Chères équipes...

Les équipe soignantes se déconfinent et se retrouvent. Le tissu institutionnel se réanime, lentement. Plus que jamais, il convient de porter ce qui nous rassemble et donne sens à nos engagements collectifs. Plus que jamais, il faut soutenir la dimension collective de nos interventions et défendre le Soin. Chères équipes, je vous aime!

Chères équipes,

C’est une année bien particulière que nous avons traversée ensemble…Alors que la coupure estivale approche, nous commençons à peine à nous rassembler. Mais quel bonheur de nous retrouver à nouveau réunis, de nous entendre, de nous voir, de nous émouvoir…
Longtemps, nos liens se sont comme évaporés ou, en tout cas, se sont fragmentés : des bribes de voix, des visages flottants sur des écrans, des initiales de couleur…Des masques, de la distance. La crainte de l’oubli et du repli.
Et voilà, à nouveau, on peut se prendre la tête, débattre, gueuler, élaborer. A nouveau nous pouvons partager des émois et des inquiétudes, exprimer des frustrations et des espoirs. A nouveau nous pouvons résister ensemble, s’opposer et faire corps, quand il s’agit de défendre nos pratiques, nos patients et le sens de nos interventions ; le Soin. ça y est, le théâtre institutionnel est reparti, avec ses mises en scènes, ses dramaturgies, ses rôles et ses envolées ; avec ses zones d’obscurité…
Tout cela parait inestimable, car on en mesure la fragilité, encore plus dorénavant…. En quelques semaines, ces évidences se sont effritées. Nous avons très rapidement perdu des habitudes, ainsi que tous les petits rituels invisibles qui tissent une appartenance collective.
Mais nous nous retrouvons, prêts à faire face pour protéger nos communs.

L’enfer, c’est les autres, oui, parfois…Mais le collectif, c’est aussi le sens, l’espoir, l’envie. Être ensemble, cela peut gratter, irriter, écorcher On est parfois dans le dur, et on peut éprouver de grands moments de solitude. Mais il y a l’intensité des moments partagés, des fragments de vécus. Des éclats de rire, des coups de blues, des insurrections silencieuses, de la colère affirmée.

Une équipe, ce sont des départs, des deuils et des dépits. Des délaissements. Des accueils. Des cicatrices. Ce sont, parfois, des rancunes et des malentendus, des injustices et des maladresses. De l’ingratitude, et de la reconnaissance. Des accusations et des encouragements… Ce sont, aussi, de petites lâchetés et des compromissions, c’est vrai….
Mais, l’équipe c’est aussi ce qui nous tient, ce qui nous anime, ce qui nous dépasse. Des histoires qui s’entremêlent, des expériences qui se croisent, des sensibilités qui se caressent. L’équipe, c’est la sève, le conflit, le savoir-faire. L’équipe, c’est l’entraide, le partage et la solidarité. L’équipe ce sont les connivences et les complicités, les luttes et les courages.
Des confidences et des silences. Des secrets.
Des vieux cons, et des jeunes cons. De vieilles sagesses et de juvéniles enthousiasmes, et réciproquement, et ensemble. En équipe, on peut être un fieffé abruti et un clinicien averti, parfois en même temps…On peut se planter, et avoir raison, sur un autre plan. La parole la plus frêle est souvent la plus juste.

L’équipe, ça fout en rogne, et ça illumine.
Là, nous ne sommes pas un simple alignement sériel, un empilement ; là nous construisons, nous nous interposons, nous affirmons, nous refusons, nous nous dressons, nous créons, nous soutenons, nous imaginons, nous subissons et nous nous relevons….
Il y a les instants chagrins, et les fiertés communes. Il y a les craintes et les déterminations.

L’équipe, c’est toi, c’est vous, c’est eux, c’est moi, c’est nous, avec ce qui nous rassemble : soigner, porter, vibrer, tenir. Le désir de bien travailler, de soutenir des idéaux et d’apporter notre contribution collective, avec humilité, détermination et conviction.
Équipe, tu me prends parfois le chou, et je te le rends bien..
Équipe, combien de fois tu m’as insupporté ; et pourtant, quel vide, quel manque, quand tu n’es plus là…
On tâtonne, on expérimente, on recule.
On trace, on refuse, on revendique.
On affirme, on décide, on s’insinue.
Avec élan
Avec ferveur
Avec gravité

En équipe, notre responsabilité commune s’impose.
En équipe, nous devons déployer tous nos moyens et nos investissements

En équipe, c’est la parole qui circule, les affects, les liens…
En équipe, ce sont des sujets singuliers que nous rencontrons, des histoires, des drames et des espoirs.

Des trajectoires, et non pas des cas ou des diagnostics...
En équipe, nous pouvons faire face aux traumatismes, aux injustices, aux scandales, imposer l'hospitalité inconditionnelle
Nos mots tissent, et nous luttons contre les haines, les rejets, les fatalités
Nos mains pensent et accueillent
Les doutes, les douleurs, les négligences ne s’oublient pas ; car on peut les affronter, ensemble.

Non, nous ne sommes pas des prestataires de service appliquant des protocoles à la chaîne ; nous ne sommes pas des rouages ni des automatismes

Nous rencontrons, avec tact, avec bienveillance, avec attention, avec rigueur, à plusieurs

Éducatrices, psychomotriciens, assistantes sociales, orthophonistes, psychologues, secrétaires, médecins, administratifs...Et tous nos partenaires, et toutes les familles qui nous font confiance, par-delà les ressentiments et les acrimonies..

Non, nous ne sommes pas un organigramme, un réseau de professionnels interchangeables.
Nous ne sommes pas une somme d'experts.
Nous sommes des individualités, et plus que cela. Nous sommes un groupe, une dynamique collective. Des transmissions. Nous sommes de la durée, des racines et des protubérances.
Nous sommes vivaces, nous sommes extensifs, nous sommes vivants!

Nous sommes là et nous tiendrons bon!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.