E. López
Journalisme indépendant dans les Amériques
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 sept. 2020

Des stérilisations massives de femmes migrantes sont dénoncées aux États-Unis

Des groupes de défense juridique ont déposé une plainte ce lundi contre l'Agence de Police douanière et de contrôle des frontières des États-Unis (United States Immigration and Customs Enforcement, ICE). Ils dénoncent non seulement la négligence de l'agence face à la propagation du COVID-19 dans ses installations, mais également le recours massif à la stérilisation des femmes migrantes détenues.

E. López
Journalisme indépendant dans les Amériques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Divers groupes de défense et de soutien juridique des États-Unis ont déposé une plainte ce lundi 14 septembre contre le personnel embauché par le Service de lutte contre l'Immigration (Immigration and Customs Enforcement Service, ICE), non seulement pour avoir ignoré les protocoles visant à freiner la propagation du COVID- 19 dans ses locaux, mais aussi pour avoir procédé à des stérilisations massives et injustifiées de femmes migrantes détenues.

" Comme un camp de concentration expérimental "

La plainte est basée sur les déclarations de Dawn Wooten, qui a travaillé comme infirmière au centre de détention du comté d'Irwin (ICDC), géré par la société pénitentiaire privée LaSalle Corrections, dans l'État de Géorgie.

Dans son témoignage, Wooten affirme que le centre effectue des hystérectomies (ablation d'une partie ou de la totalité de l'utérus) sur les femmes qui déclarent avoir des cycles menstruels abondants ou douloureux, ainsi que d'autres pathologies plus graves, souvent à leur insu.

Selon l'infirmière, l'ICDC a l'habitude de recourir aux services d'un gynécologue externe à l'établissement, qui décide de procéder presque systématiquement à des hystérectomies. "Toutes les femmes qui le voient subissent une hystérectomie, toutes. Il a même enlevé le mauvais ovaire à jeune fille. Il était censé lui retirer l'ovaire gauche parce qu'elle y avait un kyste, mais il a enlevé le droit. Elle était en colère. Elle a dû revenir pour se faire enlever le gauche et elle s'est retrouvée avec une hystérectomie totale. Elle voulait encore avoir des enfants. Maintenant elle doit rentrer chez elle et dire à son mari qu'elle ne peut plus en avoir... ", détaille sa plainte.

Une migrante détenue à l'ICDC a expliqué de son côté à l'organisation « Project South » qu'elle avait parlé avec cinq femmes différentes qui avaient subi une hystérectomie entre octobre et décembre 2019. « Quand j'ai rencontré toutes ces femmes qui avaient subi ces chirurgies, j'ai pensé que c'était comme un camp de concentration expérimental. C'était comme s'ils expérimentaient avec nos corps», a-t-elle exprimé.

Des décisions dangereuses concernant le COVID-19

La plainte dénonce par ailleurs les mesures dangereuses prises par la direction de l'ICDC concernant la gestion de l'épidémie de COVID-19. Elle relève par exemple plusieurs cas d'employés obligés de continuer à travailler alors qu'ils présentaient des symptômes de COVID-19, dans l'attente des résultats de leur test, ainsi qu'une tendance à cacher les informations aux employés et aux immigrants détenus concernant les personnes testées positives au COVID-19.

Comme le note le texte de la plainte, ces allégations surviennent quelques mois après qu'un autre centre de détention, le centre de Richwood, également géré par les services correctionnels de LaSalle, aurait utilisé des tactiques similaires, « notamment concernant l'exigence que les employés susceptibles d'être contaminés continuent à travailler, la dissimulation des personnes ayant été testées positives au COVID-19, le mélange d'individus exposés au COVID-19 avec ceux qui ne le sont pas, et bien plus encore ».

ICE: "Les allégations anonymes doivent être traitées avec scepticisme"

En réponse à la plainte déposée auprès du Bureau de l'inspecteur général du Département de la Sécurité Intérieure par les organisations Project South, Georgia Detention Watch, Georgia Latino Alliance for Human Rights et South Georgia Immigrant Support Network, les autorités d'ICE ont affirmé avoir « pris toutes les allégations au sérieux ». Cependant, l'agence a également déclaré que « les déclarations anonymes et sans preuve, réalisées sans fournir d'éléments qui vérifient les faits » doivent être traitées « avec scepticisme » .

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI