ou carrément supprimer: vous aurez ce pour quoi vous aurez payé, pas plus. Et il l'écrit, avec une effronterie obscène: "Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité?"
Perfide, la question, comme toute la lettre. En effet, il est facile de reformuler la première question de façon neutre: "Quelle réforme de la fiscalité voulez-vous? Quels impôts doivent baisser et quels sont ceux qui doivent être augmentés?"
La raison du tarabiscotage de la question fiscale est évident: les gens ont à chaque fois réaffirmé qu'ils sont prêts à payer des impôts, mais à condition que l'effort fiscal soit réparti de façon juste. Augmenter des impôts: restaurer l'ISF, supprimer le CICE, taxer les grandes entreprises, restaurer un impôt progressif sur les profits financiers (dividendes et autres); en face, baisser des impôts: supprimer la hausse de la CSG; la rendre progressive (et on pas "flat", égale pour tous les niveaux de revenus); ré-indexer les retraites sur l'inflation; baisser la TVA sur les produits de première nécessité... Abandonner la réforme des retraites (qui les pénaliserait, selon son projet dans les tuyaux); etc.
Et bien sûr, maintenir et mieux financer les services publics, qu'il est vraiment indécent de faire semblant de croire que les Gilets Jaunes sont prêts à y renoncer pour... payer moins d'impôts...
Quelle perfidie! Quel mépris de l'intelligence des gens du commun!
Qui pense-t-il duper avec cette grossière manipulation?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.