Dr BB
Pédopsychiatre en CMPP
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2022

Appel à témoignage : « Urgence de repenser l'enfance en souffrance »

Dans le cadre des assises citoyennes du soin psychique, qui auront lieu les 11 et 12 mars, nous souhaitons recueillir spécifiquement le témoignage des usagers et professionnels intervenant dans le champ de l'enfance, de façon à préparer l'atelier dévolu à la souffrance psychique infantile. Merci de bien vouloir répondre aux quelques questions ouvertes formulées à la suite de ce texte.

Dr BB
Pédopsychiatre en CMPP
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l'initiative de l'Appel des appels, du collectif des 39 et du Printemps de la psychiatrie, les « Assises Citoyennes du Soin Psychique » se tiendront à la Bourse du Travail de Paris les 11 et 12 mars 2022 et proposeront un atelier dévolu à l’enfance et l'adolescence en souffrance.


De fait, il est indéniablement constaté une mise à mal de tous les lieux et dispositifs impliqués dans la prise en charge des enfants, à la fois dans le domaine du soin, mais aussi dans les champs scolaires, éducatifs, médicaux, du médico-social, de la justice, de la protection, etc.


De plus en plus, les impératifs éthiques d’accueil, de présence et d’engagement se trouvent démentis au profit de mots d’ordre économiques de réduction des dépenses publiques et de slogans idéologiques, favorisant l’apparition de dispositifs « innovants », hors-sol et plateformisés, sous-tendus par une logique de tri et d’exclusion.


Délais interminables pour obtenir une première consultation…
Prises en charges clairsemées, dont l’efficacité est parfois difficile à saisir…
Sentiment d’être mis à l’écart ou jugé en tant que famille…
Adolescents hospitalisés en services adultes, souvent isolés, parfois attachés…
« Inclusion » scolaire de façade s’interrompant dès que l’enfant manifeste trop bruyamment ses particularités…
Enseignants en souffrance, en arrêt de travail, en burn out …
MDPH notifiant des solutions inexistantes…
Parcours du combattant pour trouver un lieu adapté…
Places très peu nombreuses…
Lieux parfois infantilisants et contrôlants, tout en affichant de paradoxales injonctions à l’autonomie...
Enfants en attente de placement, de familles d’accueil, de soins, subissant des maltraitances dans les lieux censés les protéger, abandonnés dès leurs 18 ans ou 21ans…
Pénurie de matériel, de personnel, lieux de proximité fermés, financement au rendement…


Nous, professionnels de différents horizons, usagers de la psychiatrie et du médico-social, familles, citoyens, sommes nombreux à souffrir de ce genre d’expérience au contact des services de soin, de la pédopsychiatrie, de l’école, de la protection de l’enfance. Les services publics dédiés à l’enfance sont, par endroits, devenus bien indésirables et difficiles à défendre.

Nous n’avons pas le pouvoir de renverser rapidement les politiques successives de privatisation et de paupérisation qui ont mené à cela.
En revanche, nous pouvons tenter d’agir localement, ensemble, dans les lieux et services proches de nous, pour les rendre accueillants et désirables pour tous. Cela, pour certains d’entre nous, nous l’avons expérimenté aussi, avec bonheur.
Concrètement, comment faire des lieux proches de nous des territoires de pratiques en lutte, contre le tri et la hiérarchisation des êtres humains, contre le validisme, pour un accueil et un soutien de chaque personne telle qu’elle est ?

Pour cet atelier, « Urgence de repenser l'enfance en souffrance » , il parait donc essentiel d’en revenir aux enjeux concrets rencontrés sur le terrain des pratiques. Dans cette optique, le témoignage, le récit, le partage, constituent déjà des éléments de résistance face aux distorsions du réel et à l’imposition d’un discours managérial ubiquitaire. Commençons par raconter, faire vivre, rappeler, dénoncer, contester, s’indigner, se révolter, ensemble, dans l’écoute des particularités et des éprouvés.
Il semble également primordial de faire émerger des aspirations, des élans et des espérances. Notre rencontre, citoyenne et plurielle, se donne pour objectif de bâtir des (contre)-propositions, de définir des actions communes, de relancer des luttes collectives, pas seulement en opposition, mais aussi à travers l’affirmation d’alternatives et de revendications concrètes, basées sur l’expérience des uns et des autres.


En tant que professionnels, acteurs, citoyens, familles, usagers, enfants ou adolescents, impliqués par la question du mal-être infantile, nous nous permettons ainsi de vous solliciter afin de recueillir vos témoignages, doléances, inquiétudes, colères, revendications, propositions, rêves, affirmations, visions, etc. Car, au-delà du mépris contemporain de l’enfance, c’est à travers les mots et les narrations individuelles et collectives que nous puisons l’espoir de ressortir de cet atelier avec des perspectives de transformation.


Merci d’avance de vos réponses libres aux quelques questions en suite du texte, qui s’adressent à toute personne ayant ou ayant eu, directement ou indirectement, affaire aux services dédiés à l’enfance et à l’adolescence : pédopsychiatrie, médico-social, inclusion scolaire, suivis éducatif ou rééducatifs, protection de l’enfance, justice des enfants, etc.

Les réponses peuvent être envoyées à l’adresse mail suivante : assises.soins.enfance@gmail.com

Par ailleurs, n'hésitez pas à nous faire part de vos remarques, propositions, ou expériences, ainsi qu'à diffuser cet appel à d'autres professionnels et/ ou usagers susceptibles d'être intéressés

L'équipe de coordination de l'atelier "Enfance en Souffrance

Appel à témoignage « Enfance en souffrance »


Questions aux enfants ayant eu affaire aux services dédiés à l’enfance et à l’adolescence


1- Qu’est-ce qui a pu être compliqué à l’école ou dans les lieux où des personnes étaient là pour t'apporter de l’aide ?


2- A partir de tes expériences, as-tu des propositions à formuler ? Est-ce que tu aurais des idées pour mieux soutenir les enfants et adolescents qui ont besoin d'être particulièrement aidés ?


3- En mars, il y aura une grande réunion pour mettre en commun les témoignages des enfants, adolescents, adultes sur les aides apportées aux enfants qui en ont particulièrement besoin. Qu'est-ce que tu aimerais que cela t'apporte ?


4- Expression libre


Questions aux usagers : adolescents, sœurs, frères, parents, famille, adultes ayant eu affaire aux services dédiés à l’enfance et à l’adolescence : pédopsychiatre, médico-social, inclusion scolaire, suivis éducatif ou rééducatifs, protection de l’enfance, justice des enfants.


1- Étant directement concerné.e par les enjeux du mal-être infantile, pouvez-vous témoigner des difficultés rencontrées dans votre parcours ?


2- Comment vivez-vous ou comment avez-vous vécu des expériences de soin psychique et / ou pédopsychiatrique et / ou de dispositifs d’inclusion, en tant que principal.e concerné.e ou témoin ?


3- Quel regard portez-vous sur la situation actuelle et sur les réformes en cours dans le champ de l’enfance ?


4- A partir de vos expériences, avez-vous des revendications et des propositions concrètes à partager ? Quelles seraient, d’après vous, les priorités à soutenir afin d'aider réellement les enfants et adolescents ayant besoin d’être spécifiquement soutenus ? Souhaiteriez-vous évoquer des moyens d’action concrets à mettre en œuvre ?


5- Quelles pourraient-être vos attentes par rapport aux « Assises Citoyennes du Soin Psychique » en ce qui concerne l’enfance en souffrance ?


6- Commentaires libres

Questions aux professionnels travaillant dans un champ dédié à l'enfance et à l'adolescence : pédopsychiatrie, médico-social, inclusion scolaire, suivis éducatif ou rééducatifs, protection de l’enfance, justice des enfants.


1- Quelles difficultés rencontrez-vous dans vos pratiques professionnelles avec les enfants ?


2- Comment vivez-vous ou comment avez-vous vécu des expériences de soin psychique et/ou pédopsychiatrique et / ou de dispositifs d’inclusion, en tant que professionnel.les ?


3- Quel regard portez-vous sur la situation actuelle et sur les réformes en cours dans le champ de l’enfance ?


4- A partir de vos expériences, avez-vous des revendications et des propositions concrètes à partager ? Quelles seraient, d’après vous, les priorités à soutenir afin d'aider réellement les enfants et adolescents ayant besoin d’être spécifiquement soutenus ? Souhaiteriez-vous évoquer des moyens d’action concrets à mettre en œuvre ?


5- Quelles pourraient-être vos attentes par rapport aux « Assises Citoyennes du Soin Psychique » en ce qui concerne l’enfance en souffrance ?


6- Commentaires libres

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis