Il faut contrôler (strictement) les chômeurs ?

Les gouvernements successifs ne cessent de désigner les chômeurs comme des tricheurs et des profiteurs, réclamant toujours plus de contrôles et de punitions pour "la triche". À force, l'opinion ne finirait-elle pas par les croire?

Les chiffres dus chômage sont parmi les plus controversées des statistiques économiques et sociales.

Entre les 2,8 millions de l'INSEE, 3,5M du BIT et les 6,2M de "Pôle emploi", chacun choisit le chiffre qui convient à sa rhétorique. Mais la culpabilisation des chômeurs quant à leur situation est particulièrement obscène, si on pose l'exigence de base suivante:

"Montrez-nous de façon précise et fondée où se trouvent les 6,2M ou les 3,5M ou même les 2,8M d'emplois non pourvus", c'est-à-dire ceux que les chômeurs pourraient immédiatement remplir, s'ils n'étaient des feignants (E.M.)! La réponse est claire: ils n'y sont pas!

Le chômage ne fait pas vivre aux frais de la princesse, le chômage tue:

"Selon une étude de la revue International Archives of Occupational and Environmental Health, la mortalité des chômeurs est trois fois supérieure à celle des travailleurs, ce qui représente 14 000 morts par an en France47. Cette surmortalité s'explique par des conditions sociales et de santé qui poussent au suicide et provoquent des maladies cardio-vasculaires (risques plus élevés de 80 %). Le chercheur à l'INSERM Pierre Meneton a fait une longue étude48 déterminant environ 14 000 décès dus au chômage." (Wikipedia).

Je ressens en tant que citoyen une profonde nausée face à la démagogie anti-chômeurs. 

Il se peut que je ne sois pas le seul.

Addenda:

"En fait, 111.000 postes n’ont pas été pourvus en 2015, faute de candidats et encore, la moitié de ces postes étaient des CDD de moins de six mois. Donc emploi durable, en CDI, c,est environ 50.000 offres non pourvues faute de candidats. Il faut extrapoler parce Pôle Emploi ne gère que 40% des offres environ. La fourchette la plus honnête, et celle qu’on doit retenir, c’est 150 à 250.000 offres d’emplois non pourvues chaque année, faute de candidats et la moitié seulement en CDI." (Europe1). (Je souligne).

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.